Jeux et immersion : notre retour sur la Journée professionnelle sur le jeu

Dans le cadre du festival Montréal joue, j’ai assisté à la deuxième édition de la Journée professionnelle sur le jeu. Elle a eu lieu le 24 février 2020 dans l’auditorium de la Grande Bibliothèque de Montréal. Après avoir réfléchi sur la place du jeu dans l’éducation en 2019 (partie 1, partie 2), nous nous sommes penchés sur la place de l’immersion dans un jeu réussi.

Avec Maxime D.-Pomerleau (comédienne, animatrice et super héroïne) à la barre, une douzaine de conférenciers ont partagé leur vision. Image, sentiment d’abandon, narration, projection et interaction ont été discutés. Certains ont capté mon attention plus que d’autres.

Maxime D.-Pomerleau

Bien que la journée traitait principalement des jeux vidéo et un peu des jeux de rôle, j’ai eu envie de faire une transposition libre vers l’univers des jeux de société en une série de quatre articles mettant en vedette les travaux des conférenciers :

  • Immersion et paradoxes (conférence d’ouverture de Carl Therrien)
  • Immersion et émotion (Jonathan Bonneau, Jean-Charles Ray, Laureline Chiapello et Frédéric Barbusci)
  • Immersion et narration (Olivier Hamel, Jean-Christophe Pelletier et Mathilde Savoie)
  • Au-delà de l’immersion (Thomas Gaudy, Postel Ludmila, Laurence Grondin-Robillard et Antoine Jobin)

Jusqu’à quel niveau avons-nous besoin de se sentir immergés pour s’amuser dans un jeu ?

Tel qu’évoqué par Chloé Baril, directrice de l’Accueil et du prêt à la Grande Bibliothèque, un jeu raconte une histoire. Un jeu raconte notre histoire et sa capacité immersive le rend séduisant.

Immersion et paradoxes

Carl Therrien, conférence d’ouverture

Carl Therrien

En guise d’ouverture de la Journée professionnelle sur le jeu, la conférence de Carl Therrien mettait en lumière les paradoxes de l’expérience ludique. Être immergé nous rend vulnérable, alors pourquoi la cherchons-nous ? Avec toutes les nouvelles technologies de modélisation 3D, pourquoi sommes-nous si captivés par des jeux vidéo pixelisés ?

Illusion et expérience optimale : les deux catégories d’immersion

L’illusion

L’illusion crée un pont et nous fait sortir du cadre. Les jeux vidéo en fournissent de plus en plus réalistes avec les captures de mouvements effectuées par des comédiens. Malgré cela, il y a un tout un engouement pour Minecraft !

minecraft
Jeu Minecraft

Afin de mieux fonctionner, les illusions ont besoin d’un cadre, ce que la réalité virtuelle n’a pas encore bien défini.

L’expérience optimale

Selon le psychologue de positivisme hongrois Mihály Csíkszentmihályi, l’expérience optimale se situe dans une zone d’état mental en plein équilibre entre le niveau d’anxiété et l’ennui. C’est la théorie du « Flow ».

 

Le « Flow »

Ainsi, certains rappels et ajustements de difficulté ont été programmés dans les jeux vidéo pour éviter que le joueur soit trop envahi dans ses émotions anxieuses pour avoir du plaisir. Par exemple, il y a des alertes pour les baisses de niveaux d’énergie, des rappels sur le temps restant et des tutoriels. Également, le nombre d’ennemis peut être diminué en fonction de la performance.

Les jeux d’ennui contemplatif tels que Gone Home et Walking Sim plaisent à un certain public qui ne cherche pas à relever des défis en jouant.

jeu vidéo Gone Home

Mon interprétation personnelle

Illusion

Le paradoxe de l’illusion est également présent dans l’univers des jeux de société. Certains offrent une immersion totale avec un magnifique travail artistique et d’autres plaisent tout autant avec des illustrations minimalistes.

Expérience optimale

Étant atteinte d’un trouble d’anxiété généralisé et d’un déficit d’attention, je me suis particulièrement sentie interpellée. Certains jeux sont trop anxiogènes pour moi et me terrifient. Prenons exemple de certains jeux d’ambiance. Dans Miss Poutine, les gens se crient les commandes. Je me sens rapidement envahie. Je refuse catégoriquement d’y jouer. Si une table voisine joue au Saumon Frétillant, je dois rapidement m’isoler. Sinon, c’est migraine assurée. Je me souviens d’avoir eu une attaque de panique en jouant au Donjon De Naheulbeuk. Bien trop de stimulus pour moi !

Miss Poutine, Saumon frétillant et Donjon de Naheulbeuk
Évolution dans le temps

En travaillant fort à contrôler mon anxiété, j’ai appris à apprivoiser des jeux qui, auparavant, auraient fait monter en flèche mon niveau de stress. Par exemple, Stay Cool teste nos habiletés à faire du multitâches. De façon simultanée, le joueur actif doit répondre à des questions en écrivant le mot avec des dés et à d’autres oralement. Quand je l’ai vu la première fois aux Jeux au Boute de 2019, je ne voulais absolument rien savoir.

jeu Stay Cool des éditions Scorpion Masqué

Également, Flash 8 est un jeu de casse-tête à toute vitesse dans lequel nous devons reproduire des images en glissant des pièces.

Jeu Flash 8 des éditions Scorpion Masqué

Au fil des années, j’ai délaissé certains jeux de société parce que j’avais l’impression d’avoir fait le tour. Par manque de défi, ils ont commencé à m’ennuyer.

Ma zone de flow

Mes jeux préférés équilibrent pour moi un bon niveau de défi sans avoir l’impression de n’y rien comprendre et du graphisme attrayant. Pensons aux Architectes du Royaume de l’ouest, Wingspan, Imaginarium, 7 Wonders, Ishtar-Les jardins de Babylone et Scythe.

Jeux : Architectes du Royaume de l’Ouest, Wingspan, Imaginarium, 7 Wonders, Ishtar – les jardins de Babylone et Scythe

En plein milieu de ma zone de confort, quand je n’ai pas trop envie de me casser la tête, il y a Carcassonne, la série Azul, Reef, Kingdomino.

Si, au contraire, j’ai envie de me creuser les méninges, je sors certains titres pour les plus expérimentés : ROOT (mon dernier coup de coeur),  Terraforming Mars et Barrage. Par contre, je suis incapable d’y jouer dans un environnement bruyant ou si les autres joueurs me disent quoi faire.

Jeux ROOT, Terraforming Mars et Barrage

Pourquoi je préfère les jeux de société aux jeux vidéo

Je préfère de loin les jeux de société aux jeux vidéo pour plusieurs raisons. Premièrement, comprendre la manette pendant que le tutoriel fonctionne et des gérants d’estrades me disant quoi faire font totalement disparaître mon plaisir. Je tremble, j’ai des sueurs et je me sens agressive.

La console Wii a été la plus adaptée pour moi. Tourner la manette et tenir le bouton d’accélération pour faire la course dans Mario Kart, faire des mouvements de boxe ou de raquette de tennis me procurent plus de plaisir que de comprendre les combinaisons pour une meilleure attaque. Bien que les consoles beaucoup plus récentes comme la PS4 offrent d’impressionnants graphismes, je ne me sens pas du tout attirée par celles-ci.

Console Nintendo Wii

 

La suite de la journée

Nous vous invitons à lire nos autres articles d’interprétation de la 2e édition de la Journée professionnelle sur le jeu du festival Montréal joue.

À propos de Catherine Watts Cowan

Je suis une vraie geek de jeux de société. Mon premier amour dans le monde moderne a été Carcassonne. J'adore jouer en famille (maman de deux mini-geeks de 10 et 12 ans), entre amis ou avec des étrangers. J'aime découvrir les nouveautés et les endroits ludiques. Je suis une grande passionnée qui ne manque pas de sujets à partager!

Aussi à voir...

Jeux de société Kickstarter mi-mars 2020

Kickstarter – Les jeux de société à surveiller pour la mi-mars 2020

Malgré que les entreprises de production de jeux de société sont ralenties au maximum dû …

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.