Architectes du Royaume de l’Ouest- Il est venu le temps des cathédrales (et des coups bas !)

Avec les Architectes du Royaume de l’Ouest, nous voici transportés à l’époque de l’Empire Carolingien (dans les environs de 850 après J.-C). Dans le jeu, nous devons rivaliser à la sueur de nos fronts pour impressionner notre roi tout en maintenant notre noble statut. Pour ce faire, nous construisons divers monuments et embauchons des apprentis tout en gardant un oeil attentif à la main d’oeuvre.

Nos adversaires vont tenter de nous ralentir, mais nous devons user de stratégie pour les distraire et leur prouver que nous sommes meilleurs qu’eux. Il faut avoir plus d’un tour dans notre sac !

Architectes du Royaume de l’Ouest : l’un des meilleurs jeux de placement d’ouvriers

  • Auteurs : Shem Phillips & S. J. MacDonald
  • Illustrations : Mihajlo Dimitrievski
  • Éditeur : Garphill Games, traduit par Pixie Games
  • Distributeur au Québec : LUMA
  • Nombre de joueurs : 1 à 5 (meilleur à 3 ou 4)
  • Durée : 60 à 80 minutes
  • Année : 2018
  • Prix : 64,99$
  • Page officielle du jeu
  • Page BoardGameGeek

Mise en contexte

Architectes du Royaume de l’Ouest se situe à l’époque de l’Empire Carolingien (ancien empire de l’Europe de l’Ouest) , celle qui a précédé les Vikings. Le but du jeu est de faire un maximum de points de victoire (PV) à la fin de la partie. Comment peut-on marquer ces fabuleux points ?

Comme le titre du jeu l’indique, nous sommes des architectes et devons donc planifier et construire différents bâtiments et participer au chantier de la cathédrale. Pour ce faire, nous avons besoin de matériaux (argile, or, bois, pierre, argent et marbre). Puisque les bâtiments les plus élaborés demandent une certaine expertise, il sera nécessaire de recruter des apprentis dont les compétences sont indiquées par un ou plusieurs symboles (menuiserie, carrelage et maçonnerie).

Mise en place pour une partie à 4 joueurs.

Comment jouer

C’est simple comme bonjour : à tour de rôle, nous plaçons un de nos ouvriers (vingt au départ) et effectuons les effets de son emplacement. Terminé !

Eh non, c’est bien plus complexe que ça !

Pour obtenir des ressources noblement

Mines : Argile (1 argile + 1 supplémentaire par ouvrier) ou Or (nous devons avoir deux ouvriers pour récolter de l’or, mais nous devons absolument choisir entre les deux ressources, aucune combinaison n’est possible)

Carrière : Pierre (1 pierre par ouvrier)

Forêt : Bois (1 bois par ouvrier)

Atelier d’Orfèvre : Argent (1 argent + 1 supplémentaire par ouvrier)

Entrepôt Royal : c’est un marché pour échanger nos ressources et la meilleure façon d’obtenir du marbre

Pour utiliser des raccourcis

Utiliser des raccourcis peut être très tentant, mais ce n’est pas très noble. Notre vertu en sera affectée !

Bâtiment des impôts : Prendre tout l’argent disponible sur le bâtiment des impôts baissera deux fois notre marqueur sur la piste de la vertu.

Marché noir : Nous pouvons acheter des matériaux de construction sur le marché noir. Cela nous fera perdre un point de vertu et de l’argent.

Surveillance des chantiers

Avez-vous remarqué qu’il peut être (trop) facile de récolter les matériaux ? C’est très mauvais pour nous, il faut empêcher ça ! Les autres architectes n’ont pas le droit de construire plus rapidement que nous. Il faut les en empêcher en capturant leurs ouvriers.

Pour ce faire, nous devons nous rendre à l’hôtel de ville. Chaque ouvrier, moyennant un coût en argent, nous permet de capturer un groupe sur un emplacement. Oui, nous pouvons même nous capturer nous-mêmes pour récupérer nos précieux travailleurs !

Le corps de garde

Il y a plusieurs actions possibles (1 action par ouvrier) :

  • Envoyer les ouvriers capturés en prison (chacun nous remportera une pièce d’argent) ;
  • Délivrer tous nos ouvriers de prison ;
  • Payer une rançon pour récupérer nos ouvriers capturés sur l’un des plateaux d’un joueur adverse (en argent ou en perdant un point de vertu tout en prenant une dette) ;
  • Rembourser une dette.

L’Atelier

C’est l’endroit pour recruter un apprenti (maximum 5 au total) ou piocher une carte bâtiment.

Des exemples d’apprentis.

Enfin, le plus important : les constructions

Pour construire (bâtiment ou cathédrale), il faut placer un ouvrier dans la maison des corporations. Celui-ci y restera jusqu’à la fin de la partie, il est totalement impossible de le récupérer.

La cathédrale : Payer les ressources demandées et défausser une carte bâtiment pour monter d’un échelon. Il faut faire vite, les places sont limitées. Un seul architecte a la possibilité de se rendre au sommet pour remporter les 20 points de victoire !

Les bâtiments

Certains exemples de bâtiments.

Pour construire un Bâtiment, nous devons payer les ressources requises en s’assurant d’avoir les bons apprentis. Ceux-ci ne seront pas défaussés.

Les éclairs désignent un effet immédiat (positif ou négatif) et les drapeaux seront calculés en fin de partie. Le nombre de PV est indiqué en haut à droite.

Fin de partie

La fin de partie est déclenchée lorsque la maison des Corporations est pleine (le nombre de constructions en fonction des joueurs). Tout le monde, y compris le joueur déclencheur aura droit à un tout dernier tour.

Décompte des points

Les PV sont calculés en commençant par les effets de fin de partie des bâtiments complétés. Ensuite, nous faisons la somme suivante :

  • Le total des PV des bâtiments complétés
  • Les PV de la cathédrale
  • La piste de vertu
  • L’or et le marbre encore en possession
  • L’argent (1 PV par 10 Pièces)
  • Perte de 2 PV par dette non payée
  • Perte de 1 PV par paire d’ouvriers en prison

Mes impressions

Expérience de jeu

Dans la vie de tous les jours, j’ai une sainte horreur de la confrontation et j’ai tendance à faire des compromis plutôt désavantageux pour moi pour éviter les conflits. Quand j’ai annoncé à mon groupe de joueurs mon intérêt pour analyser les Architectes du Royaume de l’Ouest, ceux qui le connaissaient sont restés bouche-bée en disant que ce n’est pas du tout « un jeu gentil » et qu’il faut faire des « coups de cochon » pour bloquer les autres. Il faut les empêcher de prendre les devants en capturant leurs ouvriers.

La confrontation

Malgré tout cela, j’ai eu un malin plaisir à faire des coups bas pour défaire les stratégies des autres. Mon but est toujours de m’amuser en comprenant ce que je fais. Gagner est un simple bonus. Cependant, je déteste gagner (ou perdre) par une trop grande différence de PV.

Ce jeu a réveillé mon instinct de tueuse ! Encore plus que lors de mes parties de Colt Express (voir notre article) avec Chayenne ou une bonne partie de Zombicide avec la tronçonneuse qui massacre tout sur son passage.

Parmi mes favoris

J’ai le certitude que ce jeu restera dans mon top 5 durant un bon moment. Cela ne m’a pas dérangé de jouer deux parties d’affilée et j’en aurais volontiers fait d’autres si mes partenaires ne m’avaient pas limitée (les pas fins !).

Dans la plupart des jeux de placement d’ouvriers, je fige devant trop d’options disponibles et ignore quelle stratégie utiliser. Si on essaie de me les expliquer, c’est pire et je peux me mettre à grogner ! Au contraire, dans les Architectes du Royaume de l’Ouest, j’arrive à prévoir plusieurs coups d’avance et le déroulement est vraiment fluide. Avec mon déficit d’attention, si j’attends trop avant mon tour, je perds le fil. Je sors de table, commence à faire autre chose (ménage, jeu vidéo sur mon cellulaire ou bien colorier).

La mise en place alternative

Les personnages du mode asymétrique, de gauche à droite : Ada, Caroline, Therese, Frederick & Rudolf.

Je me suis assurée de bien comprendre la mécanique du jeu avant d’utiliser la mise en place alternative. Ensuite, je n’ai plus rien voulu savoir de la mise en place standard. J’ai trouvé le mode de jeu asymétrique tellement plus dynamique, imprévisible et interactif. Chacun des personnages a un pouvoir unique et des ressources de départ uniques. Leurs stratégies sont donc différentes les unes des autres et c’est génial !

J’ai essayé les cinq personnages et me suis autant amusée à jouer la gentille, la méchante et la neutre. J’ai trouvé qu’il y avait un léger déséquilibre.

En effet, j’ai totalement dominé (remporté par plus de 20 points) les parties dans lesquelles j’ai incarné Ada, la plus vertueuse. En choisissant judicieusement ses assistants et bâtiments, elle a rapidement accès à la cathédrale.

À l’opposé, Caroline, la moins noble de toutes,  peut se faire rapidement écraser par ses adversaires. Certes, son accès au marché noir est avantagé, mais cela la rend vulnérable aux autres joueurs qui captureront rapidement ses ouvriers. Récolter les ressources lui est plus difficile et bâtir la cathédrale à un niveau acceptable lui est pratiquement mission impossible. Peut-elle aspirer à la victoire ? Oui, mais en étant très rusée !

Oh Therese ! Malgré son avantage à pouvoir utiliser le marbre comme de l’or (et inversement), elle s’est tenue dans les bas fonds des PV. Elle commence avec déjà quatre ouvriers en prison. Elle est une femme de petite vertu et moyennement riche. Elle devra travailler plus fort avant de construire ses premiers bâtiments.

Les deux hommes de la situation, Frederick et Rudolf, se situent dans la moyenne. Je les ai trouvés moins agréables à jouer que les femmes à caractère fort.

Automate

Mon opinion du jeu en solo n’a pas encore assez évolué pour l’essayer. Par contre, j’ai visionné des vidéos et le mode solo paraissait solide.

Toutefois, je me suis amusée à tenter de vaincre Constantine, le « moins pire des pas gentils » dans une partie à deux joueurs. Les premiers tours sont un peu plus longs. Il faut prendre le temps de s’habituer à lui. Il est sans pitié pour ses adversaires, mais ma puissante Ada l’a dominé !

L’Automate est très instinctif et ne ralentit en aucun cas le rythme de jeu. Il est imprévisible, nous devons être prêts à se revirer de bord rapidement.

J’ai bien aimé mon expérience de jeu.

Matériel et graphisme

Fidèle à ses prédécesseurs de la Mer du Nord (Pillards et Explorateurs), le graphisme et le matériel sont de très haute qualité. Coloré sans agresser l’oeil, les pièces se distinguent bien les unes des autres.

J’aime

  • Énormément d’interaction entre les joueurs
  • Plusieurs choix de stratégies
  • Prendre plaisir à jouer une personnalité opposée à la nôtre
  • Complexe, mais accessible
  • Très peu de lecture (seulement le nom des emplacements et bâtiments)
  • Effet des cartes très intuitif
  • Tour de jeu rapide
  • Automate facile à comprendre et bien équilibré
  • Graphisme et illustrations
  • Thème
  • Deux livres distincts pour les règles et les effets des cartes
  • Malgré la très grande quantité de matériel, le tout se range facilement dans la boîte
[/one_half]

J’aime moins

  • Petits logos des apprentis difficiles à distinguer (du point de vue d’un daltonien)
  • Certains joueurs compétitifs deviennent rancuniers (captures ou domination totale), peuvent bouder ou se venger à la prochaine partie
  • L’automate peut être très méchant
  • Léger déséquilibre en mode asymétrique

La copie du jeu Architectes du Royaume de l’Ouest a été prêtée par Distribution Luma Games pour cette critique.

Architectes du Royaume de l'Ouest

Graphisme
Matériel
Thématique
Mécanique
Plaisir

Coup de coeur ludique !

Un jeu de placement d'ouvriers aux multiples stratégies avec une belle profondeur, mais qui reste accessible aux joueurs intermédiaires.

User Rating : Be the first one !

À propos de Catherine Watts Cowan

Je suis une vraie geek de jeux de société. Mon premier amour dans le monde moderne a été Carcassonne. J'adore jouer en famille (maman de deux mini-geeks de 9 et 11 ans), entre amis ou avec des étrangers. J'aime découvrir les nouveautés et les endroits ludiques. Je suis une grande passionnée qui ne manque pas de sujets à partager!

Aussi à voir...

Découvertes jeux de société juin 2019

The 7th Continent et quatre autres découvertes jeux de société

De façon régulière, je vous partage mes découvertes dans l’univers des jeux de société. Il …

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.