Paleo, un jeu coopératif avec un mode solo

Je vais le dire en débutant, les jeux coop, ce n’est pas tellement ma tasse de thé. D’ordinaire, j’aime bien faire mes propres choix et vivre avec, je ne suis pas le joueur le plus calculateur alors parfois, mes choix ne sont pas toujours les meilleurs mais comme je disais, je fais avec. Depuis quelques semaines, je regarde passer, chez nos amis européens, le jeu Paleo, un jeu coop avec un excellent solo, c’est ce qu’ils disent. Ce qui m’a vraiment donné le goût de le tester est l’accueil plus que positif de la part des amateurs de mode solo. C’est donc une suite de mes derniers articles, Under Falling Skies et Warp’s Edge. J’ai fait le test et je vous en parle.

  • Auteur : Peter Rustemeyer
  • Illustrateur : Franz-Georg
  • Éditeur : Z-Man Games
  • Nombre de joueurs : 2-4 (avec mode solo)
  • Âge : 10 ans et plus
  • Durée : 45-60 minutes
  • Année : 2020
  • Page officielle du jeu
  • Page BoardGameGeek

Paleo

Les mécaniques

La mécanique de base de Paleo est la gestion de votre main de cartes combinée à une gestion de différentes ressources. Pour gagner, vous devrez peindre la fresque rupestre représentant un mammouth (cinq morceaux). Si vous accumulez cinq crânes avant de terminer la fresque, vous aurez alors perdu la partie. C’est assez simple, mais en réalité les obstacles sont nombreux.

Voici comment ça fonctionne. Vous prenez les trois cartes sur le dessus de votre paquet et, sans regarder le verso, vous devez en choisir une. Le recto de la carte est donc un indice de ce que peut annoncer l’autre côté. Les cartes ont des endos avec une forêt, une rivière, une montagne ou un paysage brûlé (rouge). Évidemment, les cartes rouges n’annoncent rien de bon alors que les autres vous offriront des moyens d’amasser du bois, de la roche ou de la nourriture. Parfois, en plus du paysage, il y aura un indice sur la carte pour vous aider à faire votre choix.

Une fois la carte choisie, vous la retournez pour y faire une des actions. En solo, c’est assez facile de faire votre choix, en groupe vous devrez décider dans quel ordre résoudre les cartes et quelles actions choisir sur celles-ci.

Les actions

Il vous sera possible d’agrandir votre tribu, de confectionner des outils et d’accumuler des ressources dans le but bien avoué de finir la fameuse peinture rupestre. Si ça s’arrêtait là, le jeu ne serait pas très intéressant, heureusement il y a plus.

Paleo

Les cartes jouées sont placées face visible dans une défausse. Pour jouer certaines cartes, vous devrez en défausser un certain nombre mais face cachée, vous ne saurez donc pas ce qui vous passe sous les yeux. Finalement certaines cartes, une fois jouées, seront défaussées complètement de la partie. N’allez pas les détruire, ce n’est pas un « legacy ». Lorsque qu’il n’y a plus de cartes à jouer, vous avez terminé la phase de jour pour tomber dans la phase de nuit. Vous devrez essentiellement nourrir votre tribu, remplir certaines conditions de fin de manche et rebrasser les deux défausses (visible et non-visible). Donc, dans la prochaine manche, les cartes reviennent et il est très intéressant de découvrir certaines cartes que vous n’aviez pas vues et les autres que vous attendiez avec impatience. Une excellente idée !

La rejouabilité

Là, vous ne serez probablement pas déçus. Pour les parties d’introduction, vous utilisez les modules A et B. Ça va jusqu’à J, alors ça commence bien. En plus, on vous propose différentes combinaisons de ces modules afin de vous donner des thèmes différents et des niveaux de difficulté tout aussi différents. Vous en aurez donc pour votre argent de ce côté. Avec son mode de base, Paleo est coop avec un mode solo qui ajoutera beaucoup de rejouabilité. À plusieurs, chacun aura toujours des cartes différentes puisque le paquet est divisé entre les joueurs.

La qualité de la production

Si le carton de la boîte semble un peu mince (c’est de plus en plus fréquent) le reste du matériel lui est très bien. Vous n’aurez pas à vous plaindre de l’épaisseur des cartes ou des jetons de carton, le tout est d’une qualité plus que raisonnable. Même chose pour les plateaux de jeux et le petit présentoir 3D. Une belle présence sur la table.

Paleo

En guise de conclusion

Personnellement, j’ai bien aimé l’expérience, assez pour recommencer tout de suite et faire une deuxième partie. Si la présence sur la table est imposante, le jeu est très fluide. Il est certain qu’en temps de confinement je n’ai pas testé le multijoueur de Paleo, ce jeu coop, seulement son mode solo. Mon intuition me dit que ça va être bien. Une qualité d’un bon jeu coop, enfin pour que moi j’aie le goût d’y jouer, c’est que les mécanismes soient simples mais que les défis, eux, soient grands. J’ai aimé suffisamment mon expérience pour vous la recommander.

À propos de Martin Lauzon

Amateur de jeux de société, de comic books américains, de BD québécoises et européennes, YouTuber amateur, artiste visuel et musicien. J'ai trop de passe-temps alors j'ai décidé d'ajouter Geekbecois à la liste.

Aussi à voir...

Shamans : un mystérieux jeu de plis et de rôles cachés

Intriguée est le premier mot qui me vient à l’esprit en pensant au jeu Shamans. …

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.