Jeune garçon pratique sport électronique

Le sport électronique dans les écoles québécoises : une bonne décision ?

Depuis plusieurs mois, il existe divers débats entourant l’intégration du sport électronique au sein des écoles québécoises. Le débat gravite autour des  « concentrations compétitives en sport électronique » offertes par l’Académie Esports de Montréal (AEM). La création de l’isolement, la dépendance et la sédentarité sont des stéréotypes répandus au sujet du jeu vidéo. L’AEM propose l’intégration de ces programmes dans les écoles afin de changer cette vision.  L’objectif de l’organisme est « d’encadrer la pratique du sport électronique tout en misant sur la prévention et les saines habitudes de vie afin de créer les meilleur(e)s cyberathlètes au pays ». Un tel programme permet donc l’instauration de mesures de prévention pour contrer la dépendance et les effets néfastes chez les jeunes adolescents.

Un bref historique du sport électronique

Le sport électronique désigne des compétitions de jeux vidéo sur console ou ordinateur en réseau local ou sur internet. Les joueurs professionnels parcourent le monde afin de participer à de nombreux tournois et d’y gagner leur vie. Si le sport électronique semble être un nouveau terme, c’est en 1972 que s’est déroulé le premier tournoi officiel. L’Intergalactic Space War Olympics invitait les meilleurs joueurs de SpaceWar à s’affronter.

Par la suite, les années 1970-80 ont été marquées par la popularité des jeux d’arcade. C’était l’époque de la course au score le plus élevé. Toutefois, ce n’est qu’en 1997 que le sport électronique moderne verra le jour avec la compétition Fragapalooza. Ce tournoi, situé à Edmonton, a été le premier à offrir des montants d’argent importants aux gagnants des compétitions.  Par la suite, de plus en plus de tournois et de jeux compétitifs ont vu le jour. C’est ainsi que s’est construite la scène actuelle du sport électronique.

L’intégration du sport électronique dans les écoles : un style de vie

Le sport électronique est loin d’être un sport traditionnel « physique ». Toutefois, il nécessite un entrainement des muscles de la main, du poignet, des réflexes et de l’agilité mentale. L’entrainement physique plusieurs fois par semaine est important pour les joueurs. Ils doivent conserver une bonne forme physique et mentale afin de pouvoir jouer intensivement. De plus, la majorité des jeux nécessitant la constitution d’équipe, chaque joueur doit s’adapter aux autres, autant à l’intérieur du jeu que dans le quotidien. Cela permet de créer des liens ainsi qu’une bonne synergie. Ils ont également des entraîneurs et un réseau social permettant d’avoir un bon soutien social et mental.

Une communauté en pleine croissance

Comme toutes activités de compétition, il existe différentes ligues, organisations et équipes de sport électronique. Chaque jeu possède ses propres tournois. Toutefois, il n’est pas rare que de grands événements accueillent plusieurs tournois à la fois. Il n’y a qu’à penser au DreamHack qui se déroule à Montréal depuis déjà quelques années. Lors de cet événement, de nombreuses équipes provenant de partout dans le monde viennent s’affronter pour y gagner des montants d’argent et de la renommée. De nombreuses ligues et franchises y sont présentes et c’est l’occasion pour les nouveaux joueurs de s’y faire connaitre.

Dreamhack MTL 2018
DreamHack Montréal 2018/ Véronique Leclerc

Avec l’engouement qui ne cesse de grandir envers le sport électronique, les tournois permettent aux joueurs de récolter des montants aussi élevés que plusieurs millions de dollars. William Aubin, ou Zayt, est un joueur professionnel québécois du jeu Fortnite. En juillet dernier, Zayt et son coéquipier ont terminé en 4e position lors de la coupe du monde de Fornite. Cela leur a permis de remporter un peu plus d’un million de dollars chacun. Le sport électronique est donc bien plus que de simplement jouer à des jeux vidéo en ligne ou avec des amis. C’est une communauté grandissante permettant de partager ses passions et de constamment améliorer ses capacités. Le sport électronique est également un métier puisqu’il est possible d’y gagner sa vie.

Les avantages de l’intégration du sport électronique au sein des écoles et autres milieux académiques

Selon les données recueillies par l’Association canadienne du logiciel du divertissement (ALD), le Canada est reconnu comme étant un des pays ayant la plus grande population de joueurs de jeux vidéo par personne au monde. L’investissement de grandes compagnies est en hausse pour les compétitions de sport électronique. L’ajout de concentrations telles que celles offertes par l’AEM devient une réelle opportunité d’avenir pour les jeunes joueurs.

De récentes études ont démontré la multitude d’avantages à introduire la concentration en sport électronique aux programmes scolaires. En plus d’accentuer l’importance d’une bonne hygiène de vie, la pratique du sport électronique aide également à diminuer le taux d’échec et d’abandon dans les écoles. Une étude américaine menée par le Pew Research Center a démontré que l’implantation d’un programme de sport électronique permettait une meilleure inclusion sociale chez les joueurs de jeux vidéo. Au lieu de retourner s’isoler chez eux pour jouer à des jeux vidéo, les jeunes restent à l’école avec d’autres jeunes partageant leur passion. L’inclusion sociale permet de rehausser l’intérêt des jeunes joueurs envers la vie scolaire en général.

Des bourses d’études pour le sport électronique

L’ajout de bourses d’études supérieures liées au sport électronique a pour objectif de motiver les jeunes à poursuivre leurs passions. Ces bourses peuvent autant être pour encourager leurs carrières en sport électronique que pour des domaines connexes.  En plus de tous ces avantages, il est important de noter que de joindre la communauté du sport électronique apporte d’autres atouts majeurs. S’ajoutant à l’apprentissage du travail en équipe et au développement de liens sociaux, la pratique du sport électronique aide à mieux gérer les victoires et les défaites. Elle aide à développer la pensée stratégique. Elle permet également d’améliorer la planification et la gestion du temps entre l’école et la vie personnelle. De plus, l’apprentissage de plusieurs valeurs telles que l’honnêteté, le respect et la persévérance sont mis de l’avant.

Finalement, l’intégration du sport électronique dans les écoles québécoises permet aux jeunes de suivre leurs passions au sein du système d’éducation. Avec toutes ces possibilités et l’engouement grandissant pour le sport électronique compétitif, si vous voulez joindre la communauté ou que votre enfant est intéressé, foncez !

À propos de Véronique Leclerc

Anthropologue passionnée par les jeux vidéo (World of Warcraft et StarCraft 2), D&D, l'e-sport, la réalité virtuelle et l'univers du k-pop. J'aime explorer les différents débats au sein de la communauté geek, mettre en lumière les différents enjeux culturels geek et discuter des nouvelles tendances en réalité virtuelle!

Aussi à voir...

MÉTA : les jeux vidéo sont à l’honneur à Thetford Mines

MÉTA est une jeune entreprise qui oeuvre dans les environs de la ville de Thetford …

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.