Fantastic Factories
image: courtoisie de Metafactory Games

Fantastic Factories : construire, entraîner et produire

Les jeux sont toujours un mélange de mécanismes de jeu et de thématique. Fantastic Factories est un jeu qui va faire un lien très réussi entre les deux. Vous allez construire des usines et des monuments, vous allez entraîner vos travailleurs pour les rendre plus efficaces et votre but ultime sera de produire des biens manufacturés et de construire votre ville pour ainsi déclencher la fin de la partie. Aurez-vous accumulé assez de points pour gagner ?

Fantastic Factories

 

  • Auteurs : Joseph Z Chen, Justin Faulkner
  • Illustrateur : Joseph Z Chen
  • Éditeur : Metafactory Games
  • Nombre de joueurs : 1 à 5
  • Âge : 14 ans et plus
  • Durée : 45-60 minutes
  • Année : 2019
  • Page officielle du jeu 
  • Page BoardGameGeek

Mécanismes de base, les dés et les cartes

À la base, vous aurez à rouler des dés. Heureusement, il y a plus que ça ! Vous devrez décider de les affecter à un des trois endroits de votre quartier général (plateau « headquarters »). C’est ce qui vous permettra de générer de l’électricité, du métal ou d’aller chercher des plans que vous pourrez, par la suite, construire. Vous devrez également choisir, en tout premier lieu, de récupérer un plan (premier type de cartes) sur le marché ou d’embaucher un spécialiste (deuxième type de cartes) qui vous aidera pour le tour que vous débutez. Avec l’électricité et le métal produit, ainsi que l’aide de vos spécialistes, vous pourrez construire votre ville.

Les avantages

Il faut souligner le look de ce jeu qui n’est pas sans rappeler les LEGO de notre enfance. L’aspect est plutôt rigolo, même si je sais qu’il ne plaira pas à tous, ce n’est pas un point négatif à retenir contre le jeu. Les choix d’actions sont limités, ce qui sera évidemment un avantage pour les joueurs qui aiment les jeux plus légers, mais les choix ont tout de même des conséquences sur votre partie. Il vous faudra bien choisir ce que vous allez construire pour avoir une petite ville où les synergies entre les bâtiments vont vous aider à faire des produits manufacturés et des points de victoire.

C’est cette « construction de machine » (engine building) qui, rapidement, vous accrochera à ce jeu. Dernier détail important, une partie des actions se déroulent de manière simultanée. Ce qui explique que le jeu, malgré le fait qu’on puisse y jouer à cinq joueurs, ne prenne que de 45 à 60 minutes.

Rejouabilité

Il y a beaucoup de plans et suffisamment de spécialistes à embaucher pour vous divertir pendant de nombreuses parties. Puisque pour jouer une carte, vous devez sacrifier une carte de même type, il faudra beaucoup de parties avant d’en voir la totalité. Donc il y a une bonne rejouabilité. Il faut également mentionner la présence d’un mode solo, qui vous permettra de relever des défis de différents niveaux et de vous familiariser avec le jeu.

Fantastic Factories
image courtoisie de Metafactory Games

Si le jeu n’est disponible qu’en anglais pour le moment, vous trouverez les règles en français sur le site officiel.

En conclusion, je vous recommande Fantastic Factories comme un jeu intermédiaire, facile à apprendre mais avec de beaux défis à relever. Il va plaire aux gens moins habitués par la simplicité de ses règles. Il va également plaire aux joueurs plus aguerris qui vont y reconnaître la « construction de machine » comme un mécanisme très populaire dans les jeux.

Au moment d’écrire ces lignes, le jeu semble disponible au Québec seulement au Randolph Pub Ludique Centropolis, à Laval et au Griffon, à Sherbrooke selon le site officiel.

Autre article sur le jeu lors de sa campagne Kickstarter

À propos de Martin Lauzon

Amateur de jeux de société, de comic books américains, de BD québécoises et européennes, YouTuber amateur, artiste visuel et musicien. J'ai trop de passe-temps alors j'ai décidé d'ajouter Geekbecois à la liste.

Aussi à voir...

Holmes : un jeu rapide de placement d’ouvriers pour deux joueurs

Lorsque j’ai vu dans les nouveautés IELLO un jeu du nom de Holmes, j’ai eu …

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.