Bravely Default II : un RPG satisfaisant au style classique

Bravely Default, le premier jeu de la série, est sorti en 2012 sur Nintendo 3DS. Ce jeu de rôle a connu du succès sur la console portable et à mon avis, c’était l’un des meilleurs jeux 3DS de tous les temps. Le jeu rappelait la bonne vieille recette de RPGs à système de tours comme les premiers Final Fantasy. La formule était simple, les personnages étaient charmants et l’histoire semblait à première vue typique mais était surprenante. Nous voici neuf ans plus tard avec le troisième de la série : Bravely Default II. Ne vous trompez pas avec le titre : ce n’est pas une suite directe au premier jeu. Bravely Second sorti en 2016 sur 3DS l’était. Vous aurez donc une nouvelle histoire dans un monde différent avec des nouveaux personnages. Cependant, certains éléments reviennent dans Bravely Default II et je les expliquerai en détail dans ce texte. Beaucoup d’adeptes avaient hâte de voir un jeu Bravely Default sur Nintendo Switch. Voyons voir si c’est la suite que la série méritait réellement.

  • Studio de développement : Square Enix
  • Éditeur : Nintendo
  • Plateformes disponibles : Nintendo Switch
  • Plateforme de test : Nintendo Switch
  • Classement : T pour adolescents
  • Prix : 79,99$
  • Site officiel du jeu

Une histoire familière mais différente

Tout d’abord, il faut que je mentionne qu’il n’est pas nécessaire d’avoir joué les titres précédents pour embarquer dans Bravely Default II. Par contre, ceux qui ont joué aux jeux sur Nintendo 3DS vont reconnaître les similarités dans le scénario. En résumé, quatre personnes partent en aventure ensemble afin de trouver les cristaux pour que leur monde redevienne stable. Oui, ça ressemble bien au premier mais vous allez embarquer dans une histoire qui va vous surprendre.

Votre héros principal porte le nom Seth par défaut mais on peut le changer par celui que vous voulez. Il rencontrera Gloria, Elvis et Adèle qui ont tous des personnalités et des origines différentes. Vous parcourrez plusieurs terres à la recherche des cristaux et vous rencontrerez plusieurs alliés et ennemis. Ils ont tous des personnalités fortes et des accents assez colorés. On reconnait le style quand on est habitués aux RPGs de Square Enix !

Vos personnages vont parfois discuter entre eux lorsqu’on vous indiquera « discussion » dans le coin de l’écran. Ça donne droit à de sympathiques dialogues entre vos héros mais c’est optionnel et ce n’est pas nécessaire de les lire. Par contre, je trouve que ça contribue à l’attachement qu’on peut avoir envers l’histoire et ses protagonistes.

Le jeu n’a que quatre chapitres (plus un prologue) mais il devrait vous sembler bien plus long que vous croirez. Il y a des raisons pour cela et c’est principalement à cause du « grinding », ce principe de monter plusieurs fois de niveaux vos personnages ainsi que leurs classes. J’y reviendrai.

Passer son tour ou les utiliser tous ?

La fonction en vedette du jeu est le principe d’utiliser l’option « Brave » ou « Default » dans une bataille. Le jeu utilise un système à tours mais vous avez la possibilité de le passer ou d’en utiliser plusieurs à succession. Utiliser « Brave » va tout de suite utiliser un tour de plus et « Default » fera que le personnage va bloquer et passer son tour mais en mettre un en banque. Cela donne un « Point Brave » et il pourra utiliser ce point comme bon lui semble pour avoir une action de plus. Ça ajoute un élément de stratégie de plus et je trouve ce concept intéressant. Êtes-vous prêts à sacrifier des tours pour faire plus de dommages immédiatement ou préférez-vous en encaisser un peu pour pouvoir faire une multitude d’actions ? Il faut savoir que l’ennemi peut et va utiliser cette fonction. Je dirais même qu’il va souvent en abuser donc faites attention !

C’est plus que des costumes flamboyants

Ce que j’aime le plus du jeu, ce sont les nombreuses classes que vous pourrez obtenir. Vous obtiendrez ces classes en vainquant certains personnages dans l’histoire. Cela vous donnera une « astérisque », une pierre précieuse qui possède le pouvoir d’une classe. Chaque personnage peut équiper deux classes dont une principale et une secondaire. Je trouve que c’est bien parce que ça ne limite pas trop votre personnage à avoir une seule utilité dans les combats. Le jeu va suggérer une classe à un personnage précis mais libre à vous de faire votre choix. Par contre, si je peux faire une suggestion, il serait plus sage de laisser les classes plus « physiques » à Seth et Adèle puis celles qui utilisent la magie à Gloria et Elvis. Mais encore là, vous décidez à qui vous donnez les responsabilités. On peut même utiliser la même classe pour plusieurs personnages, comme le batailleur par exemple, pour ajouter plus de « punch ». Les possibilités sont infinies. Il faut savoir s’ajuster selon les ennemis auxquels on fait face et c’est intéressant de faire l’essai de différentes stratégies.

Oui il y a du « grinding » mais n’ayez crainte !

Le « grinding ». On aime ou on aime pas. Ou bien ça ne vous dérange pas, comme moi. Puisque le jeu représente un défi quand même important, même à la difficulté normale, vous devez être plus que prêt pour les « boss« . De même que pour les ennemis sur le terrain, car eux aussi, parfois, vous feront la vie dure. Donc, vous devrez passer un peu de temps à augmenter les niveaux de vos personnages. Cependant, il y a un moyen pour que ça se fasse un peu plus rapidement. Dans le jeu, vous rencontrerez une vieille dame qui vous prêtera son bateau pour faire des « expéditions ». Elle aura son bureau dans chaque village et vous pourrez utiliser ce service.

Ce que ça fait en gros c’est qu’en envoyant votre bateau, il peut aller rencontrer virtuellement d’autres joueurs et rapporter des trésors. Ceux-ci peuvent contenir de l’argent ou des items qui pourront augmenter vos statistiques de façon permanente ainsi que des orbes d’expérience ou de classes. Ces orbes vous aideront à faire avancer vos niveaux plus vite mais il y a un détail : les expéditions fonctionnent seulement quand vous laissez le jeu en mode veille. Donc quand vous êtes absent ou vous dormez, c’est là que vous pouvez en profiter. De plus, la limite de durée d’expédition est de douze heures, alors il faut ramener son bateau au port régulièrement. C’est une bonne façon de rendre le « grinding » beaucoup moins comme une sorte de corvée dans ce RPG.

L’expérience Bravely Default

On a gardé le même style artistique des jeux précédents et ça parait assez bien visuellement sur Nintendo Switch. J’aime surtout quand on peut avoir une vue panoramique du village où l’on se trouve. La seule chose qui agace un peu c’est quand votre personnage se déplace dans un village et que la vue est un peu éloignée. Le problème n’est pas présent partout, par contre. Mais parfois, on voudrait avoir la possibilité de rapprocher notre personnage à l’écran mais il faut se fier à l’ajustement automatique.

J’adore le fait que chaque personnage va avoir un costume différent même si vous leur donnez la même classe principale. Elles ont une thématique commune (comme par exemple un mage blanc sera vêtu de blanc) mais chacun d’adopte un look différent. Ça donne le goût d’essayer toutes les classes avec tout le monde.

Le monde extérieur est joli et c’est amusant que l’on puisse couper l’herbe comme si nous étions Link dans The Legend of Zelda et de trouver des surprises. Par contre, la navigation n’est pas toujours idéale. Parfois, on voudrait une vue plus grande pour mieux savoir où on s’en va. Je me suis fait surprendre à plusieurs reprises par des ennemis sortis presque de nulle part parce qu’ils étaient « cachés » par la caméra restreinte. La carte peut aider à savoir où se diriger mais celle-ci prend un gros espace dans l’écran et parfois peut être nuisible puisqu’elle obstrue la vue. Vous devrez constamment pivoter la caméra pour être certains de ne pas vous faire avoir dans un angle mort.

Pour ce qui est de l’audio, aucun reproche à donner ! La musique est sublime et entrainante. Je trouvais que la trame sonore du premier Bravely Default était l’une des meilleures de son temps. Cette fois-ci, on a encore droit à des excellentes pièces musicales. La musique de batailles est l’une des meilleures de tous les RPGs et ça rend l’expérience plus excitante.

Tout un défi

Bravely Default II peut représenter un grand défi pour certains joueurs. Vous devrez être préparés contre les « boss » ou ils vous serviront une sérieuse correction. Ne soyez pas surpris de subir parfois des échecs. Par contre, vous pouvez changer la difficulté en tout temps. À mon avis, il n’y a pas de honte à le faire. L’idéal est d’avoir du plaisir. J’ai joué au niveau normal et ça m’a forcé à parfois changer mes stratégies. C’est en partie le plaisir du jeu de revoir ses combinaisons de classes et de voir qu’est-ce qui est le plus efficace. Il faut surtout voir les faiblesses des ennemis et les exploiter. Il ne faut pas oublier de trouver des façons de vous protéger aussi. Car les ennemis trouveront aussi des moyens de vous faire mal, que ce soit avec des attaques de statut ou bien utiliser « Brave » plusieurs fois. Le jeu est parfois un peu plus stratégique que l’on peut penser.

Le RPG dont la Switch avait besoin ?

Je suis content que la série Bravely Default se poursuive sur Nintendo Switch. Je trouvais que les jeux précédents sur Nintendo 3DS étaient des RPGs de grande qualité. Bravely Default II est une suite légitime au premier qui à mon avis est déjà un classique. Cependant, comprenez que ce jeu ne va pas nécessairement révolutionner les RPGs, ni la série. Mais tout est bien fait et bien exécuté en général. C’est un bon RPG avec une bonne histoire et un bon système de combat qui va définitivement satisfaire les adeptes du genre. Ceux qui aiment jouer à un RPG au style classique et qui possèdent une Nintendo Switch devraient certainement ajouter Bravely Default II à leur collection.

J’aime

  • L’excellente trame sonore
  • Les nombreuses classes différentes
  • Obtenir des trésors en envoyant son bateau en expédition en ligne

J’aime moins

  • Le jeu de cartes « B & G » qui n’est pas si amusant
  • Le point de vue en se promenant dans le monde extérieur
  • Il n’y a pas de carte visuelle disponible dans les donjons

La copie numérique de Bravely Default II a été fournie par Nintendo. 

Bravely Default II

Scénario
Graphismes
Bande sonore
Jouabilité
Durée de vie

Très bon

Un RPG qui va définitivement plaire aux adeptes du genre. Son histoire et son style de combat devraient amplement satisfaire les joueurs sur Nintendo Switch.

À propos de Yannick Faucher

Quand je ne suis pas en train d'écrire, je joue à des jeux vidéo. Si je ne joue pas, je regarde des dessins animés américains ou japonais. Sinon, je lis des bandes dessinées de super-héros. Vous voyez le genre? Il n'y a pas assez d'heures dans une journée pour satisfaire ma soif de geek. C'est ma passion, c'est dans mes veines.

Aussi à voir...

Chernobylite – Plongez dans l’enfer radioactif de Tchernobyl

Le 26 avril 1986, le plus grand désastre nucléaire ébranlait la planète. Ce samedi-là, à …

2 commentaires

  1. VonMalvarius

    Merci pour cette critique du jeu!
    Quand je terminerai Octopath Traveller, il sera mon prochain RPG clssique.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.