[Critique] PS3 – Stacking

Fiche technique

Éditeur: THQ
Support: Depuis le 9 février 2011 sur X-Box Live Arcade: 1200 points
Depuis le 7 février 2011 sur le Playstation Store: 14,99$ – Gratuit pour les membres du Playstation Plus.
Type: Aventure, casse-tête.

En bref:

Nous sommes au début du XX ième siècle, une époque où les ouvriers n’ont pas de convention collective et encore moins de droits humains. De ce fait, les gens sont exploités contre leur gré par de riches hommes d’affaires sans scrupule.

Dès le commencement, nous rencontrons une famille de poupées russes. Les dialogues entre les personnages se font comme un film muet. Nous apprenons donc que le plus jeune homme d’une famille, Charlie Blackmore, doit sauver plusieurs membres de sa famille qu’un Baron utilise comme esclaves.

Quelques minutes après avoir commencé à manipuler Charlie, vous comprenez d’où vient l’idée des poupées russes. En effet Charlie étant très petit, ce dernier peut s’emboîter dans des poupées plus grosses que lui. Ces dernières peuvent représenter des personnalités diverses qui possèdent souvent des particularités à elles seules. Pour arriver à vos fins, vous devez absolument utiliser ce principe de poupées. Vous trouverez sur votre chemin, des hommes avec des problèmes gastriques, des femmes fatales dont peu d’hommes ne résistent, en passant par des animaux jusqu’au cuisinier d’un bateau de croisière.

Tout au long de votre aventure, vous vous rendrez compte que des missions secondaires ont été ajoutés afin de donner une longévité au jeu. Ces missions sont d’une grande utilité puisqu’elles nous aiderons à découvrir le potentiel de certaines poupées qui nous ont passé sous le nez.

Histoire: 5/10
Un jeune enfant qui doit sauver sa famille. Un plombier qui doit sauver une princesse. Du déjà vu? Oui!

Jouabilité: 6/10
Rien de bien compliqué sans être élaboré. La caméra répond très bien à la demande. Un enfant de 5 ans peut y jouer sans difficulté.

Graphisme: 7/10
Les personnages, du moins la peinture sur les poupées, sont soignées et très jolies. Dû à la grosseur des poupées, les décors sont vastes et bien réalisés. Par contre, cela n’a rien à envier aux capacités réelles de la PS3 et/ou de la X-Box 360.

Durée: 5/10
Sans l’avoir réellement terminé, je peux tout de même dire que le jeu dure à peine un peu moins que dix heures avec les missions secondaires. Si vous êtes plus vifs d’esprit que moi, que vous êtes un vrai détective, vous ferez le tour facilement en à peine cinq heures. Un DLC, Le Roi Vagabon Disparu (400 points sur X-Box Live Arcade et 4,99$ sur le PSN – gratuit pour les membres du PS+), est disponible depuis début avril 2011, ce qui augmente le temps alloué au jeu.

Originalité: 9/10
Sans battre un score au niveau de l’histoire et du graphisme, l’originalité du jeu par son humour est surprenante et charmante.

Voix: 4/10
Malheureusement, aucune voix n’est utilisé dans le jeu. Tel que mentionné plus haut, les dialogues sont présentés tel des films muets. J’ai donné des points à la traduction française qui est bien réalisée.

Trame sonore: 5/10
Inspirée de la musique d’époque, il va de soi que cela va très bien avec le contexte de l’histoire. Par contre, la musique n’est pas toujours présente ce qui peut parfois amener certaines longueurs. Les bruits de fonds tel que les rires ou des cris d’animaux sont bien réalisés.

Cinématique: 2/10
Les cinématiques sont reflétés seulement durant les dialogues de films muets. Aucun effort de ce côté.

Multijoueur: 0/10
Aucun multijoueur n’est applicable pour ce jeu.

Verdique

Personnellement je le conseillerais aux gens qui aiment les jeux de casse-tête, d’énigmes. Étant gratuit pour les membres du Playstation Plus, il s’agit sûrement du jeu le plus intéressant à la portée des abonnés. Une démo étant disponible sur les deux consoles, je vous suggère fortement de l’essayer avant de l’acheter.

Note globale: 5 / 10

[source image]

À propos de Jean-François Bourré

Jean-François est un geek qui aime les bandes dessinées, les figurines, les gadgets électroniques et surtout les jeux vidéos. Vous pouvez le rejoindre par courriel jeanfrancois@geekbecois.com et sur Twitter @djeef83.

Aussi à voir...

Valérian et la cité des mille planètes : le rêve d’enfant de Luc Besson

Valérian et Laureline sont des agents du Service Spatio-Temporel, engagés pour protéger Galaxity et les …

Qu'en penses-tu ?