Gotham Knights : l’ascension de nouveaux héros

Les amateurs du chevalier noir auront sans doute passé beaucoup d’heures sur la série de jeux Arkham, une série qui nous mettait dans la peau du justicier masqué. Cette série, je l’ai complétée à plusieurs reprises et j’ai passé de longs moments à relire les informations sur chacun des personnages, sur les événements et tenter de découvrir les secrets de Gotham. Je dois cependant admettre que j’ai généralement abandonné le projet de trouver tous les points d’interrogation, préférant m’arracher les yeux que de passer plus d’heures à les chercher… Heureusement pour moi, Gotham Knights est enfin là !

Bien que Batman : Arkham Origins soit celui de la série qui est le moins apprécié, je l’ai adoré ! J’étais donc bien excité de découvrir ce que nous réservaient les studios montréalais de Warner Bros. C’est donc avec beaucoup d’enthousiasme que j’ai sauté pieds joints dans l’aventure Gotham Knights. Je ne connais absolument pas tout ce qui entoure la cour des hiboux, c’est donc avec un brin de fascination que je suis entré dans cet univers.

Gotham Knights : Batman est mort, vive Batman !

  • Studio de développement : Warner Bros. Games Montréal, QLOC
  • Éditeur : Warner Bros. Games
  • Plateformes disponibles : PC, PS5, Xbox Series
  • Plateforme de test : PC
  • Classement : T pour Adolescent
  • Prix : 79,99$
  • Site officiel du jeu
  • Page Steam du jeu

Gotham City sous un autre angle

L’histoire débute directement dans l’action, alors que Batman affronte Ra’s al Ghul au sein même de la Batcave. Bien qu’il y ait des altercations verbales, Bruce Wayne est seul et nous avons peu de détails sur la raison pour laquelle les deux opposants s’affrontent, sinon que Ra’s al Ghul accuse encore une fois le meilleur détective au monde dene pas faire son travail comme il faut. La vermine rampe toujours dans les villes et il faut à tout prix la détruire. Bien que Bruce tente d’appeler à l’aide la “famille chauve-souris”, personne ne peut se rendre à temps. Il ne reste qu’une option pour le millionnaire : détruire son immense manoir afin d’emporter son ancien maître avec lui.

C’est donc perturbé par la mort de votre mentor et en n’ayant qu’une bribe d’information que vous vous retrouvez dans la peau de Robin, Nightwing, Batgirl et Red Hood. Très rapidement, les jeunes justiciers tenteront de suivre la seule piste qu’ils ont : l’enquête que Batman menait juste avant sa mort. Afin de mener cette quête, vous pourrez choisir le personnage de votre choix afin de patrouiller les rues de Gotham et trouver d’autres indices. Faites attention par contre, chacun des élèves du chevalier noir a des spécialités bien distinctes qui changeront complètement leur façon de les jouer.

Dans cette histoire, vous perdez également un allié de taille : Jim Gordon est mort depuis des années et la police est à vos trousses. Vous aurez donc à faire votre place, alors que la plupart des gens ne vous accordent aucune crédibilité…

Bruce Wayne a évidemment prévu sa mort.

Avancer un coup de poing à la fois

Les combats sont sans doute le point central du jeu. Presque toutes les tâches que vous aurez à faire impliqueront du combat d’une manière ou d’une autre. Comme mentionné précédemment, il s’agit bel et bien d’un jeu d’action. Bien que les combats manquent un peu de diversité, j’ai trouvé la prise en main assez simple et rapide. Je ne suis pas le meilleur dans ce genre de jeu, mais je n’ai pas eu de difficulté à m’en sortir. Si l’histoire et les objectifs vous posent problème, vous pourrez toujours vous pratiquer en écoutant les conseils de Batman ou en protégeant des citoyens à travers la ville.

Ces opportunités de combat valent parfois la peine. Elles vous permettront d’amasser des points d’expériences, d’enquêtes, ainsi que de l’équipement. À la manière d’un “hack & slash“, vous deviendrez de plus en plus fort. Plus votre équipement et votre niveau seront élevés, plus votre niveau de puissance le sera. Vous pourrez ainsi affronter des ennemis plus forts qui vous donneront du meilleur équipement.

L’expérience vous permettra de monter de niveau et de gagner des points d’habiletés. De la même manière que les jeux de la série précédente, vous pourrez ainsi débloquer des aptitudes pour chacun de vos personnages. Attention par contre, chaque superhéros possède des capacités bien à lui. Batgirl, par exemple, pourra utiliser ses compétences afin de pirater les divers systèmes de surveillance de la ville, alors que Nightwing pourra utiliser ses capacités afin de donner des bonus à son groupe ou des attaques aériennes.

En plus des points d’expériences, vous trouverez également des points “Indices” qui vous permettent d’en apprendre plus sur des crimes prémédités à travers Gotham City. Les différents crimes (et autres activités nocturnes) auront donc plus de chance d’être affichés sur votre carte lorsque vous partirez en patrouille. Malheureusement, ce n’est pas particulièrement pertinent puisque le lieu exact est indiqué sur votre carte dès que vous entrez dans une zone de la ville. Puis, sans même aller dans cette zone, vous pouvez voir la quantité de crimes qui se déroule actuellement dans celle-ci.

Fait intéressant : la police vous pourchasse et tentera de vous arrêter par tous les moyens possibles. Afin d’exprimer cette dualité entre le travail de justicier et les forces de l’ordre, vous ne gagnerez aucun point d’expérience. C’est un petit détail que j’ai bien apprécié !

Vous essayerez de prendre une bonne capture d’écran pendant un combat !

Crimes et autres lubies de justicier

Vous passerez la majorité de votre temps à patrouiller la ville, sautant de toit en toit, à la recherche d’information sur ce qui se passe autour de vous. En plus des objectifs liés à l’histoire, vous aurez à divers moments l’occasion de défaire les plans des criminels de Gotham et croyez-moi, il y en a beaucoup. La quantité de criminels est un peu absurde. En une semaine, j’aurai battu environ 1050 bandits, soit une moyenne de 150 par soir. Je ne m’en serais pas rendu compte si ce n’était que le jeu nous donne les statistiques à la fin de chacune de nos patrouilles, donnant quelque peu des airs de jeu d’arcade au titre de Warner Bros.

Ces crimes sont divisés en divers types. Par exemple, vous aurez à faire le lien entre quelques éléments pour déterminer la localisation d’un meurtrier, vous pourrez défendre des policiers ou encore arrêter un braquage de banque. Il est à noter que la plupart du temps, on vous demande surtout de combattre des ennemis et d’éviter les coups, martelant les boutons de votre manette sans réelle stratégie. Même les “enquêtes” reposent essentiellement sur la connexion entre cinq indices qui se retrouvent tous au même endroit.

Malheureusement, alors que l’on associe souvent Batman à la furtivité, les missions où il est possible de se déplacer dans l’ombre sont rares. Être sournois dans Gotham Knights est parfois synonyme de mission impossible. Les ennemis se déplacent souvent en groupe et regardent chacun des racoins, comme s’ils attendaient un ennemi. Pourtant, ceux-ci sont devenus agressifs suite à la rumeur comme quoi Batman était mort et qu’il n’y avait plus de crainte à y avoir. Si c’est le cas, est-ce qu’il ne devrait pas être plus facile de se faufiler entre nos adversaires ?

La diversité des crimes est intéressante, nous procurant des objectifs différents, mais on fait malheureusement rapidement le tour. Cependant, comme le jeu se targue d’être un monde ouvert, on ne cesse de découvrir de nouvelles choses à faire. Sont-elles toujours pertinentes et amusantes ? Malheureusement, non. La répétition crée parfois une sensation de longueur artificielle, mais le jeu demeure rythmé par le bombardement de nouveautés.

Sur les lieux d’un homicide, nous pouvons enquêter sur le meurtre.

Votre permis ne provient pas d’une boîte de Cracker Jack !

À ma grande surprise, les déplacements en véhicules se faisaient de façon plutôt fluide. En fait, je ne sais pas pourquoi, je m’attendais à quelque chose de similaire à ceux de Watch Dogs. Il faut dire que bien que je joue PC, j’utilise une manette afin de jouer à la plupart des jeux d’action sur mon ordinateur… Les contrôles de Watch Dogs m’ont fait littéralement abandonner ma partie. Je dois admettre que le même genre de mauvaise expérience m’a fait presque abandonner Cyberpunk 2077. Or, je n’ai pas eu l’impression d’être un adolescent ivre qui n’a pas son permis de conduire lorsque je me suis mis aux commandes de mon véhicule dans Gotham Knights.

Je ne sais pas si c’est une question d’habitude, mais je n’ai pas autant apprécié les déplacements des personnages. L’utilisation du grappin sans déplacement à la façon “parkour” ou encore la possibilité de sauter, rendaient étranges les mouvements de ma superhéroïne, me donnant envie d’utiliser ma moto plutôt que de me déplacer d’un immeuble à l’autre. De plus, l’immensité de la carte m’a donné l’impression de passer mon temps à me déplacer d’un point à un autre, allongeant ainsi artificiellement la durée du jeu.

Heureusement, alors que notre avatar obtient les habiletés de “chevaliers”, il peut éventuellement se déplacer en planant, un peu comme nous pouvions le faire de le vieil opus de Batman : Arkham Origins. Après quelques heures de jeu, on peut finalement débloquer une option qui nous permet de nous téléporter d’un point à l’autre de la ville, une option que j’aurais bien aimé pouvoir débloquer au début de la partie.

Robin sur la Batcycle, alors qu’il ne peut toujours pas se déplacer autrement.

Un héros à votre image

L’un des aspects que j’ai appréciés est sans doute celui de la personnalisation de nos héros. Bien que le système soit minime, nous avons l’opportunité de modifier la couleur et certains éléments de costumes. Vous pouvez également débloquer de nouveaux visuels, inspirés des diverses séries de DC afin de pouvoir modifier l’apparence de votre personnage. Vous n’aimez pas que Nightwing ait magiquement une « coupe Longueuil » avec un certain type d’armure ? Modifiez-la !

Vous aurez même accès aux costumes ayant des allures de pirates ou des habits qui semblent tirés tout droit du film Batman Ninja. J’en aurais personnellement pris bien plus, mais je ne serais pas surpris que certains s’ajoutent au fil de diverses mises à jour ou contenus téléchargeables.

Alors que vous réussirez certains exploits ou bien que vous trouverez de nouvelles pièces d’équipements, vous pourrez débloquer de nouvelles couleurs ou de nouveaux costumes. Vous pourrez même personnaliser votre moto !

J’ai longtemps cherché un costume qui ferait mon bonheur. Ici, on peut voir que j’étais un brin nostalgique de Batman.

Difficultés au niveau visuel

J’ai longuement hésité avant de parler de mon expérience avec les graphismes du jeu. Côté visuel, je dois avouer avoir eu quelques soucis. Le jeu a détecté automatiquement le niveau de graphisme le mieux balancé pour l’expérience procurée par mon PC. Cependant, il semblerait qu’il y ait eu des pépins. Les cheveux de Batgirl, par exemple, ressortaient de façon très étrange sur mon écran. Certains ennemis étaient invisibles (j’ai dû vérifier l’intégralité de mes fichiers afin de régler le problème). De plus, la pluie ne ressortait pas particulièrement bien sur mon écran d’ordinateur ; je passais régulièrement mon temps à espérer que la pluie s’arrête. De plus, il semble également y avoir un léger décalage au niveau du mouvement des lèvres et des sons. Il y avait un léger retard dans la synchronisation qui m’a titillé dès que je m’en suis aperçu.

Il est vrai que je n’ai pas une machine hallucinante, mais je crois que les quelques bogues que je pointe du doigt ne devraient tout de même pas exister si le niveau de mes graphismes est à moyen. Ces bogues visuels n’ont tout de même pas gâché mon expérience et j’ai trouvé les cinématiques superbes. Les bogues visuels, donnant parfois l’impression de jouer à un jeu de Bethesda, étaient surtout présents lors des parties jouables.

Puis, je n’ai pas trouvé désagréables les graphismes. Ce sont surtout les cheveux qui m’ont un peu irrité (et la cape de Batgirl).

Certains bogues au niveau des graphismes seraient potentiellement la faute de ma machine… !

Cours défendre Gotham !

Au final, est-ce que j’ai aimé ça ? La réponse est oui, sauf que j’ai trouvé dur d’aimer le jeu. En fait, je crois que je m’attendais à un jeu particulièrement similaire à ceux de la série Arkham. On m’a vendu celui-ci comme étant la “suite spirituelle”. Or, je l’ai trouvé totalement différent. Alors que je me creusais jadis les ménages afin de mettre K.O. sans jamais me faire détecter, j’ai eu l’impression de foncer dans la mêlée tête baissée.

Les objectifs sont souvent de combattre les ennemis, alors que l’on pourrait potentiellement accomplir notre mission sans attaquer personne. La quantité d’ennemis est si élevée que ça ne ment pas. Il s’agit bel et bien d’un jeu d’action, avec des éléments arcade !

Certaines améliorations viennent trop tardivement. Ces nouvelles mécaniques, qui rendent le jeu plus agréable, méritent tout de même d’être attendues. Je pense ici à la capacité de planer ou encore le déplacement rapide. La carte est tellement immense que ces habiletés auraient dû être disponibles dès le départ.

Sur plusieurs points, le jeu m’a fait penser à Marvel’s Avengers et j’aurais aimé pouvoir essayer le mode coop afin de comparer les deux expériences. Un mode coopératif vous permettra de jouer avec trois autres personnes. Malheureusement, je n’ai pas pu l’essayer. Un mode qui sera assurément plaisant à découvrir (allô Alexandre) !

J’ai passé la première partie du jeu dans la peau de Batgirl, un personnage que j’adore !

J’aime

  • Le scénario
  • Les déplacements en véhicules
  • L’impossibilité de jouer Batman

J’aime moins

  • Certains problèmes au niveau visuel (les cheveux et la synchronisation des voix et des lèvres)
  • L’impossibilité de jouer Batman ;-)
  • Tout ce qui touche la furtivité

La copie de Gotham Knights a été fournie par Warner Bros. Interactive Entertainment.

Gotham Knights

Scénario
Graphismes
Bande sonore
Jouabilité
Durée de vie

Armez-vous de patience !

Un jeu qui saura plaire aux amateurs de jeux d'actions, qui ne s'attendent pas à avoir toutes les options dès le début.

À propos de David Charbonneau

Geek à temps plein, je suis passionné de jeux vidéo, de cinéma et de culture populaire. Ce que je préfère par-dessus tout est généralement un bon scénario, car l'histoire est pour moi plus importante que tout. Je DM beaucoup trop de parties de D&D pour ma propre santé mentale.

Aussi à voir...

The Dark Pictures Anthology : The Devil in me – Dans l’antre d’un tueur

The Dark Pictures Anthology : The Devil in me est le quatrième épisode de la série. …

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.