Chronicles of Crime : jouer à l’enquêteur en réalité virtuelle

Lorsque j’ai entendu parler de Chronicles of Crime pour la première fois, j’ai eu un coup de coeur. Jeu d’enquête, jeu coopératif, réalité virtuelle, tout ça dans la même boite. J’ai su que je devais l’essayer et j’ai contacté Lucky Duck Games, qui m’en a envoyé une copie. C’est remplie d’enthousiasme que j’en ai fait l’essai en couple et entre amis, pour avoir une idée de la dynamique à deux et à quatre joueurs. Voici ce que j’en ai pensé (sans divulgâcheurs).

Concept de Chronicles of Crime

Le concept du jeu, comme vous l’aurez lu dans le titre, est d’enquêter. Ça résume bien. Votre rôle est de vous mettre dans la peau d’un enquêteur, comme dans la série chouchou des québécois, District 31. Un crime a été commis, et on doit trouver le coupable, mais aussi être capable de répondre à plusieurs questions en lien avec le crime à la fin de l’enquête, comme le motif, par exemple.

Pour jouer, on doit avoir un appareil tel que téléphone intelligent ou tablette et installer l’application mobile. La mécanique du jeu est simple : on scanne des cartes. En effet, Chronicles of Crime reprend le bon vieux code QR et c’est bien joué. On veut se rendre à un lieu ? On scanne la carte lieu. Il faut interroger un suspect ? On scanne la carte personnage. De quoi on veut lui parler ? On scanne la carte (objet ou autre personnage). C’est simple, intuitif et fluide.

Durée d’une partie

Dans ce jeu, le temps est limité… mais on ne sait pas on dispose de combien de temps lorsqu’on débute notre partie. Évidemment, on sait qu’on doit réussir notre enquête le plus rapidement possible. On sait quelle heure il est dans le scénario lorsqu’on commence, et aussi, combien de temps chaque action nous fait perdre :

  • Scanner un objet : 5 minutes
  • Interroger un personnage : 5 minutes
  • Fouiller une scène de crime : 5 minutes
  • Se rendre à un lieu : 20 minutes

Parfois, le jeu nous presse par un événement dans l’application mobile. Ce n’est qu’à la fin du jeu, quand on aura notre score, qu’on saura si notre temps était bon. En durée de partie dans la vraie vie, l’éditeur prévoit 60 à 90 minutes par scénario.

Pour jouer à ce genre de jeu, il faut avoir une bonne tolérance au fait d’être momentanément « bloqués » et ne rien pouvoir faire d’autre que de réfléchir. Parfois, il faut vraiment trouver seuls où aller, quand, qui interroger et sur quoi. C’est un couteau à double tranchant puisque l’éclair de génie n’en sera que plus satisfaisant, mais s’il ne vient pas, ça peut être long longtemps. À noter que si on ne fait pas d’action pendant un certain moment durant la partie, le temps de jeu ne s’écoule pas. Vaut mieux donc prendre le temps de réfléchir que de se presser et faire des déplacements inutiles qui nous feront perdre du temps.

Jeu mobile ou jeu de société ?

Là où la réalité virtuelle s’intègre, c’est pour fouiller une scène de crime. Quelques fois par partie, le jeu nous offre de fouiller un lieu où un crime a été commis. On peut le faire avec ou sans les lunettes 3D (vendues séparément ou dans une version plus chère du jeu). Sans les lunettes, donc, on tient l’appareil (mon iPhone 6s, en l’occurrence), et on regarde autour de soi, donc en tournant sur soi-même (ce qui est plus facile à faire debout plutôt qu’assis sur une chaise à une table). Un avantage de ne pas utiliser les lunettes, aussi, est qu’on pourrait regarder la scène à plusieurs en même temps, même si techniquement, on doit le faire un joueur à la fois et recommencer si on souhaite laisser la chance à un autre joueur, perdant ainsi un 5 minutes dans le temps de jeu.

Pendant qu’un joueur observe la scène de crime (il dispose de 40 secondes pour le faire), les autres fouillent dans les cartes pour trouver les catégories d’indices correspondant à ce que le joueur voit (vêtements, vaisselle, sang et organes, animaux, etc.). Le concept est intéressant parce qu’il laisse place à l’erreur, il faut donc être très minutieux dans notre observation et communiquer comme il se doit, en n’oubliant rien.

C’est là où Chronicles of Crime est un peu moins un jeu de société : on utilise notre téléphone intelligent beaucoup plus que le matériel qu’on touche à peine une fois déposé sur la table.

Chronicles of Crime

Il est utile de prendre des notes dans ce jeu, j’en fais même une petite recommandation personnelle. Dans certains scénarios, les relations entre les personnages peuvent vite devenir confuses et on aura besoin de se référer à nos notes de temps à autres. En effet, nos contacts scientifiques seront des personnes-ressources à contacter pour en apprendre plus sur des personnages ou des objets, il sera donc important de prendre bonne note de ces informations.

La dynamique entre les joueurs dans Chronicles of Crime

Un point important à souligner à propos de Chronicles of Crime, c’est l’importance du groupe de joueurs dans l’expérience de jeu. C’est-à-dire que l’ambiance est difficile à prévoir. Comme tout jeu coopératif, un joueur alpha pourrait malgré lui gâcher l’expérience. Autant j’ai essayé de ne pas en être un lors de ma première partie à deux joueurs, autant je devenais leader par souci que la partie avance et qu’on arrive à résoudre le mystère. Lors de ma partie à quatre joueurs, je suis restée plus en retrait. Étant celle qui avait déjà joué, je me suis proposée pour prendre des notes.

Même si on peut prêter l’appareil à tout le monde au cours de la partie et qu’il est recommandé de le faire, il arrive forcément qu’un des joueurs enchaîne plusieurs actions de suite et là, on a l’impression de n’être que spectateurs. Toutefois, en tout temps on pourrait être celui ou celle qui a l’éclair de génie qui fera avancer l’enquête, tout comme dans les jeux d’évasion où chacun apporte sa contribution.

J’ai apprécié y jouer autant à deux qu’à quatre joueurs, mais il est certain que plus de cerveaux autour de la table aide à avoir plus de points de vue sur l’enquête. Évidemment, plus on est de joueurs dans un jeu coopératif et plus certains joueurs peuvent se sentir inutiles. Même si le jeu se joue en solo, ce ne serait pas pour autant ma préférence, puisque l’interaction entre les joueurs est ce que j’apprécie le plus des jeux de société. Particulièrement dans Chronicles of Crime, où le plaisir de discuter de l’enquête surpasse même celui que l’on a à débattre de l’intrigue de District 31.

Un jeu acclamé

Chronicles of Crime a été nominé dans plusieurs catégories de différents prix de jeux de société et a remporté le prix du public du meilleur nouveau jeu de société de style américain aux 2019 UK Games Expo Awards.

Les prix qu’il n’a pas remportés, il a été battu par d’excellents jeux tels que Gloomhaven, Clank !, Azul, Welcome To…, Root, Très Futé, The Mind, Western Legends

Thématique

On va se le dire, la thématique de Chronicles of Crime peut être lourde… Quand on parle de crimes, il est difficile d’y échapper. Meurtres, drogue, on n’est pas dans le léger. On s’y attend, mais je le précise quand même, parce qu’il faut aimer ça. À noter que l’extension Welcome to Redview  propose des scénarios plus « familiaux », sans meurtres.

Visuellement, le jeu est très beau. Les cartes de personnages ont beaucoup de personnalité et ça a parfois emmené un peu d’humour autour de la table. Encore une fois, l’ambiance dépend fortement du groupe de joueurs, c’est ce qui fera qu’on prend ça très au sérieux ou pas.

La thématique d’enquête est très intéressante et on a vraiment beaucoup de liberté dans celle-ci puisqu’on décide des sujets abordés dans nos interrogatoires, plutôt que d’avoir une liste de questions prédéterminées.

Chronicles of Crime, c’est difficile ?

D’abord, le jeu prévoit un tutoriel pour que l’on puisse se familiariser avec la mécanique et les différentes possibilités. Ensuite, chaque scénario a son niveau de difficulté allant de facile à difficile.

Voici les scores des deux scénarios auxquels j’ai joué pour ce test.

  • Le Pouvoir de l’Ombre : Chapitre 1 – Face au mystère
    • Niveau de difficulté : Facile
    • Joué à : 2 joueurs
    • Score : 70/100 (4 étoiles sur 5)
  • Pas de Rose sans Épines
    • Niveau de difficulté : Moyen
    • Joué à : 4 joueurs
    • Score : 75/100 (4 étoiles sur 5)

Nous avons apprécié le niveau de difficulté, qui était juste assez corsé mais pas trop pour nous décourager. Probablement que dans un scénario de niveau difficile, le score serait plus modeste.

Et la rejouabilité, dans tout ça ?

D’un côté, la rejouabilité du jeu de base est assez absente puisque lorsqu’on a complété un scénario, on le connait et on n’a pas tellement d’intérêt à y rejouer. Ceci étant dit, je considère Chronicles of Crime un peu cher si on évalue seulement le matériel contenu dans la boîte (cartes et plateau, principalement) et le nombre de parties jouées (45$ pour 5 parties car 5 scénarios). Toutefois, ce n’est pas vraiment différent d’un Unlock ! qui coûte environ 40$ ou un peu moins pour 3 scénarios et qui contient seulement des cartes. Ce sont tous les deux des jeux qu’on peut ensuite prêter à son entourage et donc rentabiliser encore plus notre achat. Il est certain que je suis une adepte d’achat d’occasion, il est donc plutôt rare que je paie le plein prix, ça peut donc influencer mon avis.

D’autres scénarios de Chronicles of Crime peuvent être achetés sous forme d’extensions, ou en ligne, un peu à la manière de contenus téléchargeables pour les jeux vidéo.

  • Noir (extension contenant 4 scénarios)
  • Welcome to Redview (extension contenant 4 scénarios)
  • Secret défense (scénario à télécharger)
  • Horreur en cuisine (scénario à télécharger)
  • Le Col Blanc en Rouge (scénario à télécharger)
  • Vampire dans la Brume (scénario à télécharger)
  • Alice dans un Londres pas si merveilleux (scénario à télécharger)

Les deux extensions se détaillent environ 35$, tandis que les scénarios téléchargeables coûtent 7$ chacun. Comme si ce n’était pas suffisant, des scénarios communautaires peuvent être téléchargés gratuitement.

Conclusion

Chronicles of Crime a été en nomination pour beaucoup de prix, et attire l’attention depuis sa sortie en 2018. Son originalité le démarque, même si on s’éloigne un peu du jeu de société plus classique. C’est un jeu qui plaira assurément aux amateurs d’enquête et de jeux d’évasion, tant qu’on leur laisse jouer un rôle dans la partie. Avec le bon groupe, Chronicles of Crime demeure un incontournable à essayer et vous fera passer un excellent moment à utiliser votre imagination et votre sens de la déduction. De mon côté, j’ai très hâte d’exercer mes talents d’enquêtrice à nouveau avec les extensions du jeu.

J’aime

  • L’utilisation de l’application mobile et des codes QR
  • Le sentiment de liberté d’une vraie enquête
  • La possibilité d’ajouter des scénarios

J’aime moins

  • La thématique lourde
  • Le sentiment d’utilité de chaque joueur qui peut varier
  • Ne pas avoir d’indice si on est bloqués

La copie du jeu a été fournie par Lucky Duck Games.

Chronicles of Crime

Graphisme
Matériel
Thématique
Mécanique
Plaisir

Original

Un jeu d'enquête à essayer si vous aimez les jeux d'évasion, les mystères ou tout simplement, les jeux coopératifs.

User Rating : Be the first one !

À propos de Geneviève Corriveau

Adepte de jeux de société, j’adore apprendre. Pro de la recherche, je veux tout savoir sans rien demander. Mordue d'informatique, de technologie et de gadgets, je suis une geek intense et passionnée qui aime s'informer et s'amuser.

Aussi à voir...

Ghost Recon : Breakpoint – Une expérience militaire tangible

Ghost Recon : Breakpoint est un jeu d’action à la troisième personne. Celui-ci est jouable entièrement …

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.