Riddick : Le retour manqué d’un antihéros

Neuf années, c’est ce qu’il aura fallu attendre pour voir la suite des aventures de John B.Riddick et pour savoir finalement ce qui s’est passé après les évènements des Chroniques de Riddick, alors que ce dernier est devenu le Lord Marshall de l’armée des Necromongers.

J’aimerais vous dire que ses neuf années en ont valu l’attente et que j’ai adoré revoir à l’œuvre Vin Diesel dans ce qui est à mes yeux l’un de ses rôles les plus intéressants, mais malheureusement c’est loin d’être le cas.

Le film commence alors que Riddick est laissé pour mort sur une planète inconnue et désertique. Une très courte scène, la seule présence de Karl Urban dans tout le film, nous apprend ce qui s’est passé après son ascension au pouvoir à la fin du 2e volet de cette série et surtout, comment il s’est retrouvé seul, blessé et sans ressource.

Riddick-001

Les trente premières minutes du film sont consacrées à la survie du héros dans cet environnement hostile. Alors que l’on croit voir en lui le retour du prédateur impitoyable que l’on a connu particulièrement dans Pitch Black, on a plutôt droit à l’adoption d’une sorte de chien mutant et au développement de son amitié avec ce dernier.

Le reste du film est digne d’un classique des films de série B et ressemble étrangement au scénario de Starship Troopers 2 à quelques détails près. Notre héros est pourchassé par une bande de mercenaires sans grand intérêt. Après un inutile et ennuyeux jeu du chat et de la souris, ils doivent combattre ensemble pour survivre contre la faune hostile de la planète.

Je vous laisse deviner le reste du film qui est aussi prévisible qu’ennuyeux. Le tout est sur un fond d’humour beaucoup trop présent et qui nous fait presque oublier à quel point l’environnement dans lequel l’histoire se passe est dangereux.

Riddick image 002

Vin Diesel semble beaucoup moins en forme dans ce film que dans les précédents, l’approche de la cinquantaine n’aidant certainement pas à avoir une tonne de scènes d’action, mais dans l’ensemble, le jeu des acteurs reste correct sans être particulièrement extraordinaire.

Au niveau visuel, les animations et l’apparence des monstres restent globalement très réussies, mais les effets spéciaux sont horribles. On remarque sans se forcer que le film a été tourné quasiment au complet sur un fond vert, j’ai rarement eu l’impression de voir une incrustation aussi manquée.

C’est donc un retour manqué pour ce qui a été pourtant le personnage qui a fait connaître Vin Diesel un peu avant son rôle d’envergure dans Fast and Furious. J’ignore si une suite est prévue, mais si tel est le cas, j’ose espérer qu’elle ne prendra pas une quasi-décennie avant de sortir et qu’on pourra enfin revoir un film digne des Chroniques de Riddick.

Film : Riddick
Date de sortie : 6 septembre 2013
Acteur(s) : Vin Diesel, Jordi Mollà, Matt Nable, Katee Sackhoff,

À propos de Jonathan Harvey

Programmeur informatique le jour et Otaku le soir. Joueur hardcore de MMORPG en sevrage, mes passions passent des jeux vidéo au cinéma sans oublier le fascinant monde des mangas et des animes. J’entretiens une relation d'amour/haine avec mon cellulaire, sans pour autant être capable de m'en séparer plus de 10 minutes.

Aussi à voir...

1-2-Switch

1-2-Switch: des tonnes de minijeux pour des soirées endiablées

Une des choses les plus dures à faire quand on écrit une critique est d’offrir …

Qu'en penses-tu ?