Demeo : lorsque le jeu de table s’invite sur PC

Depuis que j’ai vu (et acheté) la nouvelle édition de HeroQuest, je cherche ardemment un jeu me permettant de créer la même ambiance sur PC. J’en ai passé des heures à « ramper dans des donjons ». Maintenant, c’est par manque de temps que je ne joue plus à ces jeux. Nous avons bien débuté une partie de HeroQuest durant la pandémie et même de Star Wars : Imperial Assault, mais avec les enfants et le travail, nous ne pouvons plus y mettre autant d’heures. J’ai donc cherché, et cherché, un jeu du même style afin de combler mon manque. Évidemment, il me fallait une expérience pouvant être jouée seul, à la maison. C’est donc, un peu par hasard, que je suis tombé sur Demeo.

Demeo : une tentative pour recréer une soirée de « Dungeon Crawl »

  • Studio de développement : Resolution Games
  • Éditeur : Resolution Games
  • Plateformes disponibles : PC
  • Plateforme de test : PC
  • Classement : Indisponible
  • Prix : 51,99 $
  • Site officiel du jeu
  • Page Steam du jeu

Demeo ?

Tout d’abord, je tiens à préciser que je n’ai essayé que la version PC. Il se peut donc que les informations diffèrent avec la version originale utilisant la réalité virtuelle. Le jeu tente de recréer en tout point les soirées de jeux d’une autre époque. Nous sommes autour d’une table et nous pouvons bouger nos pièces et lancer nos dés. Le but est d’explorer le donjon afin de pouvoir y détruire un ennemi et sauver des âmes. Malheureusement, le jeu constitué de cinq campagnes n’a aucune introduction. Il n’y a pas de mise en contexte non plus. Si l’action est omniprésente et intéressante, on perd l’aspect narratif des jeux du genre.

Par exemple, avec HeroQuest, nous avions un paragraphe d’introduction au début de chacune des quêtes. Dans Demeo, il n’y a pas réellement de mise en contexte. À la fin d’une campagne, ou plutôt une mission se déroulant sur trois étages, on nous explique que nous avons sauvé les âmes, mais qu’il y en a d’autres. OK. Je comprends. Pourquoi exactement est-ce que je dois sauver des âmes ? Cet aspect manque cruellement au jeu – j’en aurais définitivement pris plus.

Bien qu’un personnage ait été créé par les créateurs afin de nous expliquer le jeu, nous ne le recroiserons jamais. Comme les dialogues d’ailleurs. Le tutoriel est le seul moment où nous avons un aspect narratif.

Les mécaniques du jeu

Chacune des parties fonctionne à peu près de la même manière. Vous aurez trois étages à visiter. Votre objectif, dans les deux premiers paliers du donjon, est de trouver une clé. La clé est possédée par une créature plus puissante que les autres et se cache quelque part. Vous devrez également trouver la trappe afin de descendre à l’étage inférieur. Lorsque vous arrivez au 3e et dernier niveau, l’étage est beaucoup plus petit et vous y trouverez une monstruosité très puissante, accompagnée de multiples sbires. Il s’agit d’une présentation classique d’un donjon dans ce genre de jeu. Rien n’est surprenant.

Là où ça se corse, c’est au niveau des ennemis. Les ennemis se baladent dans le donjon et ne restent pas dans leur pièce. Est-ce un problème ? Oui et non. Alors que j’avançais dans les premières pièces du donjon de façon prudente, me disant que j’allais user de ma tête pour attaquer, je me suis fait prendre par une dizaine de monstres qui arrivaient par derrière. En fait, je ne sais pas si c’est le bruit du combat ou un hasard, l’entièreté de l’étage savait où je me trouvais. Je sais que c’est plus réaliste, mais j’ai vraiment eu l’impression que cette mécanique retirait l’aspect exploration du donjon et l’aspect tactique. Rapidement, ma partie est devenue une tentative de rester vivant le plus longtemps possible. J’ai été désenchanté.

Les déplacements rappellent les jeux tactiques.

À l’aventure compagnon !

Avant de partir à l’aventure, vous devrez constituer votre équipe d’aventuriers. Au moment d’écrire cet article, sept personnages sont disponibles. Chacun des personnages possède ses habiletés et son type de dommage (physique ou magique). Au niveau des habiletés, il s’agit en fait de cartes à jouer que vous avez en main. Si les compétences de départ ont souvent l’habileté d’être utilisées une fois par tour, la plupart des sorts ou des attaques ne pourront être utilisés qu’une seule fois. Il faudra donc utiliser votre tête afin de bien calculer le moment où une compétence est le plus utile. Avez-vous vraiment besoin d’utiliser une boule de feu pour détruire ces deux créatures ou attendrez-vous le moment où vous serez pris de toute part ?

Vous trouverez également des objets et des potions sur votre chemin. Au lieu de monter de niveau, vous obtiendrez des cartes gratuites après avoir détruit un certain nombre de créatures. Tout au long de votre aventure dans le donjon, vous pourrez aussi tomber sur des coffres contenant de nouvelles cartes. Entre chaque étage d’un donjon, vous aurez également l’opportunité de vendre et d’acheter du nouveau matériel.

Sélection des personnages avant d’entrer dans l’aventure.

En solo ou en coopératif

Demeo nous permet de pouvoir jouer en mode coopératif avec d’autres gens en ligne ou avec nos amis. J’ai l’impression que c’est le genre de jeu qui est plus agréable à jouer avec des camarades, mais le délai afin de trouver une partie n’est pas très long. Bémol majeur, selon moi, on peut être mis dans une partie qui est déjà commencée. On se retrouve donc au milieu d’un donjon à ne pas trop savoir ce que l’on fait. Comme il s’agit d’une fonction similaire au traditionnel « Quick match  », on peut choisir le module, mais pas grand-chose de plus. D’ailleurs, voulons-nous vraiment choisir le module ?

N’est-ce pas mieux de faire aléatoire pour s’assurer de tomber sur une partie ? J’aurais préféré qu’il y ait un menu avec la liste des parties en cours, des personnages choisis et de l’étage auquel se trouvent les joueurs. Sans ces informations, non seulement est-ce que l’on risque de jouer exactement la même chose qu’un autre, mais en plus, on se retrouve un peu perdu. Un module m’a pris environ 3h30-4h à compléter. J’ai donc l’impression que jouer en multijoueur avec des inconnus est une tâche qui pourrait être ardue. En même temps, je ne devrais pas me plaindre étant un grand amateur de Talisman : Digital Edition.

L’un de mes survivants fuit avec la clé de l’étage !

Est-ce que ça vaut la peine ?

Malheureusement, je ne suis toujours pas convaincu. S’il est vrai que les mécaniques sont intéressantes, je n’y ai pas trouvé exactement ce que j’y recherchais. Afin d’être un bon « Dungeon Crawler  », j’ai besoin de pouvoir trouver de l’équipement, de pouvoir gagner des artéfacts et des niveaux. Or, il n’y a pas de véritable sentiment de progression à travers le jeu. Tout est éphémère, rien ne dure. Après avoir terminé une campagne, rien ne se transfert entre les parties. D’ailleurs, le jeu vous récompense au niveau des skins de vos personnages, mais c’est tout. J’ai eu l’impression que le jeu était principalement fait pour les utilisateurs de réalité virtuelle et que je n’étais pas le public cible. Je n’ai aucune difficulté à imaginer le plaisir et l’ambiance d’un groupe d’amis qui y jouent. Au moins, j’ai toujours Gloomhaven a essayé et qui pourra peut-être correspondre un peu mieux à ce que je recherche… Sinon, heureusement qu’il y a HeroQuest sur TableTop Simulator.

Entre chacun des étages, nous pouvons acheter ou vendre le matériel acquis par nos personnages.

J’aime

  • Les mécaniques
  • Les choix de personnages
  • La recherche de joueurs assez rapide

J’aime moins

  • Le manque de campagnes
  • L’aspect narratif peu présent
  • L’absence de sentiment de progression

La copie de Demeo a été fournie par Resolution Games.

Demeo

Scénario
Graphismes
Bande sonore
Jouabilité
Durée de vie

Correct.

Demeo semble un bon jeu à jouer avec des amis.

À propos de David Charbonneau

Geek à temps plein, je suis passionné de jeux vidéo, de cinéma et de culture populaire. Ce que je préfère par-dessus tout est généralement un bon scénario, car l'histoire est pour moi plus importante que tout. Je DM beaucoup trop de parties de D&D pour ma propre santé mentale.

Aussi à voir...

6 qui prend !

6 qui prend ! : une nouvelle version pour fêter ses 30 ans !

Je n’ai jamais possédé 6 qui prend ! en version physique. Je me suis toujours contentée …

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.