Cloud City, un impressionnant jeu familial de construction de ville en 3D

À Cloud City, un excitant projet de construction de gratte-ciels a été lancé. La rumeur dit même qu’ils pourraient dépasser les nuages. Alors, les architectes se mettent au travail afin de monter le plus ambitieux projet qu’ils n’auront jamais l’occasion de vivre à nouveau en respectant les goûts du jour pour cumuler un maximum de points du conseil.

Jeu de société de construction, d’optimisation et de résolution de problèmes édité par nos cousins français de Blue Orange, Cloud City a été conçu par l’auteur Phil Walker-Harding dont nous vous avons déjà présenté des titres dans de précédents articles (à lire plus loin dans cet article).

Architectes, à vos maquettes !

Cloud City : quel architecte sera le plus astucieux ?

  • Auteur : Phil Walker-Harding
  • Illustrateur : Fabrice ROS
  • Éditeur : Blue Orange
  • Nombre de joueurs : 2 à 4
  • Âge recommandé : 8 ans et plus
  • Durée : 30 à 60 minutes
  • Année : 2020
  • Prix : 42,99$
  • Page officielle du jeu
  • Page BoardGameGeek

But du jeu

Construire la meilleure ville dans un carré de trois tuiles par trois afin de remporter le plus de votes du conseil.

Mécaniques

  • Construction
  • Placement de tuiles
  • Optimisation
  • Résolution de problème

Matériel

  • 96 immeubles (32 immeubles par hauteur, 3 hauteurs)
  • 93 passerelles (31 passerelles Rivière, 31 passerelles Forêt et 31 passerelles Sable)
  • 48 tuiles Nuages (dont 4 tuiles de départ, avec 1 à 4 oiseaux)
  • 10 cartes Besoins Spécifiques (pour la variante)

Comment jouer

Une partie de Cloud City se déroule en huit tours identiques débutant par le détenteur de la tuile numéro un :

  1. Agrandir la base de notre ville en choisissant l’une des trois tuiles de notre main et en la plaçant de façon adjacente à l’une de notre ville ;
  2. Prendre et placer les immeubles indiqués par la tuile ;
  3. Construire une ou des passerelles, si possible et si désiré, pour connecter nos immeubles (une rivière pour les bâtiments bleus (les plus bas), une forêt pour les verts (mi-hauteur) et du sable pour les bruns (les plus hauts). Attention, un bâtiment ne peut être connecté que par deux passerelles sur quatre emplacements disponibles ;
  4. Prendre une nouvelle tuile nuage (une des trois visibles ou la première face cachée de la pile).

Fin de partie et décompte

La partie se termine lorsque tous les joueurs ont construit leur ville de trois tuiles par trois et nous additionnons les points de vote du conseil (les nombres indiqués sur les passerelles). Celui ayant remporté le plus de points est déclaré vainqueur. En cas d’égalité, nous comparons notre score par niveau, en commençant par les rivières.

Deux variantes

Une ville rectangle pour deux et trois joueurs

À deux ou trois joueurs, nous pouvons faire durer le plaisir en optant pour une ville carrée de trois tuiles par quatre. Alors, nous jouons onze tours au lieu de huit.

Maquette personnalisée

Dans cette variante, nous ajoutons une des dix cartes de besoins spécifiques du conseil. Sept de celles-ci consistent en des points bonus (par exemple, le trajet de passerelles le plus long ou une majorité dans l’un des trois types de bâtiments) tandis que les trois autres nous en font perdre (croisements de passerelles, immeubles solo ou équilibrage des passerelles). Pour une dose de défi supplémentaire, nous pouvons en piger une supplémentaire.

Variante, crédit photo Blue Orange

Mon expérience de jeu

D’abord attirée par le nom de l’auteur Phil Walker-Harding dont je n’ai pas été déçue jusqu’à présent avec des titres tels que Cacao, Bärenpark, Gingerbread House, Gizmos et Imhotep, j’ai poussé un peu plus mes recherches et j’ai découvert qu’il s’agissait d’un jeu de construction en 3D. C’était clair et précis, je me devais d’y jouer et je n’ai nullement été déçue.

Une ville vue du dessus.

Points forts

J’ai été impressionnée de voir ma ville se construire au fil des tours. L’effet « wow » est totalement réussi.

De plus, le jeu pointe en plein coeur la cible de mon plaisir dans un jeu de société. En effet, il est simple à apprendre et compliqué à maîtriser. Notre tour venu, nous n’avons que le choix entre trois tuiles comportant chacun deux bâtiments. La réflexion n’est pas si longue. Par contre, c’est un excellent casse-tête pour réaliser ce que l’on souhaite et mettre notre perception spatiale à l’épreuve.

Une partie à trois joueurs.

Enfin, j’ai beaucoup apprécié les variantes. Avec un de mes partenaires de jeu, nous avons une règle non écrite qui stipule que nous faisons au moins deux parties de suite des jeux de cette gamme. Il me plait énormément d’étirer la sauce en ajoutant du territoire à construire. Par exemple, ma façon préférée de jouer à Carcassonne est de mélanger deux jeux de base et une dizaine d’extensions (tuiles seulement) et, pour Kingdomino, je fais un duel de neuf cases par onze en y ajoutant Queendomino et l’extension de l’Âge des géants.

Points faibles

Pour moi, le grand point faible est l’inadéquat système de rangement dans la boite. Cela devient le fouillis et c’est encore pire en le rangeant à la verticale. Également, placer toutes ces passerelles sur la table et se retrouver dans toutes les tailles n’est pas du tout évident.

Cloud City, rangement intérieur de la boite.

En résumé

J’aime

  • Effet « wow » de la ville qui prend forme
  • Qualité du matériel
  • Accessibilité
  • Autant de plaisir à 2, 3 ou 4 joueurs
  • Variantes

J’aime moins

  • Organisation des passerelles
  • Beaucoup de pièces

La copie de Cloud City a été fournie par Ludold.

Cloud City

Graphisme
Matériel
Thématique
Mécanique
Plaisir

Impressionnant !

Cloud City est un impressionnant jeu de construction de ville familial en 3D simple, rapide et efficace.

À propos de Catherine Watts Cowan

Je suis une vraie geek de jeux de société. Mon premier amour dans le monde moderne a été Carcassonne. J'adore jouer en famille (maman de deux ados-geeks de 12 et 13 ans), entre amis ou avec des étrangers. J'aime découvrir les nouveautés et les endroits ludiques. Je suis une grande passionnée qui ne manque pas de sujets à partager!

Aussi à voir...

Res Arcana : incursion dans un monde magique

Sand Castle Games, un éditeur de jeux de société basé à Las Vegas, en est …

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.