Zéro Latency Montréal : de la réalité virtuelle en immersion parfaite

Le 30 août dernier a eu lieu l’ouverture de la première succursale francophone de la compagnie australienne Zero Latency, le centre virtuel Zéro Latency Montréal. Quelques jours plus tard, j’ai eu la chance d’aller en faire l’expérience, pour le 5 à 7 médiatique. En plus d’avoir la chance de visiter l’endroit, de rencontrer des gens extraordinaires, nous avons pu aussi tester le matériel et certains jeux ! La cerise sur le gâteau : des zombies nous ont servis d’excellents hors d’œuvres ! Une guédille au cervelet quelqu’un ?

Il est facile de croire qu’il y a peu de différence entre un ensemble de réalité virtuelle que l’on utilise à la maison, jusqu’à ce que l’on voit la grandeur de la salle. On accède à un niveau supérieur avec le matériel offert au centre Zéro Latency Montréal. Plus de longs câbles qui traînent dans nos pattes, car l’ordinateur est sur notre dos. Chaque joueur peut se déplacer librement dans cette salle qui mesure 10 mètres par 20 mètres. Grâce à l’équipement à la fine pointe de la technologie, l’immersion est impressionnante !

La salle de jeu de Zéro Latency Montréal
La salle de jeu de Zéro Latency Montréal

Les jeux offerts à Montréal

Présentement, la succursale montréalaise de Zéro Latency offre quatre jeux : Enginerium, Zombie Survival, Sol Raiders et Singularity.

Les jeux offerts à Zéro Latency Montréal
Les quatre jeux offerts par Zéro Latency Montréal

Enginerium est un jeu d’exploration. Pour les néophytes, c’est un excellent jeu afin d’être plus à l’aise dans le monde virtuel. En effet, ce jeu nous place hors de notre zone de confort. Même si on sait très bien que nous sommes sur une surface plate, Enginerium fait énormément douter notre cerveau. Pour les gens qui ont de la difficulté avec les hauteurs, c’est un excellent moyen de travailler sur leur peur.

Zombie Survival et Singularity se ressemblent un peu, ce sont des jeux de missions. Par contre, Singularity se passe dans l’espace et on doit combattre des robots, tandis que Zombie Survival, de son côté, est assez explicite. Les joueurs possèdent chacun une arme, comme on le voit sur la photo ci-haut. Le but est de survivre et de se rendre à la fin de la mission. Heureusement, il est possible de mourir, le joueur revient à la vie après une dizaine de secondes.

Finalement, Sol Raiders est un jeu compétitif, le niveau supérieur de la partie de laser tag. Deux équipes de trois ou quatre joueurs s’affrontent dans trois épreuves différentes. Le but de ce jeu : tuer le plus de joueurs adverses et gagner des points. Les points s’accumulent différemment selon le tableau. C’est le jeu qui est le plus développé par les gens de Zero Latency à Melbourne. C’est aussi selon moi, le jeu qui rendra les gens dépendants à cet endroit ! Je sais que j’y aurais joué encore plusieurs heures !

La technologie qui supporte les jeux

La succursale de Montréal est la première qui a reçu le nouveau casque de réalité virtuelle, le Reverb par HP. Celui-ci est plus léger, avec une vision de 114 degrés, une résolution d’écran par échelonnement de 2160 par 2160 par oeil. Pour ceux qui ont des problèmes de vue, le casque nous permet de rectifier la vision myope jusqu’à une force de -5. Contrairement à l’ancien modèle qui comportait un focus réglable par une petite languette sous le casque, le Reverb a seulement besoin que l’on incline le casque. Il est possible de conserver ses lunettes à l’intérieur du casque, si elles ne sont pas trop grosses. Par contre, il devient un peu plus difficile de lever le casque.

L'équioement fourni par Zéro Latency Montréal
Le mannequin à l’entrée qui nous présente l’équipement

L’équipe de Zéro Latency Montréal a remplacé le casque audio intégré au Reverb par des écouteurs Sennheiser GSP350. Très confortables, et avec un son Surround 7.1, ils nous permettent une meilleure immersion. En plus, le micro est doté d’une fonction anti-bruit de très grande qualité. Pour les gens comme moi, qui ont une tête trop petite pour la plupart des casques, celui-là est super ! Même chose pour les sangles du Reverb : il est facile de serrer le casque convenablement, quand on compare avec les autres appareils du genre.

L’ordinateur, que l’on ne voit pas sur le mannequin, est porté comme un sac à dos. Il a été créé par HP, en collaboration avec l’équipe de Zero Latency à Melbourne. En plus, il s’agit de la première salle qui comporte la technologie appelée « Inside-Out ». Cette technologie révolutionne la réalité virtuelle en simplifiant la synchronisation entre la salle et le casque. Contrairement aux installations que l’on peut avoir à la maison, où il faut minimalement deux bases, servant de caméras pour détecter le casque, c’est ce dernier qui possède une caméra qui détecte les murs. De cette manière, on diminue grandement le besoin de caméras et de capteurs quand on veut jouer à plusieurs dans la même salle.

Finalement, les armes, que l’on peut voir dans la photo supérieure, sont composées d’une manette de réalité virtuelle Windows. Il est possible d’utiliser cette arme de plusieurs manière dans les jeux. Il y a un bouton pour modifier le type d’arme (assaut ou à pompe), un autre pour recharger et la pompe peut aussi servir pour recharger.

Les gens qui embellissent l’expérience

Comment trois personnes de la région de Montréal, ayant des emplois réguliers, de bons salaires et une vie tranquille, ont pu se retrouver à la tête de la première succursale québécoise de Zero Latency ? Grâce à Las Vegas, mes chers amis ! Corrine Beaudoin, son conjoint, Renaud Fortmann ainsi que le meilleur ami de ce dernier, Marc-André Côté, étaient en vacances dans cette région en mars dernier et ont été introduits à la réalité virtuelle à déplacement libre. Suite à cette expérience, ils ont décidé de se lancer et d’amener la franchise au Québec.

Le lounge de Zéro Latency Montréal
Sur un des écrans du lounge, on peut voir la partie qui se déroule.

Avec l’aide des gens de Melbourne, au siège social, ils ont réussi en quelques mois à rendre réelle une idée lancée dans les airs ! Le bail a été signé exactement le 8 juillet dernier. « On voulait trouver un local convenable dans la ville de Montréal et non pas en banlieue, comme à Toronto par exemple. C’était important pour nous. », explique Corrine Beaudoin.

Elle explique également qu’ils voulaient une entreprise qui leur ressemble. Alors, tout a été fait de la manière la plus écologique possible. Dans la plupart des cas, les propriétaires faisaient affaire avec des fournisseurs locaux. Le bois qui a été utilisé est du bois recyclé. La salle de bain est non genrée. Certains employés proviennent de programmes de réinsertion sociale, et sont payés 15$ l’heure. Ceux avec qui j’ai pu discuter proviennent de milieux différents mais ont tous un but : voir l’entreprise réussir. Tous très intéressants, ils prennent leur travail à cœur et aiment le service à la clientèle. Certains sont plus timides que les autres, mais tous ont bien pris soin de nous.

L’avenir de la réalité virtuelle

L’équipe de Zéro Latency Montréal est la deuxième à ouvrir un endroit du genre. En effet, MontVR, la première franchise québécoise de réalité virtuelle, a également installé une pièce où les joueurs puissent se déplacer, dans le jeu Arizona Sunshine. Madame Beaudoin affirme que Montréal est assez grande pour posséder deux entreprises du genre.

Est-ce là où la réalité virtuelle s’en va ? Le déplacement libre sera-t-il la prochaine étape vers un avenir qui ressemblera à Ready Player One (ou du moins la partie virtuelle du monde) ? Une chose est certaine, c’est que ce genre de technologie est vraiment intéressant. Je dirais même plus : la réalité virtuelle en déplacement libre est presque addictive ! À quand les abonnements pour le Zéro Latency Montréal ?

À propos de Annick Senecal

Formée en journalisme et en électronique, je suis contente de pouvoir joindre mes deux passions avec Geekbecois. Parmi la longue liste de choses qui m'intéresse, on y retrouve le cinéma et la télé, les gadgets et la technologie, l'horreur et les perles à fusionner. Pour tout le reste, soyez à l'affût!

Aussi à voir...

Intel Experience Day 2019 : retour sur la deuxième édition canadienne

À la fin du mois d’octobre, se tenait à Toronto, plus précisément à l’hôtel Westin …

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.