Le bracelet SelfSafe : le coffre de stockage à porter

La pandémie a apporté beaucoup de changements dans la dernière année. Les conventions se sont retrouvées au pied du mur. Certaines ont reportés leurs activités, d’autres les ont annulées, mais certaines ce sont aussi adaptées. Ça a été le cas du CES 2021. En effet, les présentations de cette année se sont faites de manière virtuelle.

Dans le cadre du CES virtuel 2021, la PME SelfSafe, située à Chicago, en a profité pour présenter son tout premier bracelet d’identification sécurisé, le « Emergency ID bracelet ». J’ai également eu la chance de discuter avec Wayne Citron (prononcé « Seatrônn »), le fondateur de la compagnie, et lui poser quelques questions sur le tout premier bracelet SelfSafe.

Le Center for Disease Control et FEMA (Agence fédérale des situations d’urgence), des organisations américaines, suggèrent fortement de placer toutes les données importantes sur une clé USB. Les compagnies d’assurances suggèrent aussi fréquemment de garder un disque dur externe avec les informations importantes, les photos et la liste des objets à déclarer dans le cas d’un sinistre. Quoi de mieux que de trainer le tout sur soi ?

L’histoire derrière le bracelet SelfSafe

Le fondateur de Selfsafe, Wayne Citron (On le prononce « Seatrônn »)

L’histoire du bracelet de SelfSafe a commencé dans la tête d’un homme du Texas, M. Ed Jacobson et son collègue Roy (qui n’est plus de l’équipe). L’idée de base était de créer un disque dur qui contenait des informations médicales. L’accès à ces informations passait par un scanneur d’empreintes digitales. Par contre, le processus de reconnaissance prenait trois minutes à se lancer.

Quand Wayne Citron s’est joint à l’équipe, il devait s’occuper principalement de tout ce qui entoure le marketing. Il a ensuite apporté deux mises à jour. La première est de retirer la reconnaissance digitale, qui selon lui était beaucoup trop longue. La seconde est de rassembler toutes les informations importantes lors de voyage, ou de séjours à l’extérieur de la maison : médicales, financières, civiles, etc.

Gary Gorson et Claudia Grosz se sont ensuite joints à l’équipe. L’un est excellent avec la technologie et l’informatique, tandis que l’autre est une graphiste accomplie. Ensemble, ils établissent une manière d’insérer l’information, de la gérer et de la livrer d’une manière sécuritaire mais aussi facile d’utilisation. Le bracelet SelfSafe devient alors un coffre de stockage que l’on garde avec soi.

Ils ont profité de la première édition du CES de manière virtuelle pour se créer des contacts. « Pour nous, c’était fantastique », affirme M. Citron. En effet, ils ont pu éviter une multitude de frais : avion, hôtel, espace de convention, etc. « On a dû payer pour faire partie du CES », raconte-t-il, « et ensuite, littéralement, les gens sont venus à nous. »

L’utilité du bracelet SelfSafe

Le document PDF qui gère toutes les informations que l’on veut apporter avec soi

Le bracelet SelfSafe est utile à toutes les personnes qui sortent de la maison et qui veulent avoir leurs informations à portée de main, même dans les endroits où il n’y a pas de réseau. Ces informations, souvent très délicates, ne devraient pas être sur le nuage. La clé USB de 8 Go à l’intérieur du bracelet devient donc très utile. Sécurisée avec un algorithme de cryptage AES CBC de 256 bits, elle est virtuellement impénétrable. En plus, le bracelet est pratiquement à l’épreuve de l’eau et fabriqué à partir d’un plastique solide.

Quand on entre la clé dans un port USB pour la première fois, il est important de changer le mot de passe générique en premier. Tout ce qui est contenu dans la clé à l’achat est l’application SelfSafe et le guide d’utilisation. Tout ce dont l’utilisateur a besoin, c’est un système d’exploitation Windows et le logiciel Adobe Acrobat Reader.

Il est possible d’entrer une multitude d’informations dans le document PDF qui est à même l’application SelfSafe. En plus de l’accueil et des informations générales de base, on y retrouve neuf autres onglets : urgences, histoire familiale, médecins, médications, maladies, immunisation, finances et assurances, documents et itinéraire. On peut également y conserver des fichiers de tout ce que l’on peut considérer comme précieu, que ce soit des photos ou des documents qui pourraient être utiles dans une situation urgente ou importante.

L’avantage du bracelet est de l’avoir toujours sur soi. Il est honnêtement difficile à enlever, et même pas évident à mettre, ce qui est une bonne chose dans son cas. Il ne faudrait pas qu’il s’enlève tout seul ! Wayne Citron, le fondateur officiel de SelfSafe raconte qu’une dame lui avait affirmé qu’elle avait déjà le bracelet de MedicAlert, pour tout ce qui est information médicale. « Je lui ai simplement dit de prendre la clé et la mettre dans son sac à main. La partie importante est la clé USB. », a-t-il affirmé.

L’avenir du bracelet SelfSafe

Le bracelet d’identification SelfSafe est le premier produit de la compagnie

La première étape de la compagnie SelfSafe était de produire un premier bracelet d’identification sécurisé à un prix respectable (34.95$ USD). Ceci est devenue une quête accomplie. La suite ? Une carte que l’on place dans notre porte-monnaie est maintenant disponible avec le bracelet. Cette carte contient les informations prioritaires dans le cas d’une urgence médicale : groupe sanguin, allergies, maladies, etc.

Les entreprises peuvent déjà offrir le bracelet à des clients ou à leurs employés s’ils en commandent un lot. SelfSafe propose d’imprimer un logo et de modifier la couleur du bracelet, même si les couleurs sont encore limitées. La première idée sera d’offrir différentes couleurs pour les clients consommateurs, puisque ça se fait déjà assez bien.

Ensuite, il serait assez facile d’ajouter différentes langues, selon Wayne Citron. La plateforme du bracelet est présentement en anglais seulement. Malgré qu’une majorité de personnes parlent un minimum en anglais, ce n’est pas tout le monde qui comprend bien tous les termes techniques médicaux, financiers et informatiques qui sont à l’intérieur du fichier PDF.

L’équipe de SelfSafe croit que d’autres options seront priorisées avant d’adapter l’application du bracelet vers d’autres systèmes d’exploitation. En effet, puisque plus du 3/4 des ventes informatiques utilisent Windows, l’utilisation d’autres plateforme viendra avec la demande, selon M. Citron.

La pandémie nous empêche présentement de voyager pour des raisons de loisir, mais le travail nous amène encore à nous déplacer. Les informations qui peuvent être recueillies sur ce bracelet peuvent être longues à assembler mais elles sont quand même primordiales. Pour le prix, ce bracelet vaut vraiment la peine de passer le temps d’amasser les informations, les entrer dans ce fichier et enregistrer le tout de manière sécuritaire.

D’ici là, il sera sûrement possible de se préparer pour de nouvelles aventures !

Site officiel

À propos de Annick Senecal

Formée en journalisme et en électronique, je suis contente de pouvoir joindre mes deux passions avec Geekbecois. Parmi la longue liste de choses qui m'intéresse, on y retrouve le cinéma et la télé, les gadgets et la technologie, l'horreur et les perles à fusionner. Pour tout le reste, soyez à l'affût!

Aussi à voir...

Huawei Band 6

Le Huawei Band 6 est finalement disponible au Canada

Le Huawei Band 6 est finalement arrivé au Canada ! Voyons ensemble les caractéristiques de ce …

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.