Little Town

Little Town : du placement d’ouvriers efficace en moins d’une heure

Dès que je vois la mécanique de placement d’ouvriers dans un jeu, je me dois d’en faire l’essai. Particulièrement si le jeu est recommandé à deux joueurs et si la durée est de moins d’une heure. Little Town correspondant à tous ces critères, j’en ai fait l’essai pour vous, à deux joueurs. Voici mes constats.

  • Auteurs : Shun et Aya Taguchi
  • Illustrateur : Sabrina Miramon
  • Éditeur : IELLO, Studio GG
  • Nombre de joueurs : 2 à 4
  • Durée : 45 minutes
  • Année : 2019 (français-anglais IELLO), 2017 (version originale Studio GG)
  • Prix : 35$
  • Page officielle du jeu
  • Page BoardGameGeek

Little Town

Comment jouer ?

Vous disposez de dix pions Bâtiments en forme de maisons, cinq Ouvriers et quatre cartes Objectif. Des cubes Ressource sont à la disposition des joueurs (Blé, Poisson, Bois, Pierre) et pourront être récoltés directement sur le plateau ou via une tuile Bâtiment. Un marché disponible à tous contient des tuiles Bâtiment et des Champs. À chaque tour, vous devrez poser un Ouvrier sur le plateau et effectuer une action avec celui-ci.

  • Construire un Bâtiment
  • Récolter/Activer un Ouvrier

Lorsque l’on souhaite construire un Bâtiment, on pose son Ouvrier dans la zone chantier et on paye le coût de la tuile Bâtiment. Ensuite, on place cette tuile sur une case libre du plateau. Pour récolter/activer, on pose son Ouvrier sur une case libre du plateau, et on récolte des ressources ou active des Bâtiments des huit cases qui entourent l’Ouvrier. On effectue cela dans l’ordre de notre choix. Poser un Bâtiment nous rapporte des points de victoire, alors qu’en activer un nous permet de récolter des Ressources, des Pièces, des Points de Victoire ou de faire différents échanges (Pièces contre Ressources, Ressources contre Pièces ou Points de Victoire, etc.). On doit donc se construire une petite ville qui sera la plus payante possible au fil des tours. Où est l’astuce ? Il nous est possible d’utiliser les Bâtiments des adversaires, mais en leur payant une Pièce par Bâtiment que l’on souhaite activer. Comme il n’y a pas systématiquement de revenus à notre tour, les Pièces s’épuisent rapidement. On ne doit donc pas trop se fier sur les Bâtiments de l’adversaire pour nous fournir les Ressources requises.

À la fin de chaque manche, nous devrons nourrir nos Ouvriers avec un Poisson ou un Blé. Il ne faudra donc pas négliger l’importance de construire des Champs ou de poser des Ouvriers près des lacs pour y pêcher du poisson !

Matériel et règles

En sortant le matériel de Little Town sur la table, on est immédiatement conquis. Les pions de chaque joueur sont de couleurs vives, les marqueurs de score sont en forme d’étoiles, le plateau est d’un vert vif aux illustrations aérées. C’est clair, c’est lumineux, on aime ! Je le dis souvent, quand il y a beaucoup de matériel varié dans une « petite » boîte, j’apprécie ! Les cubes Ressource sont juste de bonne taille, plus gros que dans certains autres jeux. Ils sont donc faciles à manipuler.

Dans plusieurs jeux, amasser des ressources est difficile. Pas dans Little Town. En effet, il est facile de récolter et on récupérera vite une tonne de ressources, à notre plus grand bonheur. En effet, on n’a pas à jouer plusieurs tours avant de pouvoir réellement faire quelque chose. Toutefois, dès la mise en place du jeu, on doit vérifier si certaines de notre quatre cartes Objectif peuvent être impossibles à réaliser. En effet, les cartes Objectif ornées d’un point d’exclamation pourraient être ou devenir impossibles à réaliser selon certains paramètres. Par exemple, l’Objectif indiquerait « Construire un Bâtiment dont le coût est d’au moins 3 Bois ». Il est donc possible qu’un tel Bâtiment ne soit pas ou plus disponible au marché et donc que la carte Objectif soit inutilisable. À ce moment, on la remet sous le paquet et on en pige une nouvelle.

Le livret de règles est court et simple à comprendre, bien illustré et sans coquille. Du beau travail de l’équipe d’édition de IELLO.

Mécaniques et thématique

Little Town, dont le nom ressemble à Tiny Towns, la version anglaise du jeu Les Petites Bourgades, place bien sa thématique. On ne réinvente rien avec la construction de ville, mais c’est efficace. Les mécaniques aussi sont simples : placement de tuiles et placement d’ouvriers. Le côté tactique sort lorsque l’on doit faire son choix d’emplacement pour construire notre Bâtiment. Toutefois, à deux joueurs, on ne se marche pas trop sur les pieds. Il y a de la place pour tout le monde.

Au moment de placer notre Ouvrier, on a souvent tendance à se placer directement entre deux Bâtiments alors qu’on peut se placer en diagonale de ceux-ci ; croyez-moi, il faut toujours se rappeler des diagonales pour construire une ville optimale !

Durée et difficulté

Little Town est un jeu que je considère accessible pour initier de nouveaux joueurs à la mécanique de placement d’ouvriers. Son installation est rapide, et ses règles sont faciles à apprendre. Les objectifs guident un peu nos actions au cours de la partie mais sont relativement simples, on n’a pas à construire une grosse stratégie autour de ceux-ci. Toutefois, les écarts de points peuvent être grands lorsqu’un des joueurs se construit une machine à faire des points.

Après une partie d’apprentissage un peu plus longue, nous avons joué deux parties d’une durée approximative d’une heure. À deux ou trois joueurs, notre tour revient plus vite. On se retrouve moins bloqués mais on profite moins des Bâtiments des autres.

Après ces quelques parties, j’avais l’impression que le jeu avait encore beaucoup à m’offrir, que je n’avais qu’effleuré en surface les stratégies possibles.

Plaisir

Malgré que les jeux où l’on doit nourrir des personnages ne me plaisent pas particulièrement, certains font exception. Stone Age (L’Âge de Pierre), par exemple, mais aussi Little Town. J’ai toutefois tendance à oublier de me concentrer sur cette tâche. Heureusement, mon partenaire de jeu m’a permis quelques fois de revenir en arrière d’un tour pour amasser une ressource manquante, afin d’éviter de perdre le 3 points par Ouvrier qui ne peut être nourri.

Le plaisir atteint son paroxysme à la quatrième manche, car à ce moment, on est bien installés et on recueille les fruits de notre labeur. Une petite dose d’adrénaline se fait sentir au moment de vérité qui nous indiquera si notre petite ville est fonctionnelle et rentable. Comme il n’y a pas d’objectifs privés dans ce jeu, l’issue de la victoire pourrait être prévisible deux ou trois tours avant la fin de la partie, dépendant de l’écart de points au compteur.

Little Town n’est pas un jeu où il y a beaucoup de confrontation à deux joueurs. En effet, on aura tendance à jouer chacun de son côté. Toutefois, on peut facilement décider de mettre des bâtons dans les roues de l’adversaire, en posant un Bâtiment dans sa zone, par exemple. Ou bien, il est possible de construire une tuile Bâtiment que l’adversaire convoitait. Soyons prêts toutefois à nous faire voler à notre tour un emplacement convoité où l’on souhaitait le placer.

Le rythme du jeu est assez tranquille, les choses avancent à petit pas, ce qui nous donne envie d’avancer plus vite, mais ce n’est pas négatif. En fait, ça nous donne envie d’y revenir.

Appréciation générale de Little Town

Un jeu simple mais avec assez de stratégie, coloré, efficace, comment ne pas aimer ? Little Town nous prouve qu’il n’est pas nécessaire de se compliquer la vie pour avoir du plaisir. Nous avons bien apprécié nos parties à deux joueurs et avons bien hâte de le tester à trois ou quatre joueurs. Parions qu’il y aura beaucoup plus de chicane pour le meilleur emplacement sur le plateau ! Pour un choix de jeu stratégique pas trop compliqué, sans zone grise, Little Town est un choix parfait !

J’aime

  • L’installation rapide
  • L’efficacité des mécaniques tout en simplicité
  • Le matériel coloré
  • La durée d’une partie de moins d’une heure

J’aime moins

  • Les objectifs qui peuvent devenir non-réalisables

La copie de Little Town a été fournie par IELLO.

Little Town

Graphisme
Matériel
Thématique
Mécanique
Plaisir

Efficace

Un jeu parfait pour apprendre le placement d'ouvriers ou pour apprécier cette mécanique dans un thème sans artifices.

À propos de Geneviève Corriveau

Adepte de jeux de société, j’adore apprendre. Pro de la recherche, je veux tout savoir sans rien demander. Mordue d'informatique, de technologie et de gadgets, je suis une geek intense et passionnée qui aime s'informer et s'amuser.

Aussi à voir...

Shamans : un mystérieux jeu de plis et de rôles cachés

Intriguée est le premier mot qui me vient à l’esprit en pensant au jeu Shamans. …

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.