La saga des jeux Century : deux thématiques, trois jeux, sept possibilités

Dans la trilogie Century, l’auteur Emerson Matsuuchi a élaboré un système de jeu modulable pouvant se présenter sur plusieurs thèmes. Dynamiques et accessibles aux familles, leur mécanique principale est la réalisation d’une combinaison de ressources pour un maximum de points de victoire. Pour ce faire, trois mécaniques secondaires, une par jeu, nous sont proposées. Séparés ou combinés, il y a sept combinaisons.

Publiés entre 2017 et 2020, nous vous présentons les différents jeux dans les deux thématiques choisies.

Trilogie Century ou son édition Golem : laquelle choisir ?

La thématique : la majeure distinction entre les deux

Peu importe l’édition, les mécaniques sont identiques. La distinction se fait au niveau de sa thématique (illustrations et ressources).

Commerce des épices

D’abord, la thématique de la route des épices a été publiée. Nous débutons dans le marché, poursuivons notre voyage par bateau en construisant des comptoirs sur les îles pour terminer dans le Nouveau Monde. Des illustrations de couleurs terre et des cubes de bois habillent les mécaniques.

Les épices de Century : gingembre, piment, thé et clous de girofle.

Univers fantastique du monde de Caravania

Bien qu’imaginée en premier, la thématique de la réanimation de puissants géants à l’aide de cristaux nous transporte dans l’univers fantastique de Caravania. Avec des illustrations inspirées des mangas, une palette de couleurs éblouissantes et des ressources en acrylique, nous traversons  la route du Golem de son entrée aux contrées sauvages en faisant escale dans les montagnes orientales.

Mécaniques et matériel

Les jeux de la trilogie Century nous amènent à optimiser nos options afin d’atteindre des objectifs de combinaison de ressources. Pour ce faire, chaque titre utilise ses propres mécaniques principales avec le matériel s’y rattachant.

1 – Construction de main (« deck-building ») et recrutement (« draft) » de cartes

Dans le premier volet, nous tentons de faire fructifier notre commerce en recrutant des cartes sur lesquelles sont illustrées des ressources pour réaliser les cartes de points. À notre tour, nous avons le choix entre :

  • Recruter une carte :
    Six cartes sont disposées horizontalement face visible et les autres forment une pioche face cachée. La première à partir de la gauche ne coûte rien tandis que nous devons laisser une ressource au choix par carte si nous voulons nous déplacer vers la droite. Aussitôt, une nouvelle carte est ajoutée à droite et les autres sont glissées vers la gauche
  • Jouer une carte de sa main :
    Celle-ci nous permet de récolter un certain nombre de ressources spécifiques ou d’effectuer une transformation.
  • Acheter une carte de points :
    Nous achetons une carte de points parmi les cinq placées au-dessus de celles de ressources. L’achat des deux premières à partir de la gauche nous rapporte une pièce de monnaie (nombre limité) pour des points bonus en fin de partie.
  • Reprendre en main toutes nos cartes jouées.
Century – La route des épices
Century – Édition Golem

2 – Exploration, construction et livraison

Dans le second jeu, nous établissons notre réseau commercial en nous déplaçant dans un plateau constitué de tuiles hexagonales.

  1. Déplacement (facultatif)
    Le premier déplacement vers une tuile adjacente est gratuit. Pour poursuivre, nous devons déposer une ressource par case que nous quittons. Si elle est déjà occupée par un (ou des) adversaire(s), nous devons le (ou les) payer d’une ressource au choix.
  2. Une action au choix :
    • Marché : y construire un comptoir (si pas déjà fait) et faire l’action (récolte ou transformation) ;
    • Livraison : livrer les ressources pour réclamer la tuile de pointage ;
    • Récolte : prendre deux ressources de la plus petite valeur.
Century – Merveilles orientales
Century – Édition Golem – Montagnes Orientales

3 – Exploration et placement d’ouvriers

Enfin, nous explorons des lieux pour y faire de fabuleuses découvertes munis de petits personnages (marchands). Une seule action est possible :

  • Activation  : utiliser un lieu en y plaçant le nombre requis de marchands (production, amélioration, troc ou bonus) ;
  • Repos : récupérer tous nos marchands présents sur les différents lieux.

Mes impressions

Tous les titres de la collection sont d’excellents jeux d’introduction. Bien que répétitifs, ils deviennent rapidement addictifs. Peu importe l’édition, le matériel est de bonne qualité et les illustrations magnifiques.

Une relation amour-haine

Oh Century, comme j’aime te détester et déteste t’aimer. Avec mon grand déficit d’attention, ces jeux présentent d’énormes défis pour moi. Avant ma prise de médication, il m’était totalement impossible d’y jouer dans le bruit ou d’entendre les conseils des autres. Tout se bouscule dans ma tête. Un instant, je me concentre sur un objectif et ma stratégie pour l’atteindre me parait si simple. Puis, il m’arrive une crampe au cerveau et j’oublie tout. Pire encore, un adversaire a été plus rapide que moi. J’avais des maux de tête et des larmes me montaient aux yeux. Je me fâchais contre moi-même. Malgré tout, ces jeux me plaisent. C’est à n’y rien comprendre ! À présent, j’arrive à enchaîner deux parties de suite avec un léger mal de tête.

Femme de défis, je les vois comme un moyen de me dépasser, travailler ma concentration et évaluer mes progrès. Par contre, je n’ai pas encore eu le courage de les combiner. J’en suis terrifiée.

Mes préférences

À l’exception de Century Édition Golem Montagnes Orientales, j’ai joué plusieurs parties de tous les jeux. Personnellement, je préfère de loin l’édition Golem pour la clarté des illustrations et les cristaux. Pour moi, la différence la plus flagrante se situe dans le troisième volet. À l’origine, j’avais de la difficulté à situer les lieux dans le plateau trop chargé. Combien d’autres jeux contiennent les fameux cubes de couleurs ternes ? Trop ! Vivement les cristaux transparents !

J’ai en ma possession Merveilles orientales (édition originale) et Un monde sans fin (édition Golem). Si je voulais compléter la collection, je me procurerais les Golem. Par contre, j’ai un grand attachement sentimental pour Merveilles orientales puisqu’il a été dédicacé par l’illustrateur Chris Quilliams. Un dessin d’un éléphant, mon animal fétiche depuis ma tendre enfance, de la main de mon illustrateur favori. Comme je me sens privilégiée !

Mon appréciation générale de la saga Century

J’aime

  • Fluidité
  • Accessibilité
  • Gros défi de concentration (amélioration de mes capacités)
  • Illustrations
  • Cristaux de l’édition Golem
  • Combinaison des jeux

J’aime moins

  • Les cubes de bois
  • Répétitif
  • Gros défi de concentration (j’oublie ce que je fais et maux de tête)
  • Les tapis de jeux sont vendus séparément
  • J’aurais aimé une boîte contenant tous les jeux de la trilogie, sans les ressources en triple
  • Cartons du plateau fragiles dans le troisième jeu

 

Crédits sur les six jeux

Tous les jeux ont été créés par Emerson Matsuuchi et publiés par l’éditeur québécois Plan B Games. Ils ont été conçus pour deux à quatre joueurs de huit ans et plus, durent de 30 à 45 minutes et se détaillent au prix de 44,99$.

Édition originale

Édition Golem

La copie du jeu Century Golem Édition Un monde sans fin a été fournie par Ludold

À propos de Catherine Watts Cowan

Je suis une vraie geek de jeux de société. Mon premier amour dans le monde moderne a été Carcassonne. J'adore jouer en famille (maman de deux mini-geeks de 12 et 13 ans), entre amis ou avec des étrangers. J'aime découvrir les nouveautés et les endroits ludiques. Je suis une grande passionnée qui ne manque pas de sujets à partager!

Aussi à voir...

Les Sombres Royaumes de Valéria, enfin nous sommes les méchants !

Après tant de victoires sur les forces du mal, le royaume de Valéria semble enfin …

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.