New York Zoo, un autre jeu de polyominos signé Uwe Rosenberg

Chers concepteurs, vous êtes conviés au New York Zoo afin de démontrer vos talents en construction d’enclos pour y accueillir de nouveaux animaux et élever leur progéniture. La mécanique de ce jeu familial est plutôt simple : assembler de nouvelles tuiles d’enclos ou obtenir de nouveaux animaux pour les remplir. Derrière cela se cache une belle profondeur d’optimisation pour profiter au maximum de la reproduction de nos animaux.

Jeux similaires du même auteur

L’auteur Uwe Rosenberg n’en est pas à ses premières armes en développement de jeux de placement de polyominos. En effet, il est derrière le célèbre jeu pour deux Patchwork (2014), Cottage Garden (2016), Indian Summer (2017) et Spring Meadow (2018). Est-ce que New York Zoo apporte un truc nouveau ou n’est-il pas qu’un autre de la collection ? Voici mes impressions.

New York Zoo : qui terminera en premier ?

But du jeu

Être le premier à recouvrir toutes les tuiles de notre zoo avec des tuiles d’enclos et d’attractions.

Mécaniques

New York Zoo est un jeu de placement de tuiles (enclos) et de gestion de ressources (animaux). Également, nous pourrions parler de course (compléter son zoo en premier) et d’optimisation d’actions (sauver des tours en utilisant la reproduction de nos espèces à notre avantage).

Matériel

Dans la boite, nous retrouvons 8 plateaux double-face (selon le nombre de joueurs), une piste d’action avec des emplacements pour les tuiles enclos, 45 tuiles enclos en 4 nuances de vert, des tuiles animaux utilisées en cas de manque de matériel pour la partie, des jetons de porte pour le mode solo, différentes tuiles d’attraction et des animaux en bois (28 suricates, 26 flamants roses, 24 kangourous, 24 pingouins, 24 renards arctiques et 1 éléphant).

Déroulement

Les tours consistent à avancer l’éléphant d’un certain nombre de cases en fonction du nombre de joueurs et de notre stratégie, pour ensuite effectuer l’une des deux actions s’y rattachant :

  • case enclos : placer la première tuile verte de la pile et y installer un animal ;
    Emplacement avec tuile enclos verte
  • case d’acquisition d’animaux : prendre les animaux affichés pour les ajouter à un enclos existant de la même espèce ou dans une de nos habitations.
    Case d’acquisition d’animaux, prendre un suricate et/ou un flamant rose

Naissances

Dès que l’éléphant franchit l’une des cinq lignes de naissance, tous les joueurs sont affectés. Le joueur actif doit d’abord faire son action principale, puis les naissances se font simultanément. Ainsi, tous ceux ayant au moins deux animaux de l’espèce correspondante en obtiennent un pour le placer dans le même enclos. Il est également possible de procéder à une deuxième naissance dans un enclos différent ou de l’ignorer.

Naissance de suricates

Enclos remplis

Dès qu’un enclos est rempli, nous les échangeons contre la tuile attraction de notre choix. Ainsi, nous remettons tous les animaux sauf un, s’il reste de la place dans une de nos habitations, dans la réserve.

Fin de partie

La partie prend fin aussitôt qu’un joueur réussit à couvrir toutes les cases de son parc. Si elle se termine avec une action principale, le joueur actif gagne et la naissance possible est annulée. Par contre, si elle se termine avec une naissance, tout le monde peut achever ses constructions et partager la victoire en ajoutant des attractions.

Mon expérience de jeu

Malgré ses défauts, New York Zoo m’a beaucoup plu et je compte y jouer régulièrement. En plus, mon animal fétiche (l’éléphant) « contrôle » la partie ! Cependant, il n’a pas fait l’unanimité auprès des autres testeurs.

Points forts

Bien entendu, j’ai craqué pour les meeples d’animaux et les illustrations. Au-delà de son apparence, la mécanique de puzzle avec l’ajout de gestion de progéniture apportent un aspect très intéressant.

Grâce aux petits ajustements en fonction du nombre de joueurs, le jeu est bien équilibré et les parties sont serrées. Notons, par exemple, le nombre de cases à couvrir selon le nombre de joueurs (plus nous sommes nombreux, moins il y en a), la règle spéciale de naissance bonus pour deux ou trois joueurs et les règles pour des duels plus rapides.

Mode solo

Afin d’évaluer toutes les facettes du jeu, j’ai testé le mode solo. D’un œil critique, il a été bien conçu, mais je préfère de loin jouer à plusieurs.

Points faibles

Pour un jeu si simple, la lecture du livre de règles a été très fastidieuse. C’est écrit en tout petit avec de longues phrases au lieu d’aller droit au but.

Pour moi, le gros point négatif est la distinction des quatre nuances des dégradés de vert pour les tuiles des enclos qui alourdit grandement la mise en place. Certes, elles ne comportent pas le même nombre de cases (quatre, cinq, six ou sept), mais les compter ne facilite pas du tout la tâche.

Au niveau du matériel, j’ai trouvé les plateaux de joueurs minces et fragiles. Enfin, la boite incluse pour le rangement est une fausse bonne idée. Je conçois qu’elle puisse s’avérer utile pour épurer la mise en place, mais l’absence de séparateurs et de couvercle mélange tous les animaux et nécessite toujours un sac de plastique pour le rangement.

Plaisir

Je prends beaucoup de plaisir avec les jeux du genre. De nature plutôt impulsive avec un important déficit d’attention, les tours s’enchaînent rapidement et les joueurs souffrant de paralysie d’analyse (analysis paralysis) diminuent énormément mon plaisir. Pour moi, les jeux de puzzle se doivent d’être rapides et fluides pour ne pas perdre ma concentration.

New York Zoo se démarque-t-il des jeux de la même famille ?

En tant que grande amatrice de jeux de polyominos, mes attentes étaient mitigées. D’abord, je savais d’emblée qu’il me plairait énormément. Par contre, ma ludothèque étant déjà bien garnie de jeux de la même famille (Cottage Garden, Indian Summer, Barenpark, Scarabya, Calico et l’Île des chats), en quoi New York Zoo réussirait-il à se démarquer ?

Personnellement, je le préfère à Cottage Garden et Indian Summer pour plusieurs raisons et je songe à me départir de ces deux derniers. Bien que je n’aie pas encore essayé Spring Meadow, je crois que New York Zoo réunit des mécaniques de ses prédécesseurs pour former un tout. En effet, la mécanique de déplacement d’un marqueur pour indiquer la tuile à prendre se retrouve dans Cottage Garden, l’évolution des tuiles, la production de ressources et la course à remplir toutes les cases de notre plateau.

Aussi, je le trouve plus attrayant tant au niveau du graphisme que les adorables animaux en bois.

J’aime

  • Marqueur éléphant
  • Graphisme des animaux
  • Équilibre
  • Mécanique de puzzle
  • Meeples animaux
  • Les naissances
  • Mode solo

J’aime moins

  • Lourdeur du livret de règles
  • Nuances de vert difficiles à distinguer
  • Léger manque d’originalité
  • Plateaux trop minces et fragiles
  • Boite pour les animaux

La copie de New York Zoo a été fournie par Ludold.

New York Zoo

Graphisme
Matériel
Thématique
Mécanique
Plaisir

J'adore !

Dans New York Zoo, nous optimisons la conception de notre parc animalier en construisant des enclos pour nos animaux et nous élevons leur progéniture.

À propos de Catherine Watts Cowan

Je suis une vraie geek de jeux de société. Mon premier amour dans le monde moderne a été Carcassonne. J'adore jouer en famille (maman de deux mini-geeks de 12 et 13 ans), entre amis ou avec des étrangers. J'aime découvrir les nouveautés et les endroits ludiques. Je suis une grande passionnée qui ne manque pas de sujets à partager!

Aussi à voir...

Les Pionniers sur la Piste de l’Oregon

Éventuellement, sans vraiment m’en rendre compte, je reviens vers la thématique du Far West. Non, …

2 commentaires

  1. Bonjour,

    En comparaison avec Barenpark, lequel preferez-vous? Ils semblent assez similaires et sont souvent comparés.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.