The Witcher : Nightmare of the Wolf – Un film qui déborde d’action et de viscères !

Annoncé lors du Witchercon qui a eu lieu le 9 juillet dernier, le film d’animation The Witcher : Nightmare of the Wolf (Le Sorceleur : Le Cauchemar du Loup) est maintenant disponible sur la plateforme de diffusion Netflix. Se déroulant bien avant les événements des romans, de la série télé et des jeux, le film raconte les origines du mentor de Geralt, Vesemir. Ceux qui ont lu les romans et joué aux jeux connaissent déjà bien le bienveillant « oncle Vesemir », celui qui, à la tête de l’École du Loup, a tout appris à son apprenti, ainsi qu’aux compagnons de ce dernier. On le retrouvera d’ailleurs dans la prochaine saison de The Witcher. D’une durée de tout juste en-dessous d’une heure et demie, le film passe rapidement des scènes d’action à celles de conversations, et nous fait découvrir l’enfance du personnage principal à l’aide de retours en arrière. Les amateurs de la franchise seront ravis de connaître le passé de Vesemir, en autant qu’ils aient l’estomac solide !

Découvrez les origines d'un des personnages les plus populaires du monde de The Witcher, Vesemir
Le film dévoile les origines de Vesemir, le sorcelleur qui a servi de mentor au célèbre Geralt of Rivia.
  • Studio de production : Studio Mir
  • Distributeur : Netflix
  • Réalisateur : Kwan Il Han
  • Distribution : Theo James, Lara Pulver, Graham McTavish, Mary McDonnell
  • Durée : 83 minutes
  • Site officiel

Le film débute plusieurs décennies avant les exploits du célèbre Geralt of Rivia. Vesemir est un jeune sorcelleur de l’École du Loup, l’un des groupes de chasseurs de monstres les plus puissants du Continent. Au détour d’un chemin dans les bois, il parvient à sauver un jeune garçon noble de l’attaque d’une créature. Peu avant que cette dernière ne rende l’âme, elle parvient à dire quelques mots en langage elfique, ce qui fait penser à Vesemir que la créature devait être contrôlée par quelqu’un. En même temps, une jeune sorcière, Tetra, implore le roi d’attaquer la grande forteresse de Kaer Morhen, repère des sorcelleurs de l’École du Loup, qu’elle considère comme étant de vulgaires mercenaires qui profitent du chaos ambiant pour s’enrichir. Cependant, au lieu d’accéder à sa demande, le roi lui impose d’accompagner Vesemir dans sa quête pour découvrir le secret derrière ces monstres qui semblent être dotés de la parole. Ce qu’ils vont découvrir va secouer Vesemir au plus profond de ses convictions.

La magie de la sorcière Tetra s'alliera à la lame du sorcelleur Vesemir pour découvrir un terrible secret
Tetra, une sorcière qui voue une haine farouche pour les sorcelleurs, devra faire équipe avec l’un d’entre eux pour lever le voile sur un terrible secret.

Le style d’animation utilisé pour le film est très similaire à celui derrière la série télé Castlevania, un autre produit dérivé d’une célèbre franchise de jeux vidéo. Contrairement à la série tournée avec des acteurs en chair et en os, le film d’animation se permet des cascades qui sont pratiquement surhumaines, même pour un acteur de la trempe de Henry Cavill. Les nombreuses séquences d’action regorgent de lames qui fendent l’air, de flammes qui apparaissent comme par magie et des tonnes de viscères qui découlent de ces affrontements. Le film s’adresse définitivement à un auditoire adulte car certaines scènes sont difficiles à digérer. Il n’est pas rare de voir des images cauchemardesques, même dans les séquences plus tranquilles où Vesemir et Tetra sont au coeur de leur investigation. Les personnages sont bien détaillés et animés, on prend plaisir à voir un Vesemir jeune et dans la force de l’âge. Les acteurs embauchés pour leur donner vie font tous un excellent travail, en particulier Theo James et Lara Pulver dans les rôles principaux. On ne retrouve pas les héros et méchants typiques, tous les personnages ont leur côté sombre qui les rend plus vulnérables et humains (ou elfes).

Le jeune Vesemir frôle l'arrogance dans sa confiance en ses capacités de sorcelleur
Le jeune Vesemir est au sommet de sa puissance à cette époque et il ne se gêne pas pour le montrer !

Il n’est pas nécessaire d’avoir lu les romans ou avoir joué aux jeux pour apprécier The Nightmare of the Wolf, mais il est indéniable que ceux qui ont une connaissance de l’univers auront plus de plaisir que les autres. On en apprend plus sur le processus de créations des sorcelleurs, une épreuve qui est loin d’être de tout repos. Également, on découvre la raison pourquoi la forteresse de Kaer Morhen est à moitié en ruines dans le prologue des jeux The Witcher et The Witcher 3, ainsi que la haine que voue plusieurs habitants du Continent aux sorcelleurs. On a même droit à quelques clins d’œil à des éléments des romans et des jeux, mais nous ne gâcherons pas la surprise.

The Witcher : Nightmare of the Wolf est disponible dès maintenant sur le service de diffusion Netflix. Il est recommandé à des spectateurs de 17 ans et plus.

À propos de Frédéric St-Georges

Je suis un geek assumé et fier de l'être, qui joue régulièrement aux jeux vidéo depuis l'âge de cinq ans, maniaque de séries télé comme Babylon 5, Star Trek Voyager et Game of Thrones. Geekbecois représente pour moi une belle opportunité de partager avec vous mes passions, vous informer et même parfois vous divertir avec un jeu de mots à la qualité douteuse!

Aussi à voir...

Une campagne Kickstarter souhaite réincarner Geralt en samouraï

La franchise The Witcher (le Sorcelleur) a fait naître bien des petits depuis la sortie …

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.