Patchwork : le jeu de société pour deux fines aiguilles

Des pièces colorées, comme les courtepointes d'antan.

En animation de soirée ludique, j’entends souvent des gens trouver déplorable d’avoir d’excellents jeux à la maison, mais personne avec qui jouer. En effet, la difficulté de trouver des partenaires de jeux fiables tous disponibles le même soir et aimant le même type de jeu relève presque de la discipline olympique… Vous pouvez bien sûr vous joindre à un groupe qui anime des soirées ludiques près de chez vous, mais, si vous désirez rester dans le confort de votre foyer sans avoir à faire une annonce sur Facebook pour recruter des joueurs, j’ai peut-être une solution pour vous : Patchwork, le jeu d’Uwe Rosenberg.

  • Nombre de joueurs : 2
  • Durée : 30 min
  • Auteurs : Uwe Rosenberg
  • Éditeur : Funforge, Mayfair Games
  • Année : 2014

 

Patchwork

Patchwork en quelques mots…

L’histoire du patchwork remonte au tout début des temps, alors que les hommes préhistoriques en manque de grandes peaux animales ont imaginé des vêtements provenant de peaux de petits animaux. Mais les motifs contemporains ont vu un pic de popularité notamment lors de la colonisation dans le Nouveau-Monde. Les colons rapiéçaient tous les bouts de tissus possibles pour se faire de chaudes couvertures pour les froids hivers en Amérique. La technique a bien évidemment évolué depuis le temps et a même gagné en popularité dans les dernières années, que ce soit au niveau décoratif ou de la confection.

Patchwork

 

Que faut-il faire pour gagner ?

Inutile de « s’enfarger dans les fleurs du tapis » et allons droit au but… Le but de Patchwork est d’assembler la plus belle courtepointe possible en n’y laissant aucun trou et en accumulant le plus de boutons possible. Les boutons (monnaie du jeu) nous permettent d’acheter des nouvelles pièces qui viendront orner à merveille notre ouvrage. La forme des pièces de tissus rappellera certainement un certain jeu de 1984, Tetris. Petite particularité, les tours de jeu ne se font pas comme à l’habitude d’un joueur à l’autre dans le sens horaire. Dans une partie de Patchwork, les tours de rôle s’enchaînent selon l’avancée sur la planche de jeu. Le joueur qui a le plus de retard joue en premier (un peu comme au golf, le joueur le plus loin du « green » frappe en premier… il me semble… si j’insulte les joueurs de golf, veuillez m’excuser !). Particularité importante dans un jeu à deux joueurs : sans cela, le premier joueur aurait tout un avantage !

Avis sur le jeu

Personnellement, je ne croyais pas trop aux jeux à deux joueurs. Habituée aux jeux de quatre à six joueurs, je suis partie avec une certaine appréhension. J’ai été agréablement surprise… En effet, être seulement deux joueurs avait son lot d’avantages : j’ai sorti le jeu plus souvent que je l’avais imaginé, étant donné que j’avais plus d’occasions d’y jouer. Le temps d’une partie est d’environ 30 minutes donc était parfait le temps d’un café à la maison. Aussi, le prix de vente est abordable, le jeu venait chercher les gens plus réservés qui n’aiment pas particulièrement les joutes endiablées de Munchkin, par exemple. De plus, la nomination aux Spiels des Jahres en 2015 et un prix au BoardGameGeek Golden Geek Award en 2014 prouvent encore une fois que Patchwork est un choix éclairé pour offrir en cadeau…. ou pour votre collection à la maison ! Vous enchaînerez les parties sans vous lasser, c’est garanti !

Site officiel du jeu | Page BoardGameGeek

Merci à Funforge d’avoir autorisé l’utilisation des photos pour la description des différentes composantes du jeu.

À propos de Jessica Fiset

Les filles "geek", c'est une denrée rare! Ayant évolué au sein de "gang de gars" toute ma vie, j'ai rapidement développé une passion pour les jeux plutôt que pour les mises en plis. Dans le cadre de mon merveilleux travail d'éducatrice spécialisée, j'utilise souvent le jeu pour développer des compétences chez les enfants... et les adultes.

Aussi à voir...

Volt

Asmodee – Les sorties jeux de société prévues pour cet automne

Avec les fêtes qui arrivent à grands pas, les éditeurs de jeux de société sortent …

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *