Mr. Cuddington : la merveilleuse histoire d’un duo d’illustrateurs québécois

Nous savons tous que les illustrations d’un jeu de société sont devenues essentielles à son expérience. Nous cherchons à vivre une immersion. Certains sont une véritable œuvre d’art en soi. Outre leur haute qualité visuelle, avez-vous remarqué une grande similitude entre les titres suivants : Santorini, Brass : Lancashire, Brass : Birmingham, Charterstone et le magnifique Grimm Forest ? Ils sont tous signés Mr. Cuddington ! Saviez-vous que ce pseudonyme est totalement québécois, plus précisément de Warwick ? Qu’il s’agit en fait du couple formé par Lina Cossette et David Forest ?

Mr. Cuddington

Malgré leur grand succès, ils sont demeurés humbles et reconnaissants de leurs opportunités. Voici le récit de mon entretien rempli de générosité avec Mr. Cuddington lors de la deuxième édition du Délirium Ludique de Québec.

Mr. Cuddington, une histoire d’amour et de passion

D’emblée, ils m’ont fait la blague de discuter autour d’une partie de Brass. Cela répondait à ma première question à savoir s’ils étaient des amateurs de jeux de société ! Rencontrés lors de leurs études au Cégep du Vieux Montréal, le couple se cherchait un projet commun pour travailler de la maison, question de consolider l’équilibre travail-famille pour leurs futurs enfants. C’est ainsi que Mr. Cuddington est né en 2014.

(Geekbecois) Pourquoi utilisez-vous un pseudo ?

(Mr. Cuddington) Nous voulions former une équipe et avoir un nom d’artiste. Nous travaillons en fusion pour réunir nos forces et que nos œuvres ne soient pas distinguées les unes des autres.

Comment vous est venue l’idée du nom Cuddington ?

À l’époque de la création de Mr. Cuddington, nous avons voyagé en Angleterre. Plusieurs noms à consonance anglaise nous venaient en tête. Nous cherchions à garder un mystère tout en restant rigolos. Nous écoutions la série télévisée My Name is Earl et un des personnages s’appelle Mr. Covington, ce qui nous a fait penser à Cuddington.

Quel jeu a enflammé votre passion ludique ?

David : Innovation

Lina : Seasons. Il est devenu mon but artistique. Je voulais me rendre à ce niveau graphique.

Parlez-moi de votre parcours académique et professionnel

Nous avons fait nos études en cinéma au Cégep du Vieux Montréal. Nous avons travaillé sur des dessins animés et des jeux vidéo. Lina a illustré plusieurs applications mobiles et David a fait partie de l’équipe de création du court métrage Le Gouffre.

Pourquoi vous être lancés en jeux de société plutôt qu’en jeux vidéo ?

Nous ne voulions pas ouvrir un studio de production, mais créer seulement à deux. Ce qui est possible dans les jeux de société, contrairement aux jeux vidéo qui demandent une grande équipe.

D’où vient votre inspiration lorsque vous travaillez sur un jeu ?

D’abord et avant tout, nous voulons plaire au public cible. Nous n’irons pas du tout dans le même style pour une famille et pour une clientèle adulte. Nous sommes inspirés par d’autres jeux que nous trouvons beaux ainsi que par la thématique. Nous visons toujours l’originalité.

Comment organisez-vous la répartition des tâches ?

Nous sommes fusionnels. Un de nous commence une esquisse et nous demandons l’avis à l’autre. Nous n’envoyons aucune communication professionnelle sans l’avoir lue tous deux. Lorsque nous sommes bloqués, notre partenaire nous donne un regard neuf. Nous avons toujours quelqu’un pour défouler nos frustrations et travailler nos idées.

Quel est votre projet coup de coeur ?

Santorini ! Venant d’une petite ville comme Warwick, l’offre en jeux de société dans les boutiques locales est plutôt limitée. Quelle fierté de voir sa création sur tablettes !

Ensuite, Tidal Blades- Heroes of the Reef (Kickstarter), notre plus récent projet. Il s’agit de notre premier projet carte blanche. C’est un jeu de placement d’ouvriers et le thème aquatique nous inspirait.

Concevez-vous aussi les figurines ?

Oui, nous concevons les plans que nous envoyons à un fournisseur qui les imprime en 3D et nous les envoie par la poste. Ensuite, nous apportons les modifications avant de soumettre à notre client.

Sur quoi travaillez-vous en ce moment, si vous pouvez bien m’en parler ?

Bien sûr ! Nous travaillons sur Steampunk Rally : Fusion. Il est totalement indépendant du premier tout en restant dans le même univers, ce n’est pas une extension ni une suite.

Puis, nous entamerons la suite du projet Tidal Blades, un jeu d’exploration « dungeon crawler » et nous débordons d’idées pour celui-ci. Rien n’est confirmé, mais nous espérons avoir la chance de l’adapter en bande dessinée ou en série animée éventuellement.

Comment estimez-vous le temps que demande un projet ?

Cela dépend beaucoup du nombre de cartes uniques. Une carte prend environ une journée de travail et une couverture une semaine entière. Parfois, nous participons à la création dès l’étape du prototype et des fois seulement aux illustrations finales.

Carte promo dédicacée pour le jeu Santorini

Quels illustrateurs admirez-vous ?

Nous admirons surtout des illustrateurs français : Vincent Dutrait (Museum), Fossard Christophe alias Biboun (Dice Forge), Xavier Collette (Dixit, Mysterium, Timeline). Sinon, nous apprécions Andrew Bosley (Everdell).

En conclusion, quels conseils donneriez-vous aux jeunes qui aimeraient se lancer dans le métier ?

Jouer, jouer et encore jouer ! Analyser l’univers immersif de chaque jeu. Il est important d’être persévérant et ne pas hésiter à mettre tous nos efforts pour livrer un travail qui nous plaît à 100 %.

Ludographie

  • 2007 : Brass : Lancashire
  • 2015 : Steampunk Rally
  • 2016 : Santorini
  • 2016 : Barnyard Roundup
  • 2016 : The Great Dinosaur Rush
  • 2017 : Charterstone
  • 2017 : Unfair
  • 2018 : Grimm Forest
  • 2018 : Brass : Birmingham
  • 2019 : Steampunk Rally : Fusion
  • 2019 : Tidal Blades : Heroes of the Reef

Pour suivre les projets de l’artiste

Site officiel | Page Facebook

À propos de Catherine Watts Cowan

Je suis une vraie geek de jeux de société. Mon premier amour dans le monde moderne a été Carcassonne. J'adore jouer en famille (maman de deux mini-geeks de 10 et 11 ans), entre amis ou avec des étrangers. J'aime découvrir les nouveautés et les endroits ludiques. Je suis une grande passionnée qui ne manque pas de sujets à partager!

Aussi à voir...

Entrevue avec Guiz de Pessemier : co-fondateur du studio Outerminds

Ghislain « Guiz » De Pessemier est le co-fondateur et chargé de développement des affaires chez Outerminds. …

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.