Chicken Police : une eggscellente surprise !

Lorsque j’ai vu ce jeu annoncé, je ne m’attendais pas à grand-chose. En fait, je me suis tout de suite dit que je devais jouer dû à l’absurdité de la situation. Il a fallu peu de temps avant que je me ravise, Chicken Police est un jeu dont la trame narrative m’a surpris au plus haut point. Étant un admirateur du cinéma noir et ayant une fixation étrange sur les poulets, je me suis lancé dans une aventure dont je n’avais pas prévu la conclusion…

Chicken Police : poulet être meilleur que tu penses !

  • Studio de développement : The Wild Gentlemen
  • Éditeur : HandyGames
  • Plateformes disponibles : PC, PlayStation 4, Xbox One et Nintendo Switch
  • Plateforme de test : PC
  • Classement : non disponible
  • Prix : 22,99$
  • Site officiel du jeu
  • Page Steam du jeu

Une ambiance sombre et un univers mystérieux

Pour ceux et celles qui n’auraient pas lu l’article annonçant le jeu, l’histoire de Chicken Police est un classique même de la structure d’un film noire. Vous suivez les vedettes de la fameuse « Chicken Police« , ce duo de policiers tout droit sorti des plus grands classiques du cinéma. D’un côté, vous avez Sonny Featherland. C’est un policier qui a été mis à la porte, qui est toujours amoureux de son ex-femme Molly et qui a des problèmes d’alcool. Il est désabusé, nostalgique et vit dans un hôtel quasiment abandonné. Malgré tout, il ne peut tourner la page, gardant dans le fond de son tiroir un badge de plastique afin de faire croire aux gens qu’il est toujours policier.

Puis, il y a également son ancien partenaire : Marty McChicken. Poulet à femmes, Marty est jeune et impulsif. Il veut sans cesse utiliser la force et sa carabine qu’il passe son temps à cajoler.

Dans cette soirée pleine de rebondissements, les deux protagonistes devront enquêter sur les menaces de mort reçues par une mystérieuse et séduisante jeune femme dont le passé est caché à tous… Plus la nuit avancera, plus les deux poulets se rendront compte qu’ils n’ont pas accepté d’enquêter sur une histoire aussi simple qu’elle en avait l’air…

C’est donc à travers cette enquête que vous découvrirez Clawville, une cité où les proies et les prédateurs cohabitent, se nourrissant de substituts de viandes et de grains. Vous aurez le plaisir de vous déplacer dans plus de 25 lieux et de rencontrer une trentaine de personnages hauts en couleur, provenant de toutes les espèces, qui ont décidé d’emménager dans la ville la plus corrompue du royaume.

Le jeu contient quelques cinématiques.
La nuit risquait d’être longue à Clawville…

Un « pointe et clique » d’enquête

Fusionnant les genres « Nouvelle visuelle » et « Pointer et cliquer », Chicken Police a trouvé la combinaison parfaite pour ce genre de jeu d’enquête. Pour ceux et celles qui se poseraient la question, il s’agit ici d’un jeu où la trame narrative est extrêmement importante. Nous sommes loin des jeux tels que L.A. Noire et c’est parfait ainsi.  Ce jeu est essentiellement une suite de dialogues et de nouvelles informations à absorber afin de mieux apprécier le nouvel univers qui nous est présenté.

Cependant, il ne s’agit pas uniquement de textes qui défilent devant vos yeux. L’intrigue policière est parsemée de mini-jeux qui, malgré leur simplicité, sont tout de même agréables. Comme l’histoire est entremêlée de ces divers systèmes de jeux, nous n’avons pas le temps de nous ennuyer ou de trouver la formule répétitive. De plus, ces jeux sont très différents. Par exemple, on peut avoir à tirer sur des cibles de pratique, ou encore trouver la combinaison d’un coffre-fort.

En plus de l’enquête, vous aurez l’occasion de découvrir l’univers grâce à diverses pièces d’information cachées à travers le jeu. Ces éléments d’histoire seront acquis en cliquant sur divers objets : une affiche, un itinérant, un menu de restaurant, etc. Évidemment, comme la plupart des jeux de types « pointer et cliquer », vous pourrez également garder des objets essentiels à votre enquête. Une arme, des photos ou des pièces à conviction, par exemple.

L'interrogatoire de Natasha Catzenko.
Natasha Catzenko incarne le stéréotype de la femme fatale au sein de cette histoire policière.

Une trame narrative travaillée

En plus du scénario, la grande force du jeu est sans doute son côté esthétique ! Il y a une fusion entre la photo, la vidéo et le dessin qui m’ont profondément attiré. Les personnages aux corps d’humains et aux têtes d’animaux sont souvent immobiles. Cependant, ils ont certains mouvements subtils. Par rapport aux détails animaliers, ceux-ci sont parfois si minimes que nous pouvons mettre un certain temps à les constater. Par exemple, les ongles de Natasha sont très longs et rappellent les griffes d’un chat. Certains personnages auront de la fourrure à peine visible sur les bras. On met énormément d’emphase sur les traits humains des personnages, tout en gardant un aspect animal. Le tout, évidemment, saupoudré d’une teinte d’humour.

Je ne peux me permettre de passer sous silence les dialogues et le doublage du jeu. Ils sont tout simplement splendides ! La voix de chacun des personnages a été recherchée et n’aurait pu être mieux choisie. Pour vous donner une idée, nous pouvons facilement croire que Sunny Featherland est un gros fumeur… On peut l’entendre au son de sa voix. Même les voix sont des signatures du film noir !

Il y a plusieurs "mini-jeux" dans Chicken Police.
Il est possible de se pratiquer au tir !

Un mariage parfait entre visuel et musique

Certaines scènes, aux allures plus cinématographiques, mélangent vidéos et photographies. Alors que nos personnages ne bougent presque pas, le décor bouge. Cet élément aussi m’a rappelé les vieux films des années 50. Par moment, nos personnages sont dans une voiture et le paysage bouge d’une façon similaire aux scènes de voiture qui étaient filmées devant des écrans.

J’ai adoré la trame sonore composée de musique jazz qui rappelle, encore une fois, les films noirs. On ne s’en lasse pas et elle ajoute à l’ambiance d’enquête. Un jukebox est d’ailleurs disponible dans l’un des lieux du jeu, nous permettant d’écouter divers morceaux de la bande musicale.

Puis, évidemment, il y a le choix d’utiliser très peu de couleurs. Généralement, celles-ci sont utilisées afin de mettre en valeur des éléments « chocs » de la trame narrative. C’est le cas pour les yeux de Natasha qui nous sont décrits comme étant l’objet du désir de tous les hommes de la ville. Les concepteurs utiliseront également les couleurs pour certaines pièces à conviction… Cette utilisation permettra, encore une fois, d’ancrer une forte ambiance de suspense.

Sunny Featherland.
Sunny Featherland est subjugué par la beauté de Natasha Catzenko.

Quelques anicroches…

Évidemment, il ne faut pas aimer les jeux rapides qui demandent énormément de réflexes pour performer. Le jeu est lent et il pourrait être lourd pour certaines personnes. Il y a énormément d’informations à garder en tête. De plus, nous faisons face à un univers sorti tout droit de la tête des créateurs. Rien n’est parfaitement logique pour nous au premier abord, mais il y a toujours une raison. Bref, il y a parfois une quantité de nouvelles informations à ingurgiter qui pourrait faire peur à certains.

C’est la même chose du côté de l’enquête ! Le plus gros point négatif du jeu est sans doute la banque d’informations à notre disposition. Bien que nous recevions des notifications pour nous dire que notre journal de bord est à jour, rien n’indique ce qui est nouveau. Certains détails sont également absents de notre « codex ». Il m’est arrivé d’être devant un casse-tête dont je n’avais pas la réponse… Or, j’avais déjà vu l’information qui m’a servi de clé. J’ai malheureusement dû retourner explorer la carte pour l’obtenir.

Bien que ce soit un léger détail, il est d’une importance capitale dans un jeu d’enquête. Mon conseil ? Armez-vous d’un calepin et d’un crayon et prenez des notes vous-même ! Dans ce jeu où l’observation est chef, vous êtes mieux d’avoir plus de notes que de ne pas en avoir assez…

Puis, la durée de vie est sans doute un gros bémol du jeu. L’histoire dure autour de huit heures. Comme il s’agit d’une enquête, ce n’est pas le genre de jeu auquel vous voudrez rejouer éternellement.

Interaction avec les personnages peuplant l'univers.
Les protagonistes posent des questions à un barman…

Une belle découverte !

Avec ses dialogues, son ambiance et sa trame narrative, Chicken Police saura vous séduire. L’humour est présent, mais bien ficelé. Il s’agit généralement de jeux de mots qui n’en sont pas nécessairement dans l’univers présenté. Bref, on parle surtout de jeux de mots animaliers. Ce détail nous fait sourire, sans toutefois nous faire décrocher de l’histoire.

Si l’action n’est pas aussi enlevante que dans certains jeux d’action, la tension et le suspense sont quand même au rendez-vous. Vous aurez sans aucun doute envie d’en savoir plus sur l’enquête et sur cet univers étrange et fascinant.

S’il est vrai qu’il y a certains points négatifs, ceux-ci seront rapidement oubliés après quelques instants à jouer à ce petit bijou bien caché.

J’aime

  • Les graphismes
  • La musique
  • Le scénario
  • Le doublage

J’aime moins

  • Le manque d’information dans les notes

La copie de Chicken Police  a été fournie par HandyGames.

Chicken Police

Scénario
Graphismes
Bande sonore
Jouabilité
Durée de vie

Purrrfect !

L'univers peut sembler d'abord absurde et faire peur à certains. Cependant, on découvre rapidement un bijou qui nous fait sourire et qui nous permet une expérience narrative grandiose.

À propos de David Charbonneau

Étudiant et geek à temps plein, je suis passionné de jeux vidéo, de cinéma et de culture populaire. Ce que je préfère par-dessus tout est généralement un bon scénario, car l'histoire est pour moi plus importante que tout. J'anime également le podcast « Les choses qui n'intéressent (peut-être) que nous » sur les ondes de CHOQ.ca.

Aussi à voir...

Tonikaku Kawaii

Top 5 des meilleurs animes de l’automne 2020

Dans la précédente présentation de la programmation d’animes de l’automne 2020, je vous dévoilais les …

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.