V Rising en accès anticipé : la soif rouge de la survie

Au fond d’une caverne froide et humide se trouvent quelques cercueils en bois éparpillés au sol. Malgré l’omniprésence de l’odeur de poussière et de terre mouillée, un relent de putréfaction peut aisément être distingué. En dehors du doux ploc-ploc de gouttes d’eau qui s’échappent du plafond, rien ne vient perturber le sommeil des morts-vivants installés dans ces cercueils. L’histoire de V Rising, un jeu de survie empruntant des éléments des jeux de rôle d’action et des hack n’ slash, débute alors que votre avatar, un vampire en chair et en os, s’éveille dans cette sombre caverne, se dresse hors de son cercueil et se met en quête de reconquérir ses pouvoirs et de redevenir le puissant prédateur qu’il a autrefois été.

  • Studio de développement : Stunlock Studios
  • Éditeur : Stunlock Studios
  • Plateformes disponibles : PC
  • Plateforme de test : PC
  • Date de sortie : 17 mai 2022 en accès anticipé
  • Classement : Non disponible
  • Prix : Non disponible
  • Page Steam du jeu
VR_Caverne
C’est dans cette caverne glauque que l’aventure commence. Saurez-vous rebâtir votre gloire d’antan ?

Geekbecois a eu accès à V Rising dans un environnement de test bêta fermé précédant l’ouverture de l’accès anticipé au 17 mai 2022. Il est donc à prévoir que le jeu pourrait connaître des mises à jour suivant ces périodes de test. Ceci dit, le contenu disponible était plus que suffisant pour nous donner une bonne idée du potentiel de la proposition du studio suédois.

Dans la grande famille des jeux de survie

Je vais devoir commencer par une confession, je ne suis pas le plus grand amateur des jeux de survie. Ce genre vidéoludique est en fait un grand parapluie pour tous les jeux où l’objectif est de collecter des ressources, construire une base, développer ses connaissances et ses compétences puis partir en expédition pour remplir des quêtes, combattre ou pour continuer de progresser. Cela inclut les grands classiques comme Rust, DayZ, ARK : Survival Evolved ou d’autres plus nichés, comme Project Zomboid, Conan Exiles ou Raft. Une brève recherche vous permettra de trouver que les titres qui se targuent d’être des jeux de survie pullulent et sont offerts dans toute une gamme de thématiques et de styles de jeu (par exemple : plus ou moins jeu de rôle, vue à la première ou à la troisième personne, en solo ou en multijoueur, contre l’environnement ou en joueur contre joueur, etc.).

Mes expériences dans ces jeux n’auront pas été les plus agréables. Je me souviens encore de ma première partie de Rust alors que, nu comme un ver sur la plage, une grosse roche entre les mains, je me suis fait décapiter par un tir de sniper. J’avais à peine commencé à me questionner sur la fabrication de vêtements qu’un joueur disposant d’une technologie qui aurait paru purement extraterrestre à mon nudiste venait de décharger une balle de calibre 50 dans le crâne d’un pur inconnu disposant d’environ 90 secondes d’expérience de jeu. Bienvenue dans le monde des jeux de survie où c’est “tuer ou être tué”. Je pourrais vous parler également des longueurs associées à l’artisanat dans plusieurs de ces jeux (comme souligné dans ma critique de New World) qui viennent briser le rythme de la partie et qui ont un effet repoussoir assuré sur moi. 

VR_Cercueil
Vous aurez l’option de vous déconnecter dans votre cercueil pour vous protéger en votre absence. Par contre, évitez les absences prolongées, puisque qu’il faut ajouter des ressources fréquemment pour garder son château actif.

Donc, quand j’ai vu la proposition de Stunlock Studio, j’ai eu quelques sentiments mixtes sur le sujet. J’ai d’abord pensé que le monde des vampires, ces prédateurs éternels à la recherche de sang frais, inlassablement pourchassés par des chasseurs de vampire et devant fuir les rayons du Soleil pouvait très bien devenir un excellent contexte pour un jeu de survie. Après tout, n’est-ce pas là le propre de ces créatures de la nuit qui doivent “vivre” dans la clandestinité, guettant leurs proies ? C’est en fait un atout majeur de V Rising, la thématique est très bien pensée et s’adapte parfaitement aux mécaniques du jeu. 

Je me suis toutefois questionné sur le fonctionnement qui serait présenté et les modes de jeu. J’ai littéralement poussé un soupir de soulagement lorsque j’ai vu que le menu principal proposait un mode PvE (joueur contre l’environnement) où je n’allais pas devenir la victime d’un haut niveau en quête de sensations fortes à bon marché. Il y avait également d’autres modes intéressants, comme le solo PvP (joueur contre joueur) où il n’est pas possible de former des groupes ou le duo PvP pour jouer en équipe de deux. Il y a même un mode encore plus punitif de PvP. Puis, bien sûr, les classiques PvE et PvP. Dans ces derniers modes, il est possible de jouer en groupe jusqu’à quatre joueurs qui forment un “clan”.  

D’ailleurs, pour les fins de cette chronique, j’ai eu l’opportunité de tester le jeu avec trois complices qui ont découvert V Rising en même temps que moi et qui ont pu me partager leurs impressions. Nous avons opté pour le mode PvE puis après avoir personnalisé nos avatars avec les options moyennement généreuses de personnalisation, nous nous sommes éveillés dans cette caverne lugubre. Quelques minutes suffisent pour compléter les étapes de tutoriel avant d’apparaître sur la carte à proprement parler.  

VR_Groupe
V Rising a définitivement une valeur ajoutée en groupe. Le jeu est parfaitement optimisé pour que tous les membres du groupe reçoivent les bonus débloqués par chaque individu.

Une créature de la nuit

Après être sorti de la caverne, notre vampire aura une faim (ou plutôt une soif) de loup. Heureusement, la première zone est principalement peuplée de brigands et d’animaux sauvages, deux options parfaitement valables pour assouvir la soif rouge des vampires. En fait, la soif de sang est une mécanique centrale dans V Rising. Lorsqu’un vampire s’abreuve, il remplit une jauge qui représente la quantité de sang ingéré. Si jamais cette jauge devait être à zéro, le vampire commencera à perdre des points de vie et, éventuellement, il mourra. Ce sang peut être utilisé pour des fonctions essentielles comme soigner un allié au sol ou encore pour nourrir un ami malchanceux et désespéré pour du sang (en lui présentant son cou, notons-le). Le sang obtenu procure par ailleurs des avantages aux vampires selon sa qualité et son type. Le sang des animaux, par exemple, augmentera la vitesse de déplacement alors que celui des guerriers augmentera les dégâts physiques.

Il faudra également prendre garde à l’ennemi le plus coriace de notre vampire : le Soleil. Le jeu dispose d’un cycle jour-nuit qui n’est absolument pas cosmétique. Durant le cycle de nuit, notre personnage agit normalement. Mais dès le lever du Soleil, c’est une autre histoire. Si le vampire reste trop longtemps (quelques secondes au maximum) exposé aux rayons du Soleil, il commencera à encaisser une quantité brutale de dégâts, et ce, jusqu’à ce qu’il soit occis. S’il est possible de se terrer dans son château ou de construire des bâtiments dans son territoire afin de bloquer le Soleil, celui-ci sera inévitable lors des déplacements diurnes. Il faudra donc se promener sous le couvert des arbres et arpenter chaque coin d’ombre à la base des murs et des bâtiments. Cela peut poser problème dans les combats alors qu’il est possible d’être confiné à une zone ombragée lorsque les adversaires usent d’attaques à distance ou de magie. 

VR_Soleil
Un vampire exposé au Soleil recevra rapidement énormément de dégâts. Une animation particulièrement violente soulignera le processus dans l’interface du joueur pour lui rappeler de garder sa créature de l’ombre à couvert.

À cet effet, notre vampire disposera d’habiletés magiques qu’il devra débloquer en éliminant des personnages non-joueurs coriaces, des boss, qui en plus de permettre d’apprendre des recettes d’artisanat essentielles à la progression, feront avancer le personnage joueur dans les différents arbres d’habiletés magiques. À cela, on doit ajouter des compétences pour les armes qui s’ajoutent en fonction de la qualité de l’item. En tout et pour tout, il sera possible de jongler avec une demi-douzaine d’habiletés en même temps pour optimiser les combats. Toutes ces habiletés ont des chronos qui déterminent quand il est possible de les utiliser à nouveau. 

Par ailleurs, dans V Rising, on retrouvera tous les clichés associés aux vampires, par exemple le fait de porter de l’argent causera des dégâts, il est possible de se transformer en créatures de la nuit -comme des loups-, des potions qui protègent contre les effets de l’ail ou encore devoir affronter d’implacables chasseurs de vampire. Pour les admirateurs du genre, il n’y a pas à dire, ils seront comblés. 

VR_Loup
Le pouvoir de se transformer en loup accélère la vitesse de déplacement. En bonus, lorsque tout le groupe se déplace à l’unisson, l’effet de meute est terrifiant.

Artisanat gothique

Dans un jeu de survie, on ne peut omettre les aspects d’artisanat et de construction de base. V Rising y accorde une attention importante, sans pour autant être oppressante. D’abord, avoir une base offre un lieu sécuritaire et à l’abri du Soleil. En PvP, c’est aussi un endroit relativement sécuritaire afin d’éviter les affrontements. Mais plus que tout, ce sera l’endroit où installer les nombreuses stations d’artisanat et de raffinage de matériaux.

V Rising n’est pas particulièrement créatif avec la gestion des ressources. Comme dans les autres titres de cette famille, il faudra collecter du bois, de la pierre et d’autres matériaux afin de construire sa base et les items désirés. Souvent, ces matériaux bruts ne suffiront pas, il faudra les raffiner (par exemple les rondins en planches ou les roches en briques) et les combiner pour satisfaire les recettes convoitées. Toutes ces étapes se feront avec des chronos qui feront que le joueur devra se placer en attente de recevoir les items ainsi manufacturés.  

VR_Coffres
La gestion de l’inventaire sera également un défi. Il faudra fréquemment bâtir des coffres pour entreposer tout le butin.

Dans d’autres critiques, j’aurais eu tendance à immédiatement mettre en garde les lecteurs contre ces mécaniques qui, dans bien des cas, brisent le rythme des parties. Mais dans V Rising, je n’ai pas trouvé que ces chronos créaient des temps d’attente particulièrement dérangeants. C’est surtout parce qu’il y a toujours beaucoup de choses à faire et dans toutes les palettes qui sauront plaire aux différents joueurs. Les bâtisseurs apprécieront la collecte de ressources, parfois rares, l’expansion et l’organisation de la base. Il y aura fréquemment d’autres vampires et leurs bases à visiter pour les plus joueurs plus sociaux. Les combattants auront toutes sortes de patrouilles et d’ennemis à annihiler tandis que les explorateurs profiteront de la noirceur de la nuit pour visiter les recoins mystérieux de la carte. Et tous devront tenir compte du cycle jour-nuit et assouvir leur soif de sang frais.  

Ceci dit, l’artisanat n’est absolument pas optionnel dans V Rising. Afin de gagner des niveaux et de la puissance, il faudra améliorer son équipement par le biais de l’artisanat. La quête de nouvelles recettes et de nouveaux matériaux est donc centrale dans la progression. 

Le sentier est tout tracé

J’ai été surpris de constater que l’accompagnement ne cessait pas après avoir quitté la zone tutoriel. Et après les quêtes de base – appuyez sur W,A,S,D pour vous déplacer -, le jeu continue de fournir des objectifs aux joueurs. Et ces objectifs ne sont pas optionnels non plus, il faut les remplir pour débloquer des recettes essentielles à la progression. 

De plus, la liste des boss à éliminer est aussi particulièrement linéaire. Encore une fois, il ne s’agit pas d’une étape optionnelle puisque ces affrontements permettront aux vampires d’apprendre de nouvelles recettes qui sont nécessaires afin de progresser. 

VR_ListeBoss
La liste des cibles à éliminer est très linéaire ; tel niveau doit affronter tel boss. Et cela n’est pas optionnel, ces combats rapportent des recettes essentielles.

Cela vient jurer avec le sentiment de liberté généralement associé à ce genre de jeu. En prenant ainsi les joueurs par la main, on en vient à réaliser rapidement qu’il n’y a qu’une seule façon de faire évoluer la partie, celle scriptée par les développeurs. V Rising aurait intérêt à laisser davantage d’oxygène aux joueurs afin qu’ils puissent faire leurs propres choix.

Ajoutons à cela qu’il n’y a qu’une seule carte disponible, et que celle-ci n’est pas générée aléatoirement. C’est donc que les biomes et les ennemis seront toujours exactement aux mêmes endroits. Parlant de biomes, ceux-ci m’ont semblé peu nombreux. S’il existe bien de la variété sur la carte, celle-ci est réservée à certains niveaux. Durant toutes les heures de test, nous n’avons essentiellement jamais quitté la forêt de la zone de départ. Par contre, même au sein de cet unique biome, certains paysages étaient époustouflants, notamment une clairière féerique ou une forteresse de bandits.

VR_Boss
Malgré leur linéarité, chaque boss présente des mécaniques différentes et assez difficiles. Il faudra user de stratégie pour parvenir à les éliminer.

Cette carte, par ailleurs, est très grande. Ce qui est à la fois une qualité puisqu’il y a donc beaucoup d’endroits à explorer, où bâtir sa base et où rencontrer des ennemis diversifiés, mais également une faiblesse puisque l’action dans V Rising est constamment entrecoupée par des temps de déplacement toujours de plus en plus longs. S’il y a bien des téléporteurs, il est impossible de les utiliser avec des ressources en inventaire. Ils peuvent servir pour se rapprocher d’une destination (encore faut-il savoir où l’on se dirige puisque la localisation de la majorité des boss sera découverte en suivant une piste de fumée rouge éphémère représentant leur odeur), mais il faudra tout de même prévoir un retour à pied.

L’heure de gloire de votre Dracula

Le graphisme est soigné, à la mode avec une certaine apparence low poly, et permet de bien convoyer les ambiances et l’action du jeu, sans pour autant en jeter plein la vue. La trame sonore, par contre, est abyssale. Pour un jeu de cet ordre, on aurait pu s’attendre à des pistes musicales plus proéminentes et plus oppressantes. Dans les combats, quelque chose de plus dynamique, alors que, dans les déplacements, une ambiance sonore plus thématique. Globalement, que le son soit plus aligné sur l’atmosphère que le jeu souhaite véhiculer. 

VR_Cimetiere
Certaines zones ont beaucoup de personnalité, comme ce cimetière qui émerge au beau milieu de la forêt.

Malgré ces faiblesses, quel est le verdict de V Rising ? Absolument génial. Je me garde une gêne pour ne pas dire qu’il a tout le potentiel d’une prochaine grande surprise dans le domaine des jeux de survie, comme Valheim avait submergé la communauté après sa découverte. Pour quelqu’un comme moi qui ne suis pas un amateur de ce genre de jeu, je n’ai pas compté mes heures durant ces tests. Mieux, une fois la période de test terminée, j’avais envie d’y retourner. J’attends donc le lancement avec impatience.  

La thématique vampire/gothique se prête particulièrement bien au genre et les développeurs ont su tirer parti avec brio des particularités de ce genre pour créer des mécaniques de jeu pertinentes, amusantes et engageantes. À tout moment, il y avait toujours quelque chose à faire et l’accomplissement de cette nouvelle tâche ouvrait des possibilités qui occupaient toute l’équipe abondamment. Oui, il y a une certaine linéarité dans la succession des quêtes et des boss à éliminer. Mais il y a aussi une certaine liberté dans la construction de la base et dans les éléments priorisés au niveau de l’artisanat. Dans la recherche de ressources, il y a aussi un certain émerveillement à découvrir la configuration de la carte, même si celle-ci ne changera pas. Les combats sont dynamiques, les ennemis variés et les boss intéressants. 

J’ai également testé le PvP en solo et, comme je m’y attendais, c’était une hécatombe de violence sans raison. Si contrairement à mes attentes un joueur de haut niveau ne m’attendait pas à la sortie de la zone tutoriel pour me faucher, toutes mes rencontres auront été des bagarres, même lorsque j’affichais un désintérêt pour la chose. Et cela, même lorsque j’avais plusieurs niveaux supplémentaires par rapport aux attaquants. Si vous aimez le PvP de style prédateur, V Rising saura faire votre bonheur. Si par contre comme moi vous préférez un style de jeu plus construction, l’option PvE sera à privilégier.  

VR_Course
Si V Rising a une certaine tendance à tenir la main du joueur, dans les opérations quotidiennes, vous ressentirez l’embarras du choix pour votre prochaine destination. La succession d’objectifs demeure très satisfaisante.

En toute honnêteté, je ne m’attendais à rien en commençant le test de V Rising. La proposition était intéressante sur papier, mais il faut souligner l’efficacité de l’exécution du studio Stunlock. L’intégration du cycle jour-nuit dans la méta des vampires est très bien pensée. Mais surtout, la partie est fluide, captivante et vivante, avec une certaine dose d’adrénaline. On en vient à imaginer une personnalité et un développement à son avatar qui, parti de rien, aura réussi à rebâtir son domaine et sa puissance. Je le recommande chaudement à tous les amateurs de jeux de survie ou ceux qui aiment baigner dans l’univers vampirique, deux thématiques dans lesquelles V Rising réussit à exceller, malgré quelques pistes d’amélioration notables. 

J’aime

  • L’intégration de la thématique vampirique dans un jeu de survie
  • Les mécaniques particulières comme le cycle jour-nuit et la soif de sang
  • Une progression accessible et engageante
  • Un artisanat facile à prendre en main et qui n’engendre que peu de temps morts

J’aime moins

  • Les temps de déplacement exponentiellement longs
  • L’ambiance sonore déficiente
  • Le PvP 😏

La copie de V Rising a été fournie par Stunlock Studios.

V Rising

Scénario
Graphisme
Bande sonore
Jouabilité
Durée de vie

Le sang, c'est la vie !

V Rising est un nouveau venu extrêmement prometteur dans le domaine des jeux de survie. Réussissant à intégrer parfaitement la thématique des vampires, notamment avec la soif de sang et le cycle jour-nuit, V Rising est un défi captivant pour les adeptes autant des jeux de survie que des amateurs du microcosme vampirique. À essayer !

À propos de Yanick Grégoire

Toujours à la recherche de la prochaine perle rare, je m’intéresse aux développements et à l’actualité dans les mondes des jeux vidéo, des jeux de société et d’un peu tout ce qui touche à la culture geek. Dans ma vie professionnelle, je suis spécialisé en communications et dans ma vie personnelle, j’ai une bonne armée de Nains à Warhammer Fantasy. Parfois, je fais des blagues, rarement avec succès.

Aussi à voir...

Pocky & Rocky Reshrined

Pocky & Rocky Reshrined : de l’action sans relâche !

Quand je pense à Pocky & Rocky, il me viens plusieurs souvenirs. Ce jeu était …

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.