Mount & Blade 2 : Bannerlord – Accès anticipé du jeu de gestion médiévale

Voilà maintenant douze années que le premier volet de la série Mount & Blade est sorti. Après une trop longue attente, les admirateurs ont pu mettre la main sur la suite du jeu de gestion médiévale. J’y ai passé plusieurs heures dans les dernières semaines, et voici ce que je pense de l’accès anticipé de cet opus Mount & Blade II : Bannerlord.

Mount & Blade II : Bannerlord : un guerrier monte sur le trône

L’histoire de votre dynastie

Petite nouveauté dans la série, Mount & Blade II permet un mode campagne afin de vous guider pour mieux comprendre les mécaniques et la gestion du jeu. On vous apprend d’abord les bases du jeu. Puis, alors que le jeu débute, on vous signale que vos parents ont été tués et que vos frères et soeurs ont été enlevés. Seuls vous et votre frère aîné avez réussi à vous évader.

Vous partez donc à la recherche des bandits qui ont fait le coup pour vous venger et sauver les survivants de votre famille. Après quelques combats servant de tutoriel, vous trouvez finalement le chef des bandits qui vous explique qu’il vous aidera à trouver le fruit de vos recherches… Hélas, pour d’obscures raisons, votre frère vous explique qu’il fera le travail seul et vous suggère plutôt de suivre la piste d’une pièce de valeur que vous avez trouvé dans le campement des bandits.

Vous êtes donc abandonné, seul, dans le royaume avec un objectif particulièrement difficile à accomplir : demander à dix nobles s’ils connaissent la valeur de la pièce que vous avez trouvée.

Après plusieurs heures de jeux, je n’ai jamais pu parler à dix nobles ! Ceux-ci sont en guerres l’un contre l’autre et sont en constant mouvement sur l’immense carte du monde. Bref, je me suis rapidement mis à faire autre chose que de suivre l’histoire et je ne saurai peut-être jamais ce qui est advenu de ma famille…

La citée de Lycaron, juste avant de visiter la taverne afin de recruter un compagnon.
La citée de Lycaron, juste avant de visiter la taverne afin de recruter un compagnon.

Personnalisation et gestion de votre clan

Vous créez votre personnage et choisissez son histoire dans les terres de Calradia. Vos choix affecteront ses compétences et la rapidité de sa progression à travers celles-ci. Vous pouvez, par exemple, choisir d’être le fils d’un marchand et d’avoir grandi en travaillant dans la forge ou bien encore le fils d’un noble et avoir eu un entraînement militaire. Le joueur a également la possibilité de changer l’apparence physique de son personnage, ainsi que son sexe. Évidemment, votre avatar n’est pas la seule chose que vous pouvez personnaliser.

Au fil de votre partie, vous pourrez également individualiser votre clan en changeant son nom et en utilisant l’emblème de votre famille. Vos soldats pourront alors vêtir vos couleurs afin de se battre à vos côtés. Également, l’on peut décider du type d’unité que compose notre armée et de l’équipement utilisé par nos compagnons. Ces derniers, qui jouent les rôles de sergents, peuvent également se faire assigner certaines tâches précises telles que soigneur ou éclaireur.

Vous devez également faire preuve d’une saine gestion de votre armée. Assurez-vous d’avoir assez d’or pour payer la solde de tous et des rations pour nourrir vos soldats.

Il ne semble pas possible de changer les villes que l’on contrôle, mais il est possible de les améliorer. En bâtissant un nouveau château, par exemple.

Puis, évidemment, votre aventure n’est pas tracée d’avance. Mount & Blade II vous permet de tisser votre histoire comme bon vous semble. Vous pourrez donc éventuellement devenir souverain et même fonder votre famille. J’ai d’ailleurs passé beaucoup d’heures à faire uniquement du commerce, profitant du système économique réaliste du jeu.

Image de la création de personnage.
Création de mon personnage, Darmos, qui n’a pas fait très long feu…

Batailles grandioses et gestion d’armée

S’il y a une chose que j’attendais avec impatience, ce sont bien évidemment les affrontements entre plusieurs armées. Bien que je n’ai jamais réussi à progresser énormément dans le premier volet, le mode de difficulté plus facile m’a permis de pouvoir mieux explorer les dynamiques de celui-ci. C’est après plusieurs heures à travailler sur la renommée de mon groupe que j’ai pu commencer à obtenir des armées plus grandes…

Alors que j’étais pris dans un combat opposant une armée de 500 soldats à une autre de taille similaire, je me suis surpris à apprécier  le jeu. Si le joueur incarne un groupe de mercenaire travaillant pour l’armée d’un seigneur, il reçoit le commandement d’un certain type d’unité. J’ai choisi de prendre le contrôle des archers présents sur le champ de bataille.

Alors que l’on reçoit des ordres sur la façon de placer nos unités, le déplacement des troupes alliées et ennemies est tellement rapide, qu’il est facile de s’y perdre et de ne plus comprendre ce qui se passe sur le champ de bataille. C’est ce qui m’a le plus plu, le réalisme et le chaos qui règne durant les hostilités m’ont fait perdre le souffle à plusieurs reprises. Il m’est d’ailleurs arrivé fréquemment de perdre le contrôle et de devoir me battre moi-même contre l’ennemi ne sachant plus où donner de la tête.

Si les combats sont intéressants, les sièges aussi. Il y a quelque chose de satisfaisant à s’approcher doucement des portes d’une forteresse et devoir se protéger des flèches ennemies en guidant nos troupes et leurs béliers ou encore de sonner la charge voyant les failles s’agrandir de plus en plus dans les remparts ennemis.

Capture d'écran d'une bataille tirée du site de Taleworlds.
Capture d’écran d’une bataille tirée du site de Taleworlds.

Est-ce qu’il en vaut la peine ?

Je crois fermement que Mount & Blade II : Bannerlord va être un bon jeu, mais il faut garder en tête qu’il s’agit d’un accès anticipé. Avec la mouture actuelle, le jeu ressemble à une version aux graphiques améliorés du premier volet. Il n’y a pas grand-chose de nouveau à se mettre sous la dent. Plusieurs problèmes techniques sont présents dans le jeu, les quêtes sont parfois même brisées. Le système d’ordres ne fonctionne pas toujours correctement. Il m’est arrivé à plusieurs reprises que mes troupes ne suivent pas mon commandement. Je suis même mort parce que mes troupes ne me suivaient pas dans une bataille. La musique, bien que plaisante, est tout de même répétitive et on fait rapidement le tour de la bande sonore.

Cependant, la fréquence des mises à jour démontre une amélioration constante. Si vous n’avez jamais joué à la série, c’est peut-être le bon temps pour commencer afin de vous donner le temps de comprendre les mécaniques actuelles pour mieux assimiler les nouveautés qui seront mises en places.

Il faudra vous armer de patience, mais celle-ci sera sans doute récompensée si vous aimez les jeux où vous pouvez jouir d’une immense liberté.

J’aime

  • La grande liberté
  • Les combats
  • La difficulté

J’aime moins

  • La répétition musicale
  • Le manque de système d’apprentissage

La copie de Mount & Blade II : Bannerlord  a été fournie par TaleWorlds.

Mount & Blade II : Bannerlord

Scénario
Graphismes
Bande sonore
Jouabilité
Durée de vie

À essayer

Il faut garder en tête que le jeu est en accès anticipé, mais celui-ci s'améliore sans cesse et il vaut largement la peine si vous aimez les jeux de types bacs à sable.

À propos de David Charbonneau

Étudiant et geek à temps plein, je suis passionné de jeux vidéo, de cinéma et de culture populaire. Ce que je préfère par-dessus tout est généralement un bon scénario, car l'histoire est pour moi plus importante que tout. J'anime également le podcast « Les choses qui n'intéressent (peut-être) que nous » sur les ondes de CHOQ.ca.

Aussi à voir...

CD Projekt Red lance une possible dernière bande-annonce pour Cyberpunk 2077

L’année 2020 tire à sa fin, au grand plaisir de plusieurs. Faisant abstraction de la …

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.