Doom Eternal

Doom Eternal – Époustouflant, c’est l’enfer !

Doom Eternal est la suite du fantastique Doom qui est sorti en 2016. Celui-ci m’avait fortement impressionné avec la qualité du contenu en général et l’intensité des batailles. C’était une ré-imagination magistrale d’un titre légendaire qui a changé l’histoire des jeux de tir à la première personne (FPS) et des jeux vidéo en général avec son style et sa violence. Doom était définitivement un des meilleurs jeux cette année-là et j’avais bien hâte d’essayer cette suite. On nous avait promis un Doom Eternal avec plus d’action, plus de démons et plusieurs nouveautés. Voyons voir si ce jeu est aussi bon ou même meilleur que son prédécesseur.

  • Studio de développement : id Software
  • Éditeur : Bethesda
  • Plateformes disponibles : Xbox One, PC, PlayStation 4, Nintendo Switch, Google Stadia
  • Plateforme de test : PlayStation 4
  • Classement : M pour Mature
  • Prix : 79,99$
  • Site officiel du jeu
  • Page Steam du jeu

L’enfer sur Terre

L’histoire se déroule huit mois après les événements sur la planète Mars. La Terre est envahie par les forces démoniaques qui ont éliminé 60 % de l’humanité. Votre personnage n’a pas vraiment de nom mais il est surnommé le « Doom Slayer ». Vous êtes probablement habitué de dire « Doomguy » et c’est drôle car même le jeu fait une référence à ceci… bref, vous devez reprendre les armes pour détruire les forces de l’enfer. Mais bon… honnêtement : jouez-vous vraiment pour l’histoire ? En général, les amateurs ont plutôt hâte d’éclater les démons et faire couler le sang partout. De la violence, il y en a dans Doom Eternal et ce jeu est plus intense que le dernier. Il y a aussi un mode multijoueur dont je parlerai plus tard.

De l’action et… des plateformes ?

C’est ce qui m’a frappé le plus dans ce jeu : les nombreux moments de style « plateforme » dans chaque niveau. Il y en avait un peu dans Doom mais dans Doom Eternal, on a mis cet aspect comme un élément essentiel. Vous allez souvent devoir grimper des murs et faire des sauts quasi impossibles pour vous rendre à certains points. On a même ajouté des pièges comme des canons qui tire des boules de feu ainsi que des barres de feu, qui rappellent un certain jeu classique au NES. Clairement, on a voulu subtilement rendre hommage aux jeux du début des années 90 tels que Super Mario Bros. Vous me connaissez : tout ce qui fait référence au rétro me fait « tripper ». Ces parties où il faut sauter et s’agripper ne sont pas toujours évidentes. Beaucoup d’essais et d’erreurs en perspective.

Un certain temps d’adaptation

Ce qui m’amène au prochain point : la difficulté. C’est un jeu qui offre un plus grand défi, comparé au jeu précédent. Si vous trouviez que le premier était intense, attendez de voir celui-ci. La différence dans la difficulté n’est pas gigantesque mais elle certainement notable, même au mode normal.

C’est pourquoi il est très important de bien maîtriser tous les aspects du jeu, si vous voulez survivre. Le jeu va très bien vous expliquer comment exploiter les faiblesses des ennemis. Ensuite, c’est à vous de les appliquer au combat pour vaincre une horde d’ennemis. Certaines armes sont plus efficaces pour attaquer certains ennemis. Clairement, on vous incite à utiliser tout votre arsenal dans votre guerre contre les démons. Ce qui est très bien, car ça mets de la variété dans le jeu et ça teste vos réflexes.

Les moments où vous livrerez bataille contre une horde d’ennemis au son d’une musique de métal intense seront les meilleurs. Tout comme les batailles contre les boss qui sont intimidants. Soyez prêts, parce que ça fait monter l’adrénaline et c’est très amusant. Il faut parfois savoir s’échapper un peu et s’éloigner, car ça peut devenir rapidement très envahissant. Donc, il ne faut pas se surprendre à courir en rond dans une zone pour être certain de ne pas se faire tuer !

Une ambiance belle et terrifiante

Je me surprends parfois à m’arrêter dans un niveau et regarder au loin ce qui se passe. Qui aurait cru que l’enfer sur Terre ça pouvait être si… beau ? Doom Eternal a des décors majestueux, que ce soit à l’intérieur comme à l’extérieur. Le niveau de détail est impressionnant. Les graphiques sont d’une qualité très élevée. Les créatures dans ce monde sont bien animées et très grotesques. Je dois avouer que j’ai longtemps été un adepte des jeux dits « violents ». Je suis un grand adepte de Gears of War donc massacrer des ennemis à coups de tronçonneuse (entre autres), je connais ça. Les animations des glory kills sont toujours aussi explicites. Je suis toujours impressionné de voir toutes les façons d’exécuter de façon brutale les démons. Je ne dis pas que j’y prends plaisir… mais c’est correct ! C’est eux qui l’ont cherché, après tout ! La fin du monde, ça sera une autre fois, bon.

Ce que j’aime bien aussi c’est l’ajout d’une « base satellite » que vous visiterez régulièrement. Elle est en orbite près de la Terre et dans cet endroit, il y a plusieurs choses que vous pouvez faire. Vous pouvez rejouer des niveaux, jouer de la musique classique de la série Doom que vous aurez obtenu dans les niveaux, obtenir des éléments pour vous améliorer dans le jeu et d’autres surprises se cachent dans la base. Il y a aussi un endroit utile où vous pouvez librement vous pratiquer contre des ennemis. Cela peut vous aider à mieux maîtriser les armes et les techniques du jeu.

Un mode multijoueur assez spécial mais décevant

Le Battlemode est le seul mode multijoueur pour le moment. Qu’est-ce que c’est ? Dans ce mode, un joueur Doom Slayer affronte deux joueurs démons. Vous pouvez me l’expliquer de toutes les façons possibles, je trouve que c’est simplement inégal comme confrontation. Je comprends que le Doom Slayer a accès à un grand arsenal qui peut être dévastateur. Je comprends aussi que les démons ne sont certainement pas aussi « durables » que le Slayer, donc vous êtes deux pour compenser. Mais pour les fois que j’ai joué, les démons ont la majorité du temps eu l’avantage sur le Slayer. À mon avis, ça devrait être au moins deux contre deux en balançant les dommages faits de chaque côté. J’ai déjà fait l’expérience de jeux multijoueur avec des équipes inégales comme dans Evolve, sorti en 2015. Il y avait les chasseurs contre le monstre. Je n’avais pas trouvé de plaisir d’un côté ou de l’autre. Idem dans Doom Eternal. Donc, j’espère que ce ne sera pas le seul mode multijoueur et que id Software nous prépare autre chose aussi en contenu téléchargeable sinon c’est décevant, à mon avis. Mais pour être franc : la série Doom n’a jamais été vraiment faite pour du multijoueur.

Sauter à pieds joints dans l’enfer… ou pas ?

La réponse à cette question est… oui ! Outre le mode multijoueur, ce jeu est d’une grande qualité. L’histoire est meilleure que celle du premier, l’intensité de l’action est meilleure, la musique, les graphiques… presque tout est meilleur. C’est définitivement un des meilleurs jeux cette année, jusqu’à présent. Donc oui, je recommande fortement Doom Eternal.

Je suis content que Doom soit revenu dans cette génération de jeux vidéo. Il y a eu beaucoup de jeux de style « FPS » dans les dernières années. C’est probablement le style de jeu qui est le plus produit à chaque année. Mais dans tout cet océan de tirs à la première personne, on dirait qu’on avait oublié de produire ce qui est essentiel. Ne pas se concentrer sur les tactiques, l’hyperréalisme ou des trucs compliqués… mais de revenir à la base : le gros plaisir. Doom Eternal est comme on dit « ben l’fun » à jouer. On avait besoin de ça, surtout ces temps-ci.

J’aime

  • L’intensité des batailles
  • Les graphiques impressionnants
  • Les bonis qui font référence aux classiques

J’aime moins

  • Le Battlemode en général

La copie de Doom Eternal a été achetée par l’auteur de l’article.

Doom Eternal

Scénario
Graphismes
Bande sonore
Jouabilité
Durée de vie

Très bon

Un des meilleurs jeux de l'année, malgré un mode multijoueur un peu douteux. De l'action et du plaisir au maximum.

À propos de Yannick Faucher

Quand je ne suis pas en train d'écrire, je joue à des jeux vidéo. Si je ne joue pas, je regarde des dessins animés américains ou japonais. Sinon, je lis des bandes dessinées de super-héros. Vous voyez le genre? Il n'y a pas assez d'heures dans une journée pour satisfaire ma soif de geek. C'est ma passion, c'est dans mes veines.

Aussi à voir...

In Silence : un jeu à vous donner des frissons

Disponible depuis 16 octobre 2020, In Silence reste inconnu pour la plupart des gens. Pourtant, …

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.