Mandala Stones, les pierres de l’harmonie en jeu de société

Avec Mandala Stones, les éditeurs Board&Dice (version originale anglaise) et Lucky Duck Games (adaptation française) ont su s’inspirer de l’art de peindre des mandalas sur des galets comme technique de relaxation. Nous disposons de pierres colorées afin de créer collectivement une étonnante œuvre d’art. C’est en influençant les mouvements artistes que nous formerons nos piles avant de les poser judicieusement sur le mandala central pour marquer un maximum de points.

Façonnées et polies par le courant d’une douce rivière avant d’être ornées à la main de motifs enchanteurs, les Pierres d’Harmonie reflètent la beauté et la tranquillité ! – Tiré de l’endos de la boîte.

Le loisir créatif

Originaires du Tibet, les mandalas signifient que tout est éphémère. Les moines méditaient et priaient en réalisant des motifs circulaires avec des pierres de couleur. Ensuite, ce mandala était détruit en rassemblant le sable devant tout le monde comme une offrande à une divinité.

Au fil des ans, les façons de réaliser des mandalas ont évolué et leur pratique s’est peu à peu éloignée de la spiritualité pour se transformer en technique artistique de relaxation. Parmi celles-ci, il y a les pierres de mandala. Similaire à la pratique de céramique, le loisir créatif consiste à peindre des mandalas sur des galets naturels et de les faire cuire afin de fixer les couleurs.

Un jeu attendu

Grande adapte des mandalas (voir critique du jeu pour deux Mandala) comme technique de relaxation pour faire le vide dans ma tête et des jeux abstraits, j’attendais la sortie (voir notre article sur les sorties estivales de Lucky Duck Games) de ce jeu avec grand enthousiasme.

Souvent comparé au chef d’œuvre ludique Azul, voici ce que j’ai pensé du jeu physique un an après y avoir joué sur la plateforme Tabletopia avec Rainer Åhlfors, représentant de l’éditeur Board&Dice et co-rédacteur des règles en version originale anglaise.

Mandala Stones : de l’art abstrait en toute tranquillité

  • Auteur : Filip Głowacz
  • Éditeurs : Lucky Duck Games (français), Board&Dice (anglais)
  • Nombre de joueurs : 2 à 4
  • Durée : 30 minutes
  • Année : 2021
  • Prix : 54,99$
  • Page officielle du jeu
  • Page BoardGameGeek 

Mécaniques

  • Construction
  • Collection
  • Placement

Matériel

  • 96 pierres (24 de chacune des 4 couleurs)
  • 1 plateau principal
  • 1 plateau mandala (piste de score)
  • 4 artistes
  • 10 cartes Objectif
  • 1 sac en tissu
  • 4 marqueurs de score
  • 4 marqueurs de 50 points et plus

Mise en place

D’abord, nous formons des piles de quatre pierres sur les cases indiquées sur le plateau de jeu en les pigeant une à une dans le sac de tissu. Ensuite, nous distribuons une carte aide de jeu et deux objectifs secrets aux joueurs.

Comment jouer

À notre tour de jeu, nous devons effectuer soit l’action de collecte, soit l’action de décompte. Pour pouvoir collecter, nous devons obligatoirement avoir une pile vide sur notre plateau de joueur. Sinon, nous passons automatiquement au décompte.

Collecte

Nous choisissons un artiste et le déplaçons vers un autre cercle vide sur le plateau principal. Ensuite, nous collectons toutes les pierres du sommet adjacentes du même motif que l’artiste déplacé sans toutefois l’être à un autre artiste. Une fois identifiées, nous formons une pile avec toutes les pierres autorisées dans le sens de notre choix (horaire ou anti-horaire) ayant comme base la première sélectionnée. Ensuite, il nous sera interdit de changer l’ordre et nous les plaçons dans un emplacement vide sur notre plateau de joueur.

Exemple tiré des règles du jeu

Décompte

Il existe deux façons de calculer les points. D’abord, retirer la pierre au sommet de toutes les piles nous rapportera un point chacune. Sinon, nous procédons au décompte d’une couleur. Pour ce faire, nous en choisissons une présente au sommet d’au moins deux piles et additionnons les points de toutes les piles de la même couleur.

Voici un exemple de décompte de la couleur bleue pour un total de 12 points :

  • Pile 1 : deux niveaux de hauteurs différentes = 2 points
  • Pile 2 : pierre violette sur le dessus = 0 point
  • Pile 3 : pierre bleue au deuxième niveau = 3 points
  • Pile 4 : pierre bleue au troisième niveau = 4 points
  • Pile 5 : deux couleurs différentes plus un = 3 points

Conditions de fin de partie

La partie prend fin quand une pierre recouvre le nombre de mains égale au nombre de joueurs sur le plateau mandala ou si un joueur se retrouve coincé (impossibilité de collecter et de faire le décompte). Le tour de table est complété afin de s’assurer que tous les joueurs aient eu autant de tours.

Points bonus pour les objectifs

Enfin, tout le monde dévoile ses cartes Objectif et, si l’objectif est atteint, une seule peut être comptabilisée.

Zen, mais pas trop

Chaque décision ayant une répercussion immédiate, il faut choisir judicieusement chaque pierre, sans toutefois se faire prendre de paralysie analytique(figer en pensant trop). Effectivement, déplacer l’artiste pourrait avantager notre adversaire. Avec Mandala Stones, le grand plaisir (et défi) est d’optimiser la collecte afin d’enchaîner les décomptes et marquer un maximum de points.

Difficilement explicable, mais facilement jouable

J’ai dû lire le livre de règles à plusieurs reprises pour tenter de comprendre les manipulations. Tout était flou. C’est en jouant que tout devient limpide. Je ne suis pas mieux, j’ai longtemps travaillé sur la formulation de la collecte et je n’en suis pas encore satisfaite. Cela m’a grandement aidé d’y avoir déjà joué.

Dans le fond, un tour se résume à déplacer un artiste, prendre les tuiles permises et les empiler dans le bas de notre plateau ou compter ses points.

Comparaison avec le chef d’œuvre ludique Azul

Par son look coloré, ses tuiles et sa mécanique abstraite, il est beaucoup comparé à Azul (voir notre article sur les comparaisons d’éditions). Certes, ça lui ressemble, mais je trouve Mandala Stones encore plus tactique. Par sa liberté de pose (en comparaison avec les cases imposées dans Azul), les parties sont encore plus différentes. Je l’aime beaucoup, mais il est loin de déloger Azul dans mon cœur.

J’aime

  • Magnifique matériel
  • Simplicité des règles
  • Plus stratégique qu’il n’y paraît
  • Addictif
  • Manipulation des pierres

J’aime moins

  • Minceur du plateau individuel
  • La paralysie analytique peut nuire à la fluidité
  • Long à mettre en place
  • Déconseillé aux daltoniens
  • J’oublie les objectifs
Image : Lucky Duck Games

La copie de Mandala Stones a été fournie par Randolph.

Mandala Stones

Graphisme
Matériel
Thématique
Mécanique
Plaisir

Artistique et fantastique

Mandala Stones est un jeu abstrait dans lequel tout est beauté et tranquillité. Des stratégies songées pour des règles toutes simples.

À propos de Catherine Watts Cowan

Je suis une vraie geek de jeux de société. Mon premier amour dans le monde moderne a été Carcassonne. J'adore jouer en famille (maman de deux mini-geeks de 12 et 13 ans), entre amis ou avec des étrangers. J'aime découvrir les nouveautés et les endroits ludiques. Je suis une grande passionnée qui ne manque pas de sujets à partager!

Aussi à voir...

Comiccon de Québec

Comiccon de Québec 2021 : on ne se lasse pas du retour des conventions !

Je n’avais jamais participé au Comiccon de Québec. J’étais donc vraiment heureuse de pouvoir participer …

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.