La grande histoire de Nintendo : 130 ans plus tard

Entreprise mythique de Kyoto, Nintendo détient une réputation que personne ne peut contredire. Elle est souvent utilisée comme référent par les aînés de la famille pour décrire tous types de console de jeu. La grande japonaise fait parler d’elle. Qui pourrait dire qu’à ses débuts, Nintendo avait davantage de ressemblance avec la compagnie de cartes à jouer Bicycle que ce que l’on connaît de celle-ci aujourd’hui. Retour et survol sur l’histoire de Nintendo.

1889 : Hanafuda

Les balbutiements de Nintendo débutent en 1889 à Kyoto. Fusajiro Yamauchi fabrique alors des cartes pour un populaire jeu au Japon : l’hanafuda (jeu de carte fortement inspiré par le jeu du missionnaire). Dès lors, c’est le commencement d’une grande épopée dans le monde entier.

cartes du jeu hanafuda
Cartes du jeu hanafuda – partie intégrante de l’histoire de Nintendo

1933 : Yamauchi Nintendo and Co.

L’année 1933 voit l’apparition de l’une des premières utilisations du nom « Nintendo  » dans l’histoire de Nintendo. Toujours, la compagnie est spécialisée dans la création de cartes à jouer.

1947 : une distribution signée Nintendo

Depuis bientôt 60 ans, Nintendo fabrique et distribue ses cartes à travers le Japon. En 1947, Nintendo créera une branche de distribution dans sa compagnie. Ils s’occuperont dès lors de la fabrication et de la distribution personnellement et ce, dans tout le pays.

1959 : Walt Disney

Étant devenue le président et directeur des opérations en 1950, Hiroshi Yamauchi fait un voyage aux États-Unis. Il a l’idée du siècle. Ayant visité Walt Disney, il acquiert les droits des personnages et produira des cartes à jouer avec les populaires personnages de la compagnie américaine. C’est un premier pas vers l’exportation de Nintendo à l’international.

1963 : un nouveau monde

Quelques années après avoir acquis de Disney les droits des personnages pour ses cartes, Nintendo eut une nouvelle idée. Étant présent dans une grande majorité de détaillants de jouets au pays du soleil levant (en grande partie grâce à sa compagnie de distribution), Nintendo avait un avantage sur plusieurs compagnies. C’est à ce moment que l’on peut apercevoir les balbutiements et l’élargissement de l’aventure de Nintendo dans le monde du jouet.

1966 : le Ultra Hand 

Exerçant une transition vers les jouets, la compagnie de Kyoto eut son premier succès, le Ultra Hand. Développé par Gunpei Yokoi, un ingénieur de maintenance chez Nintendo, ce jouet (qui est un bras extensible ayant ce qui ressemble à une pince comme embout) a vendu environ un million d’unités à sa sortie. Yokoi fut promu producteur de produit pour la nouvelle branche de la compagnie, « Nintendo Games  ».

1978-1979 : Color TV et Shigeru Miyamoto

Depuis 1966, « Nintendo Games  » crée des jouets pour la population du Japon. Par contre, la compagnie amorce sa deuxième transition qui marquera à jamais la franchise : sa transition vers les jeux vidéo, plus précisément les consoles de salon et les jeux d’arcade.

Conjointement avec Mitsubishi, Nintendo développe sa série de consoles de salon nommée Color TV. Ayant vendu des millions d’exemplaires, cette série de cinq consoles contenant chacune un jeu fut l’un des premiers projets sur lequel Shigeru Miyamoto (sous le joug de Gunpei Yokoi) eut travaillé, ayant dessiné les plans pour quelques-unes de ces consoles.

L’un des modèles de Color TV, l’une des premières tentatives de l’histoire de Nintendo dans le monde du jeu vidéo

1980 : inspiration d’une calculatrice et Jumpman

Comptant dans son équipe deux ingénieurs aux idées les plus originales les unes que les autres, l’année 1980 chez Nintendo ne fut pas de tout repos. Parallèlement, Gunpei Yokoi et Shigeru Miyamoto développaient ce qui servira pour plusieurs années d’inspiration chez Nintendo, soit respectivement, la « Game and Watch  » et le jeu Donkey Kong sur les arcades.

L’un s’étant inspiré des écrans ACL sur les calculatrices et l’autre s’inspirant des classiques des demoiselles en détresse, les traces de ces deux inventions se voient encore de nos jours.

La première croix directionnelle fait son apparition dans le monde du jeu sur une version de Donkey Kong créée pour la « Game and Watch  ». Reconnaissant le travail de Yokoi, Nintendo fait même breveter l’invention et gagne un Emmy pour la Technologie et l’Ingénierie, en 2007, pour ce même brevet de croix.

La croix directionnelle de Yokoi, brevetée par Nintendo, sur le jeu Donkey Kong.

Fait intéressant, les bornes d’arcade de Donkey Kong aux États-Unis ont été transformés à la main par Miyamoto et son équipe utilisant les bornes du jeu Radar Scope, qui était destiné à percer le marché américain. L’année suivante, le jeu est vendu mondialement.

C’est à la suite de la sortie de Donkey Kong dans ce marché que Nintendo commence à s’établir comme un joueur important. Elle ouvre d’ailleurs pendant la même année sa filiale Nintendo of America. De plus, Jumpman changera de nom aux États-Unis et utilisera désormais le nom de Mario ayant pour cause la ressemblance entre le personnage et le propriétaire des lieux de Nintendo of America, Mario Segale.

1983-1989 : un nouveau joueur se joint à la partie

Suite au succès retentissant de Donkey Kong sur les bornes d’arcade en Amérique et le développement de la Game and Watch, Nintendo débute la conception d’une console qui sonnera la charge aux consoles de salon : la Famicom (plus connu sous le nom de Nintendo Entertainment System de ce côté-ci du globe).

En 1984, c’est le lancement officiel de la Famicom au Japon. Certains titres disponibles à la sortie sont les suivants : Excitebike, Super Mario Bros., Metroid, The Legend of Zelda et Punch-Out ! C’est un succès dans l’histoire de Nintendo, la compagnie atteint maintenant plusieurs foyers japonais.

Cinq ans plus tard, Nintendo offrira à ses consommateurs une expérience de jeu renouvelée avec la Game Boy, conception de Gunpei Yokoi et son équipe de recherche et développement. À l’aide d’une entente avec les créateurs du jeu Tetris (qui sera inclus avec la console), la Game Boy sera un succès dès sa sortie.

La version japonaise de la NES que l’on connait en Amérique du Nord.

1989-1995 : une version plus puissante

Surfant sur la vague du NES dans le monde entier et voulant offrir à ses clients une nouvelle expérience, Nintendo met en branle et lance sa nouvelle console destinée aux foyers du monde entier, la super Famicom (ou Super Nintendo Entertainment System). La Super Nintendo a pour but d’offrir à ses consommateurs des jeux en version 16 bits et ainsi est en compétition directe avec la console phare de Sega à l’époque, la Sega Genesis.

Peu de temps après le lancement, la compagnie de Kyoto annonce une possible expansion pour sa SNES sous forme d’une expansion pour les disques ayant pour surnom « PlayStation ». Pourquoi, me demanderez-vous ? L’adaptateur était conjointement développé avec une compagnie bien connue : Sony. Par contre, le projet fut annulé dans la controverse à la suite d’une entente survenue entre Nintendo et Phillips, qui mettait fin au travail d’équipe entre Nintendo et Sony, mais faisait naître aussi par la bande, la PlayStation de Sony.

Durant tous ces événements, Gunpei Yokoi finalisa son nouveau projet en 1995, la Virtual Boy. Une console nouveau genre pour l’époque où le joueur devait regarder dans une paire de lunettes pour pouvoir jouer au jeu. Malheureusement pour Yokoi et son équipe, la Virtual Boy fut l’un des premiers flops de l’histoire de Nintendo et elle aura eu une durée de vie d’environ un an.

La console nouveau genre de Nintendo, la Virtual Boy

1996-2000 : la couleur sur le pouce

Pendant que la plupart de ses concurrents annoncent des consoles utilisant des disques, Nintendo fait encore une fois à sa manière et met sur le marché une console utilisant des cartouches (pour contrer le piratage de ses jeux). Nintendo lance au Japon, le 23 juin 1996, ce qui veut être la suite logique de sa gamme de consoles, la Nintendo 64. Celle-ci se veut la version offerte par la compagnie japonaise d’une console de salon 64 bits. À ce moment, Super Mario 64 est considéré comme l’un des meilleurs jeux au monde.

En février de la même année, la série Pokémon (Pocket Monster au Japon) fait son entrée dans le monde du jeu vidéo au Japon. La série culte de Nintendo et de Game Freak fait son entrée en Amérique du Nord le 28 septembre 1998, soit deux ans après la sortie au pays du soleil levant et restera depuis ce jour, une pièce maitresse de l’histoire de Nintendo.

D’ailleurs, durant l’année 1998, la compagnie de Kyoto finalise ce qui deviendra la troisième console de la série, la Game Boy Color. Cette dite console se veut la suite de sa prédécesseur, la Game Boy, mais avec de nouvelles fonctionnalités, telles que l’affichage de plusieurs couleurs (en comparaison avec l’image monochrome verte du Game Boy classique). Une première dans l’histoire de Nintendo.

2001-2003 : tentative et nouveau Game Boy

Au courant de cette période, Nintendo continue sa lancée dans le monde de la console de salon et la console portable. Par le fait même, Nintendo sort la Nintendo GameCube, une console compacte, axée sur le transport de celle-ci (en incorporant une poignée à la manière d’une boîte à lunch). Des jeux phares sont sortis sur la console tel que Super Smash Bros. et Luigi’s Mansion.

Malheureusement pour Nintendo, parallèlement à la sortie de sa GameCube, Sony offrait aux joueurs sa PlayStation 2 et Microsoft offrait une toute nouvelle console dans le milieu, la Xbox. Deux des plus grands compétiteurs de la compagnie au courant de l’histoire de Nintendo.

Le 11 juin 2001, Nintendo offrait à ses joueurs sa nouvelle forme de console portable, la Game Boy Advance. Une console portable fabriqué d’une coque mauve ou transparente misant sur l’allongement de la console à l’horizontale plutôt qu’à la verticale (en comparaison avec la Game Boy et la Game Boy Color) . Quelques années plus tard, Nintendo révisera cette console pour la produire sous forme de coque rabattable, mais aussi une version microscopique (version sortie en 2005).

La Game Boy Micro de Nintendo, sortie en 2005

2004-2010 : un c’est bien, mais deux c’est mieux

Nintendo prendra le monde par surprise en 2004 avec une toute nouvelle version de sa console portable. Elle reléguera définitivement sa série de Game Boy avec la Game Boy Micro en 2005 pour la remplacer par la Nintendo DS (et ses multiples itérations, tel que la DSi). Non seulement cette console comprenait deux écrans (d’où vient le nom de la console « Nintendo Dual Screen  »), mais les joueurs peuvent désormais interagir avec l’un d’entre eux.

Deux ans après la sortie de sa nouvelle console, Nintendo offre à ses clients une version plus mince de sa Nintendo DS et une nouvelle console de salon. La Nintendo Wii est présenté au monde entier durant l’année de 2006. Cette nouvelle console de Nintendo offre une nouvelle façon de jouer à la maison, en famille ou entre amis, avec son design original de manettes fonctionnant à l’aide du mouvement effectué par le joueur. Nintendo se taille une nouvelle niche dans le monde du jeu vidéo en utilisant une méthode bien à elle de faire les choses.

2010-2015 : sur une lancée

Cette époque chez Nintendo est la suite logique de l’ère de la Wii et la Nintendo DS et ses différentes variantes. Cherchant toujours à offrir de nouvelles expériences à ses joueurs et suite au succès de la 3D dans plusieurs divertissements, Nintendo offre à sa clientèle son tout nouveau projet : la Nintendo 3DS. Se vantant d’offrir une expérience de jeu 3D sans besoin d’accessoires externes, Nintendo pave la voie encore une fois à des concepts extravagants. Après ce lancement, Nintendo offrira différentes variantes de sa console, notamment la Nintendo 2DS ainsi qu’une version « NEW  » et « XL  » de ces deux versions.

Comparaison entre la DS Lite (à gauche) et la première édition de DS (à droite)

Dans cette même période de temps, Nintendo développera et mettra en marché une nouvelle version de sa console de salon, la Wii U. Délaissant complètement le concept de la Wii pour se concentrer sur une manette arborant un écran, la Wii U ne sera pas à la hauteur et les fidèles de Nintendo ne seront pas au rendez-vous. Cela fera de la Wii U l’une des consoles les moins vendues depuis la Virtual Boy.

2016 à aujourd’hui : l’ère moderne

Après 130 ans d’existence, on doit se dire que Nintendo a évolué au fil du temps. Au travers de ses consoles, au travers de ses jeux, au travers de ses dirigeants, Nintendo a su s’adapter et se coller à la réalité de son époque. Depuis 2016, la compagnie nippone travaille entre autres sur le développement de jeux mobiles. En partenariat avec DeNA, elle cherche à rejoindre le plus grand nombre de joueurs possibles, directement dans un objet que ceux-ci utilisent au quotidien, leur téléphone.

L’entreprise de Kyoto n’oublie pas ses racines et offre à ses joueurs leur toute nouvelle console de salon sous le nom de « NX ». Le 3 mars 2017, le monde entier assistera à la naissance de la Nintendo Switch, une console hybride entre la console portable et de salon, qui permet aux joueurs de jouer à leurs jeux favoris sur le pouce utilisant des cartouches plutôt que des disques. C’est un autre succès pour Nintendo qui réussit même à rebâtir des liens avec les développeur de jeux tiers.

La console hybride de Nintendo, la Nintendo Switch, la toute nouvelle console dans l’histoire de Nintendo

D’ailleurs, Nintendo semble vouloir retourner à ses racines de fabricant de jouets en distribuant des figurines depuis quelques années appelées amiibo. De plus, la compagnie mise sur la nostalgie de ses joueurs en retournant dans l’histoire de Nintendo depuis 2016 en leur offrant des versions de consoles classiques, telles que la NES et la SNES contenant plusieurs jeux phares de chaque console.

Qui aurait pu prévoir qu’une compagnie de cartes hanafuda deviendrait la méga-entreprise qu’est devenue Nintendo de nos jours ? De fil en aiguille, elle a su coudre sa glorieuse épopée pour devenir la compagnie que plusieurs d’entre nous connaissent. Elle a su se montrer un joueur important, autant dans le domaine du jouet il y a plusieurs années que dans le domaine du divertissement vidéo ludique. L’aventure de Nintendo ne fut pas de tout repos et on peut espérer voir celle-ci en vie pendant encore plusieurs années ! Durant cette longue épopée, quel a été votre moment marquant de Nintendo ?

Source : Nintendo

À propos de Samuel Falardeau

Jeune homme accro à la collection (c'est pratiquement maladif). Passionné de rétro, j'aime apprendre sur la génération de console qui existait lorsque moi je n'existais pas encore. J'aime découvrir et apprendre de nouvelles choses et je suis toujours à la recherche de cordes à mon cyber-arc. Je n'ai pas peur du ridicule lorsque vient le temps de nouveauté et je suis prêt à tout pour vous faire découvrir mes nouvelles trouvailles geeks.

Aussi à voir...

calendriers LEGO

Laissez faire le chocolat, voici 5 calendriers de l’avent à saveur geek !

Qui dit temps des fêtes dit son lot de traditions. Parfois c’est aller couper un …

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.