Série Onivers – Aerion, construire sa flotte de véhicules volants

Dans Aerion, nous tentons de prendre notre envol en construisant une flotte de véhicules volants. D’abord et avant tout un jeu de « pousser sa chance » avec des dés et des cartes solo, un deuxième joueur s’ajoute en mode coopératif.

  • Auteur : Shadi Torbey
  • Illustratrice : Élise Plessis
  • Éditeur : Z-Man Games
  • Nombre de joueurs : 1 à 2 (en coopération)
  • Âge recommandé : 10 ans et plus
  • Durée : 15 à 30 minutes
  • Année : 2019
  • Prix : 27,99$
  • Page officielle du jeu
  • Page BoardGameGeek

Disponible en anglais seulement.

Comment jouer

Nous sommes des aviateurs devant trouver les meilleurs plans, acquérir les meilleurs matériaux et recruter le meilleur équipage.

But du jeu

Construire six dirigeables afin de créer la plus belle flotte de l’Oniverse (voir autres jeux de la série plus bas). Chacun de ceux-ci comporte une triplette, une combinaison d’un plan, un matériau et un membre d’équipage.

Mise en place

Nous plaçons les cartes en six paquets correspondant à leur coût d’achat. Voici quelques exemples :

  • AAAA : 4 dés identiques
  • AA + BB + CC : 3 paires différentes
  • A-B-C-D-E : 1 suite de 5

Actions possibles

  1. Rouler les dés
    Si nous n’obtenons pas le résultat voulu, nous pouvons défausser une carte pour rouler à nouveau un ou plusieurs dés.
  2. Acheter une carte
    Notre espace n’a que 3 places et le membre d’équipage doit absolument être recruté en dernier.

Puis, remplir le marché.

La partie prend fin lorsqu’il n’y a plus de cartes dans l’une des piles.

Les extensions

La boîte comprend six mini-extensions permettant de modifier le comportement et la difficulté du jeu. Elles peuvent être combinées ou jouées séparément.

Mes impressions

Le jeu ne m’a pas plu plus qu’il faut. En effet, cette mécanique ne fait pas partie de mes favorites. Étonnamment, le mode solo m’est apparu plus intéressant. C’est un bon jeu de patience. Par contre, je trouve sa mise en place longue par rapport à la durée de jeu.

J’ai joué quelques parties à deux et en solo. Ensuite, je l’ai prêté à des amis adeptes de jeu en solo pour avoir leurs impressions.

Il en ressort qu’il est simple à comprendre, mais qu’il y a beaucoup trop de hasard.

Pourtant, j’avais des meilleurs attentes en ouvrant la boite. Le design de la boite m’a beaucoup plus : les couleurs, le système de rangement des pièces.

 

Autres membres de la famille Oniverse

Aerion est le cinquième jeu de l’Oniverse, une série développée par la même équipe. Shadi Torbey, l’auteur, est un précurseur de jeux de cartes en solo :

  • Onirim (2010) : un labyrinthe mystérieux (aussi disponible en application mobile)
  • Sylvion (2015) : protection de la grande forêt des terrifiants ravages du feu
  • Castellion (2015) : jeu de construction de forteresse à l’aide de tuiles afin de survivre aux métamorphoses de la Menace
  • Nautilion (2016) : prendre le contrôle d’un puissant sous-marin pour sauver l’océan oneirique

J’aime

  • Le graphisme
  • Le matériel
  •  Les six extensions incluses
  • La fluidité des parties

J’aime moins

  • La mécanique
  • Le mode coopératif à deux joueurs
  • Le graphisme des cartes qui devient confondant, surtout sur une nappe avec des motifs
  • Trop de hasard versus la stratégie

La copie du jeu a été fournie par Asmodee North America

Aerion

Graphisme
Matériel
Thématique
Mécanique
Plaisir

Plutôt ordinaire !

Un jeu au matériel attrayant, mais décevant au niveau de la mécanique. Meilleur en solo qu'en duo.

User Rating : Be the first one !

À propos de Catherine Watts Cowan

Je suis une vraie geek de jeux de société. Mon premier amour dans le monde moderne a été Carcassonne. J'adore jouer en famille (maman de deux mini-geeks de 9 et 11 ans), entre amis ou avec des étrangers. J'aime découvrir les nouveautés et les endroits ludiques. Je suis une grande passionnée qui ne manque pas de sujets à partager!

Aussi à voir...

Narabi : remettre de l’ordre dans le jardin de rochers japonais

Dans le flot continu de nouveautés, de gros cartons, de kilos plastiques, reste-t-il de place …

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.