Recommencer à jouer à Donjons et Dragons à 40 ans : le charme opère toujours !

Lors de mon dernier anniversaire, j’ai atteint le chiffre important des 40 ans. Comme plusieurs l’ont vécu avant moi, j’ai ressenti légèrement la crise de la quarantaine. Je ne l’ai pas vécue en me procurant une nouvelle Mustang décapotable jaune, mais plutôt en commençant ma première campagne de Donjons et Dragons en plus de 20 ans. Peut-être s’agissait-il d’un désir de revivre une part importante de ma jeunesse ou un besoin d’escapade dans le domaine de l’imaginaire avec un groupe d’amis. Peu importe la raison, le charme opère toujours !

Jouer à Donjons et Dragons à l'âge adulte est encore plus palpitant qu'à l'adolescence!
Une partie de Donjons et Dragons, c’est une évasion dans un monde imaginaire palpitant qui nous fait oublier nos soucis pour quelques heures

L’idée de recommencer à jouer à un jeu de rôle sur table me trottait dans la tête depuis un certain temps. J’ai visionné quelques vidéos en ligne qui discutaient de la version la plus récente du jeu, la cinquième édition, et à quel point elle était facile d’accès tout en gardant une certaine complexité. Avant même de me trouver un groupe de joueurs et un maître du jeu, je me suis commandé le livre des règles en ligne et me suis plongé dans ses nombreux chapitres qui expliquent la création des joueurs, les différentes habiletés, l’équipement et les règles de combat. Mon but premier était de trouver en ligne des groupes déjà formés qui se cherchaient des joueurs supplémentaires. Cependant, j’ai seulement eu à en parler avec un ami qui est aussi un amateur de ces jeux pour me rendre compte que je n’étais pas le seul à avoir la piqûre !

Notre groupe s’est formé rapidement, le maître du jeu ayant déjà un groupe qui joue en ligne régulièrement. La suggestion de commencer une nouvelle campagne en personne a été accueillie avec beaucoup d’enthousiasme ! Il a fallu que je me remette à jour avec la nouvelle édition, la dernière avec laquelle j’étais familier était la deuxième qui a connu son heure de gloire dans les années 90. Contrairement à cette dernière, la cinquième édition est beaucoup mieux balancée, surtout pour les personnages faisant usage de la magie. Ceux-ci étaient auparavant d’une grande faiblesse, ne disposant que d’une poignée de sorts et d’un nombre de points de vie insignifiant. Ils ont maintenant accès à un plus grand nombre d’habiletés. C’est donc un personnage de sorcier que j’ai décidé d’incarner.

La cinquième édition de Donjons et Dragons est superbe, autant pour les novices que les vétérans
La 5e édition du plus célèbre jeu de rôle, Donjons et Dragons, est à la fois plus accessible tout en conservant sa complexité

Dès la première partie, j’ai redécouvert ce qui m’avait toujours attiré dans ce type de passe-temps. Le sentiment de camaraderie qui unit les joueurs et le plaisir d’incarner un personnage à mille lieux de son quotidien est à la fois amusant et presque thérapeutique. Chaque personnage dispose d’habiletés qui lui sont propres et les joueurs doivent en faire usage pour venir à bout de combats sanguinaires et de puzzles complexes qui peuvent causer de sérieux dommages s’ils ne sont pas résolus correctement. Pendant quelques heures, les désagréments de la vie quotidienne comme les factures à payer, le ménage, la pelouse s’envolent pour être remplacés par l’exploration d’une sombre crypte ou d’une tour délabrée.

Pour certains, recommencer à jouer à Donjons et Dragons dans la quarantaine peut sembler enfantin, mais c’est tout le contraire. À l’âge adulte, les joueurs prennent le jeu encore plus sérieusement et collaborent de façon plus efficace. Trouver le moment pour se retrouver pour une partie est plus ardu qu’auparavant, donc on profite de chacune des joutes à fond. Ceux qui se cherchent une activité sociale agréable et enrichissante devraient se trouver un groupe juste pour essayer (plusieurs s’affichent en ligne et accueillent les débutants et les vétérans). De plus, l’accès aux règles est plus facile que jamais ! Le site officiel offre une version en format PDF des règles de base tout à fait gratuitement, ce qui permet aux indécis d’avoir un avant-goût du jeu avant d’investir dans les livres complets.

Page Meetup pour MontréalPage officielle du jeu

À propos de Frédéric St-Georges

Je suis un geek assumé et fier de l'être, qui joue régulièrement aux jeux vidéo depuis l'âge de cinq ans, maniaque de séries télé comme Babylon 5, Star Trek Voyager et Game of Thrones. Geekbecois représente pour moi une belle opportunité de partager avec vous mes passions, vous informer et même parfois vous divertir avec un jeu de mots à la qualité douteuse!

Aussi à voir...

Vampire the Masquerade Bloodlines 2 – Du sang neuf en 2020 !

Le studio Paradox Interactive a levé le voile sur le très attendu Vampire the Masquerade …

Un commentaire

  1. Comme je le mentionnais sur Coup Critique qui relayait l’article, après des années à avoir essayé tous les systèmes et sa mère, pour finir avec Rolemaster, grosse pause d’une bonne quinzaine d’années.

    Et là, 44 ans, je me suis relancé avec 5E, comme DM cette fois, petite campagne vanille du starter kit (pas mal du tout d’ailleurs) avec quatre chums, (je fais aussi jouer mes gars mais la compétition avec Apex et Fortnite est ardue!) et je prépare ma première campagne homebrew, et boy, c’est COOL!

    Et je n’ai pas acheté de décapotable. Mais j’ai commencé à faire de la moto, haha, c’est pas mal la même chose j’imagine. ;)

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.