Sagani : Uwe Rosenberg et les esprits de la nature

Bienvenue dans le monde de Sagani… un monde peuplé par les esprits de la nature. C’est comme ça que le tout commence derrière la boîte. Dans les faits, c’est quoi ce jeu là ? Uwe Rosenberg nous a habitués, au fil des ans, à deux types de jeux. Des jeux plus lourds (ses « niveau expert ») comme Agricola, À la Gloire d’Odin et plus récemment, Hallertau mais aussi des jeux plus familiaux comme Patchwork, Agricola (Big Box, deux joueurs) et Caverna version deux joueurs. Avec Sagani, il reprend des idées de Nova Luna (sa collaboration avec le designer Corné Van Moorsel) mais rebrasse un peu le tout comme lui seul sait le faire. Regardons ensemble ce que nous propose Sagani.

  • Auteur : Uwe Rosenberg
  • Illustrateur : Lucas Siegmon
  • Éditeurs : Eagle-Gryphon Games, Skellig Games
  • Nombre de joueurs : 1 à 4
  • Âge : 8 ans et plus
  • Durée : 45 minutes
  • Année : 2021
  • Page officielle du jeu
  • Page BoardGameGeek

 

Thématique

La seule vraie thématique que Uwe Rosenberg nous offre est, habituellement, l’agriculture. Cette fois-ci, vous devrez aider les esprits de la nature à redevenir en harmonie avec cette dernière. À chaque fois que vous réussissez, l’esprit est libéré et vous faites les points qui y sont associés. Autant vous dire que la thématique est plaquée, n’aide en rien à comprendre les mécaniques du jeu et aurait pu être n’importe quoi d’autre. Si la thématique est l’élément numéro un dans vos choix de jeu, Sagani ne sera peut-être pas au sommet de votre palmarès. Ceci dit, ce n’est pas un mauvais jeu pour autant !

Mécaniques de jeu

La mécanique est fort simple. À votre tour, vous devez choisir une tuile et la placer devant vous. Il y a quatre sortes de tuiles en vert, bleu, orange et blanc ou pour la fameuse thématique terre, eau feu et air. Les tuiles possèdent des flèches des quatre mêmes couleurs. Si une tuile possède trois flèches, vous placerez trois disques sur la tuile. À chaque tuile suivante, si vous placez une tuile de la couleur de la flèche, dans la direction de cette flèche, vous posez un des disques pour couvrir la flèche de cette couleur. Quand toutes les flèches d’une tuile sont recouvertes, vous libérez l’esprit. Vous pouvez donc récupérer les disques et retourner la tuile pour scorer les points de cette tuile.

Le hic, dans cette histoire, c’est que vous avez un nombre limité de disques. Vous voudrez donc éventuellement optimiser votre placement pour scorer un maximum de tuiles pour toujours avoir suffisamment de disques pour continuer. Sinon vous devrez prendre des disques rouges (malus) qui vous coûteront quelques points. Ce qui vous aide, c’est que les tuiles peuvent être placées dans n’importe quel sens, vous aurez donc un peu de jeu.

La mécanique qui sauve

Une mécanique de rattrapage est particulièrement intéressante dans Sagani. Lorsqu’il ne reste qu’une seule tuile à choisir sur la table, il est possible de la mettre dans la zone intermédiaire et de placer cinq nouvelles tuiles sur la table pour avoir de meilleurs choix. Par contre, lorsque cette zone est pleine (quatre tuiles), le jeu s’arrête un instant et les joueurs peuvent choisir une des quatre tuiles mais en commençant par le joueur le plus en retard sur la piste de points. Un petit coup de pouce pour amoindrir le facteur chance de la pige de tuiles.

Le jeu est essentiellement une course. Selon le nombre de joueurs, l’atteinte d’un certain seuil de points déclenche la fin de la partie.

Rejouabilité

Sagani est un jeu familial, avec des règles faciles mais demande quelques parties pour bien entrevoir les différentes possibilités de stratégies gagnantes. Avec ses 72 tuiles, il y a fort à parier que vous aurez devant vous de nombreuses parties de ce jeu avant de vous en lasser. 

Son seul défaut est peut-être la possibilité de paralyser devant les choix à faire. À votre tour, vous devez choisir une tuile, son emplacement, et dans quel sens vous allez la poser. Et là… Juste là. Les choix sont nombreux et parfois difficiles. Cette multiplicité des choix vous donnera, par contre, une grande rejouabilité.

Production

La production de Sagani est toute simple. Un plateau central, des tuiles et des marqueurs (disques en bois). Ce ne sont pas des éléments luxueux ou de piètre qualité. Ça convient bien au jeu, voilà tout. La tendance des prix à la hausse dans le domaine des jeux de société se fait de plus en plus sentir et il est important, je crois, de ne pas surproduire tous les jeux pour en garder les prix raisonnables.

En guise de conclusion

J’ai bien apprécié Sagani. C’est un très bon jeu de Uwe Rosenberg même s’il est plus abstrait que la moyenne de ses jeux. La thématique, comme je le disais d’entrée de jeu, est toujours plus présente lorsqu’il parle d’agriculture. La question est de savoir si vous aimerez le jeu ? Si vous avez aimé Patchwork, du même auteur, vous aimerez Sagani. Si je voulais faire une comparaison avec quelque chose de plus récent, je comparerais Sagani avec Calico. Un vrai puzzle de placement qui vous donnera du fil à retordre et où vous ne pourrez, de toute façon, tout faire et où vous serez confrontés à des choix déchirants. Un jeu qui, je pense, plaira autant aux amateurs de jeux familiaux qu’aux joueurs plus intenses. 

À propos de Martin Lauzon

Amateur de jeux de société, de comic books américains, de BD québécoises et européennes, YouTuber amateur, artiste visuel et musicien. J'ai trop de passe-temps alors j'ai décidé d'ajouter Geekbecois à la liste.

Aussi à voir...

Meeple Land : laissons entrer tous les visiteurs !

En ce début du mois de mai, plusieurs d’entre vous attendent avec impatience la réouverture …

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.