Rainbow Cotton – Tout n’est pas soleil et arc-en-ciels…

Dur à croire que ceci est ma quatrième critique d’un jeu de la série Cotton. Il faut dire qu’il y a quelque chose de charmant dans ces SHMUPs (ou Cute ‘Em Ups, comme on aimait les appeler). Après Cotton 100 %, Panorama Cotton et Cotton Fantasy, voici Rainbow Cotton ! Ce jeu est sorti à l’origine au Japon en 2000 sur la console Dreamcast. Il est plutôt similaire à Panorama Cotton dans sa structure : c’est-à-dire que c’est plutôt un «shooter sur rail». Le jeu avance automatiquement et vous devez donc faire voler Cotton et tirer sur les ennemis qui viendront à vous. Rainbow Cotton, dans sa structure, est assez similaire à des jeux d’arcade de l’époque. Pas surprenant que le jeu se soit retrouvé sur la Dreamcast puisque c’était la machine parfaite pour les jeux de type «arcade». Mais est-ce que ça valait la peine de ramener ce jeu sur les plateformes de nos jours ?

  • Studio de développement : Success
  • Éditeur : ININ Games
  • Plateformes disponibles : Nintendo Switch, PlayStation 4, PlayStation 5, Xbox One, PC (Steam)
  • Plateforme de test : PlayStation 5
  • Classement : E+10 pour 10 ans et plus
  • Prix : 24,99$
  • Site officiel du jeu
  • Page Steam du jeu

Cotton animée

L’histoire dans ce jeu est pratiquement la même que dans les autres jeux Cotton. En bref : des méchants menacent un village, ils veulent leurs willows (bonbons), les fées tentent de demander de l’aide de la sorcière Cotton et elles doivent la convaincre avec la promesse d’une récompense en sucreries. Déjà là, rien d’original. Par contre, cette fois l’histoire est racontée avec des séquences d’animation japonaise. C’est quelque chose qu’on voyait de plus en plus dans les jeux vidéo à cette époque, surtout depuis l’avènement des jeux sur disques. Le problème était souvent que ces séquences étaient très courtes et la qualité de l’image était réduite dû à la compression. C’est le cas pour Rainbow Cotton. Les séquences sont donc difficiles à regarder à cause de la mauvaise qualité de l’image mais aussi la qualité de l’animation n’était pas très bonne. Je ne sais pas si ça aurait été possible de les refaire ? Au moins, il y a des sous-titres pour mieux comprendre.

Rainbow Cotton

Tirez les monstres comme une vraie sorcière

Comme mentionné plus tôt, la jouabilité est similaire à celle de Panorama Cotton. D’autres exemples plus connus seraient Space Harrier ou Panzer Dragoon. Le joueur doit donc essayer de tirer sur les ennemis qui peuvent venir de partout. Cotton a son tir régulier mais peut aussi lancer de la magie. Celle-ci peut faire beaucoup de dommages à plusieurs ennemis en même temps. C’est donc très utile, mais j’ai été surpris à quel point il est assez rare d’obtenir des cristaux pour pouvoir lancer de la magie à nouveau. On est donc souvent pris à seulement utiliser le tir régulier. Plus on avance dans le jeu, plus les ennemis sont résistants et c’est très ennuyant d’être forcé à utiliser seulement l’attaque normale. La mire de tir est efficace… de temps en temps. Parfois, c’est difficile de bien s’enligner, ça prend un peu de pratique pour s’habituer mais on finit par comprendre.

Rainbow Cotton

Chaos coloré

On ne peut pas dire qu’il manque de vie dans ce monde. Tout est coloré et tout le monde semble joyeux, même les ennemis ! Ils sont parfois mignons et c’est rigolo de devoir les faire éclater. Ce que j’aime bien de ce jeu, c’est qu’il y a dans certains niveaux des options de parcours. Les boss de mi-parcours seront donc parfois différents. Ça ajoute de la rejouabilité au jeu. Les boss de fin de niveau ne sont pas très difficiles, mais ils ont beaucoup de points de vie, alors ça peut être un peu long. Ce qui n’est pas mauvais en soi, puisqu’il n’y a seulement que cinq niveaux dans ce jeu. C’est donc un jeu très court, mais pas nécessairement très facile. Même au niveau normal, ça peut être un peu frustrant.

On peut jouer à Rainbow Cotton à deux dans le mode coop. Le deuxième joueur va contrôler la fée Silk, mais elle n’aura pas ses propres points de vie. De ce que je comprends, vous partagerez la même barre de points de vie. En fait, dans ce jeu, il y a plusieurs choses qu’on ne comprends pas au départ ou qu’on doit déduire par nous-mêmes.

Rainbow Cotton

Comme le classique mais avec des améliorations… et beaucoup d’oublis

Essentiellement, ceci est un peu plus qu’une version rematricée de Rainbow Cotton. Les graphismes ont été améliorés, les contrôles aussi et il y a un système de verrouillage de cible automatique. Je ne l’ai pas trouvé tellement pratique, puisqu’il faut tenir le bouton de tir pour qu’on l’active et on ne peut pas changer de cible en pleine action. Donc pour changer de cible, il faut simplement tirer ailleurs, ce qui rend le verrouillage inutile. Honnêtement, ce système n’était pas nécessaire et aurait pu être optionnel.

Comme dans chaque version améliorée d’un classique, on s’attend à ce qu’elle soit complète et remplie d’options pour le joueur pour rendre le titre beaucoup plus agréable. Malheureusement, il y a beaucoup de détails qui ont été oubliés dans Rainbow Cotton. Premièrement, le manque d’options. Bien sûr, c’est bien qu’on puisse inverser les contrôles de direction. Par contre, on ne peut changer la configuration des boutons, ce que je trouve vraiment étrange. De plus, il n’y a que cinq crédits par partie et c’est tout. Il n’est pas possible d’en ajouter ni même d’en retirer pour rendre le jeu encore plus difficile.

Rainbow Cotton

Donc, il faut finir le jeu avec les cinq crédits. Vous devez le faire en une séance. En effet, vous ne pouvez pas sauvegarder votre partie, ce que je trouve vraiment aberrant. Pour moi, c’était normal dans ce type de jeu d’avoir des «save states» ou un système de sauvegarde mais à mon grand étonnement, il n’y en a pas. Je trouve que c’est une omission majeure, presque impardonnable. Surtout dû au fait que si vous mourrez dans un niveau, vous devez le recommencer au complet. Par contre, si vous mourrez à un boss, vous recommencerez au début de celui-ci. Je comprends qu’on a peut-être voulu reproduire une sorte d’expérience «d’arcade» mais ce n’est pas une excuse assez valable pour ne pas avoir de sauvegardes. Plusieurs classiques d’arcade on été lancés dans les dernières années et ils avaient un système de sauvegarde. Je pense surtout aux jeux Darius.

J’ai aussi été abasourdi par le grand manque d’instructions dans ce jeu. On vous lance dans l’action et on ne vous dit pas quel bouton est l’attaque ou la magie. C’est à vous de deviner. Il n’y a même pas de tutoriel ni même de manuel d’instruction virtuel. Aucun endroit dans les options pour vous dire quel bouton fait quoi. Pour moi, ça n’a aucun sens d’avoir au minimum un menu pour les contrôles. Les joueurs doivent trouver par eux-mêmes, vraiment ? Ou peut-être il faut soi-même chercher sur internet. Même le site internet du jeu n’aide pas. En faisant une petite recherche, j’ai trouvé un guide sur une page wiki… avec des sections vides. Pas de chance. J’ai par contre trouvé le manuel d’instruction originel… en japonais. Même en cherchant sur internet, on a de la difficulté à avoir de l’information. Est-ce que ça aurait été si difficile de traduire le manuel d’instructions ? Ce n’est pas juste pour les contrôles mais aussi pour expliquer les principes du jeu, le système de verrouillage, les boss, les différents passages dans les niveaux, etc. Enfin, espérons qu’on pourra y remédier dans une mise à jour.

Rainbow Cotton

Pour adeptes seulement

C’est bien que Rainbow Cotton soit enfin disponible en Amérique du Nord. C’est aussi bien qu’on ait pensé l’amener ici avec des graphismes améliorés, mais trop peu a été fait pour rendre l’expérience suffisamment agréable. Il y a un mode «rétro» mais ce n’est que le jeu réduit en format d’image 4:3 avec un filtre CRT, un peu courbé, pour donner l’impression qu’on joue sur un téléviseur à tube. Mais le manque de détails mentionnés plus tôt fait qu’il est difficile d’apprécier Rainbow Cotton. Je ne peux que recommander ce jeu aux adeptes de la série Cotton seulement. Pour les autres, on peut passer son tour.

J’aime

  • Les graphismes et les éléments colorés qui rappellent l’époque Dreamcast
  • On peut jouer à deux en coop

J’aime moins

  • Les séquences en anime ont fait leur temps et ont très mal vieilli
  • Il n’y a pas de système de sauvegarde
  • Manque d’options pour modifier le jeu telles que les contrôles et le nombre de crédits
  • Aucun menu pour expliquer le jeu, ni pour indiquer les contrôles sur la manette
  • Trop de détails oubliés

La copie de Rainbow Cotton a été fournie par ININ Games.

Rainbow Cotton

Scénario
Graphismes
Bande sonore
Jouabilité
Durée de vie

Médiocre

Un jeu de Cotton de 2000 avec des graphismes améliorés mais où il manque trop d'éléments pour que ce soit une expérience agréable et satisfaisante.

À propos de Yannick Faucher

Quand je ne suis pas en train d'écrire, je joue à des jeux vidéo. Si je ne joue pas, je regarde des dessins animés américains ou japonais. Sinon, je lis des bandes dessinées de super-héros. Vous voyez le genre? Il n'y a pas assez d'heures dans une journée pour satisfaire ma soif de geek. C'est ma passion, c'est dans mes veines.

Aussi à voir...

Assassin’s Creed Nexus VR – La célèbre franchise visitée d’un tout autre point de vue

La franchise Assassin’s Creed a célébré son quinzième anniversaire en 2022 et est maintenant la …

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.