Cotton 100 % : 60 % nostalgie, 30 % bizarre et 10 % de plaisir

Ce mignon « shoot ’em up » (ou affectueusement appelé « cute ’em up ») est, à l’origine, sorti au Japon en 1994 sur la Super Famicom (SNES). Il met en vedette la petite sorcière Cotton qui utilise ses pouvoirs pour vaincre les forces du mal. C’est un titre assez obscur pour la majorité des adeptes en Amérique du Nord. Je dois admettre que je n’avais pas entendu parler de Cotton avant d’y avoir joué. C’est toujours génial de voir des titres venant du Japon être relancés ici chez nous pour qu’on puisse les apprécier. Cette critique est la première de deux. Parce que croyez-le ou non, Cotton est une série. Je vais aussi partager mes impressions sur Panorama Cotton mais avant, voici ce que j’ai pensé de Cotton 100 %.

  • Studio de développement : Success
  • Éditeur : ININ Games
  • Plateformes disponibles : PlayStation 4, Nintendo Switch
  • Plateforme de test : Nintendo Switch
  • Classement : E +10 : pour 10 ans et plus
  • Prix : 19,99$
  • Site officiel du jeu

Un « shoot ’em up » pas comme les autres

Dès que le jeu commence, on plonge dans la nostalgie avec les graphismes 16 bits de l’époque. La musique et l’audio rappellent aussi l’époque Super Nintendo. De quoi plaire à ceux qui ont grandi dans cette ère des années 90. Le jeu débute en vous permettant de choisir le type de magie sera utilisée durant votre partie. Elle sera très utile et puissante contre les ennemis et les boss. On peut clairement voir l’influence des shoot ’em up de l’époque tels que R-Type et Gradius. Cependant, l’action est pas mal plus lente et moins agressive que ceux-ci.

En tirant les ennemis avec l’arme régulière et les « bombes », ça devient de plus en plus irritant qu’elles soient sur deux boutons différents. J’ai trouvé qu’il aurait été plus judicieux que ces armes soient déployées en même temps avec le même bouton, tout comme la majorité des autres jeux de ce genre. La « bombe » (qui n’explose pas) est une arme qui est pratique pour les ennemis se trouvant au sol, puisqu’elle tombe directement vers le bas. Il est possible de « charger » celle-ci mais le résultat donne rien d’utile dans l’action.

Cotton 100%

Vous remarquerez que parfois, vos tirs ne font pas assez de dommages. Une chance que ce jeu a un système de points d’expérience. Plus vous obtenez des cristaux, plus vous montez de niveaux. Vous devenez donc plus puissant et les ennemis seront plus faciles à éliminer. Mais honnêtement, le jeu est déjà assez facile qu’on se demande si c’était réellement nécessaire. Cotton 100 % dispose de plusieurs niveaux de difficulté, par contre. De plus, vous pouvez choisir combien de vies vous disposez par partie. Ce n’est pas la seule manière de rendre le jeu facile (ou difficile).

Je tire et…. et tire je-je tire et j’évite l’ennemi !

Une fonction que l’on voit de plus en plus dans les collections ou les rééditions de jeux rétros, c’est la possibilité de revenir en arrière en tout temps. Je trouve que c’est bien d’avoir le « rewind », une option qui est toujours la bienvenue quand ça se corse. Par contre, on s’entend que si on l’utilise, cela rend le jeu encore plus facile. Ce qui n’est pas une mauvaise chose quand vous avez de la difficulté à avancer dans un jeu. C’est définitivement un don du ciel dans des jeux comme Mega Man. Mais dans Cotton 100 %, c’est apprécié, certes, mais s’il n’y en avait pas, ce ne serait pas dramatique. Il y a un mode « challenge » qui ne vous permet pas d’utiliser le « rewind », ni la possibilité de sauvegarder votre partie.

Cotton 100%

En effet, j’avais presque oublié de mentionner que dans le mode standard, vous pouvez sauvegarder votre partie à n’importe quel moment. Un incontournable pour les jeux rétros, surtout au fait qu’il n’y avait pas de possibilité de sauvegarder dans la majorité de ceux-ci.

L’aventure colorée de la petite sorcière aux cheveux rouges

Parlons de quelques petits détails à propos du jeux. Je trouve ça drôle que les ennemis soient aussi mignons. Ils n’ont pas l’air si menaçants. Par contre, quand vous serez dans le niveau du cimetière, le boss va peut-être vous surprendre. Un cimetière éclairé par la lumière du jour, je dois dire. Il ne fallait pas que ce soit trop épeurant comme atmosphère, quand même ! J’aime les petits vampires volants en particulier. Il y aura un boss dans un niveau qui vous fera certainement penser à un célèbre dans la série Kirby de Nintendo.

Il y a des « mini-boss » à chaque mi-niveau. Une chose qu’on ne retrouve presque plus dans les jeux, malheureusement. Les vrais boss peuvent être longs à battre… sauf si vous trouvez la bonne magie à utiliser contre eux. Ça m’a surpris de découvrir qu’ils ont tous, en général, une faiblesse. Un truc à exploiter si vous avez de la difficulté.

Cotton 100%

Une réédition bâclée

Cotton 100 % est carrément un port de l’original : il n’y a pas d’améliorations graphiques. Vous avez la possibilité de mettre un filtre CRT pour reproduire l’effet des vieux téléviseurs, mais c’est tout. De plus, je ne sais pas si c’est un bogue seulement sur Nintendo Switch mais on ne peut pas changer la grosseur de l’écran. Aussi, on ne s’est pas trop préoccupés de décorer les bordures avec plusieurs fonds d’écrans. En fait, il n’y en a pas. Ça n’aurait pas été de trop si on avait mis encore plus de couleur à l’écran du joueur.

Il y a une chose de ce jeu qui me renverse. Je trouve cela aberrant qu’il y ait aucune traduction. Les sous-titres dans le jeu sont en japonais. Si vous connaissez la langue, tant mieux. Sinon, vous n’aurez aucune idée de ce qu’il se dit dans les scènes entre les niveaux. Il n’y a même pas de manuel d’instructions virtuel pour vous aider au minimum avec le contexte du jeu ou pour les contrôles. Vous pouvez très bien jouer au jeu sans comprendre le japonais. Cependant, ça aurait été apprécié s’il y aurait eu une traduction. Dommage.

Cotton 100%

Durant mon test, le jeu disait qu’on pouvait débloquer des « cheats » si on finit le mode challenge, sans « rewind » et sans sauvegarde. J’ai voulu en premier lieu finir le mode standard avec ces outils en premier pour mieux les expérimenter. J’ai été surpris de voir que j’avais débloqué les « cheats » quand même. Je me suis senti comme quelqu’un qui trouve de l’argent au sol. Bref, ça ne devait pas arriver mais…tant pis ! C’est à moi ! Plus sérieusement : ça devra être corrigé.

Adeptes seulement

Je recommande ce jeu surtout aux plus adeptes des adeptes des shoot ’em ups et des jeux classiques du Japon. Si vous voulez vous initier au genre, il y a de meilleures options. Par contre, il est vrai que vous n’aurez pas de difficulté à jouer et le terminer. C’est bien d’avoir amené ce jeu méconnu du Japon au reste du monde pour qu’on puisse le découvrir. Cependant, si vous n’êtes pas un accroc du genre, vous pouvez bien vous en passer. Amusant et mignon, certes, mais ce n’est que pour une très courte durée. Au suivant !

J’aime

  • Un joli monde avec des créatures bizarres et mignonnes
  • Les outils pratiques d’un jeu rétro tels que les sauvegardes et le « rewind »
  • Des jeux japonais enfin disponibles pour tout le monde : on aime ça !

J’aime moins

  • Aucune traduction : les sous-titres sont en japonais seulement
  • Aucune possibilité d’améliorer les graphismes
  • Quelques bogues doivent être corrigés

La copie numérique de Cotton 100 % a été fournie par ININ Games.

Cotton 100 %

Scénario
Graphismes
Bande sonore
Jouabilité
Durée de vie

Médiocre

Un "cute 'em up" qui va seulement plaire aux adeptes et aux curieux qui n'ont jamais connu ce jeu japonais.

À propos de Yannick Faucher

Quand je ne suis pas en train d'écrire, je joue à des jeux vidéo. Si je ne joue pas, je regarde des dessins animés américains ou japonais. Sinon, je lis des bandes dessinées de super-héros. Vous voyez le genre? Il n'y a pas assez d'heures dans une journée pour satisfaire ma soif de geek. C'est ma passion, c'est dans mes veines.

Aussi à voir...

image principale

Keep Talking and Nobody Explodes VR testera votre sang froid et vos capacités de communication

Le vaste monde du VR (réalité virtuelle) est en ébullition depuis quelques années, tout comme …

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.