Les Sombres Royaumes de Valéria, enfin nous sommes les méchants !

Après tant de victoires sur les forces du mal, le royaume de Valéria semble enfin en paix. Mais dans les sombres royaumes, les forces du mal s’organisent et préparent une révolte dont le Royaume de Valéria se souviendra longtemps. Dans Les Sombres Royaumes de Valéria, vous incarnez enfin les méchants. Vous devrez planifier différents stratagèmes, rassembler les forces des différentes factions, tout en gérant efficacement les ressources à votre disposition. Un défi à relever et un autre jeu de la gamme Valéria probablement le plus surprenant de tous.

  • Auteur : Stanislav Kordonskiy
  • Développeurs : Isaias Vallejo et W. David MacKenzie
  • Illustrateur : Mihajlo Dimitrievski
  • Éditeurs : Lucky Duck Games (français) et Daily Magic Games (anglais)
  • Nombre de joueurs : 1 à 5
  • Âge : 14 ans et plus
  • Durée : 60 à 90 minutes
  • Année : 2021
  • Page officielle du jeu
  • Page BoardGameGeek

La thématique

Depuis le début de la série des jeux du Royaume de Valéria (Valéria le Royaume et Villages de Valéria, par exemple), nous devons repousser les hordes de démons et de monstres de toutes sortes ou reconstruire le royaume. Pour une fois, nous pouvons incarner ces méchants, préparer l’ultime invasion du royaume et enfin reprendre ce qui nous revient de droit.

Ce qui fait la force des jeux de la série Valéria est le visuel. Comme toujours, les illustrations de Mihajlo Dimitrievski sont, pour beaucoup, dans l’ambiance des jeux de Valéria qui, eux, sont toujours un peu mécaniques. Mais force est d’avouer qu’ici, le tout fonctionne particulièrement bien. Nos plateaux de jeux personnels, le plateau central ainsi que les différentes cartes sont magnifiques et mettent dès le départ l’ambiance du jeu.

 

Les mécaniques de jeu

À la base, c’est très simple, Les Sombres Royaumes de Valéria est un jeu de draft de dés. Des dés seront lancés et placés sur le plateau central, et vous devrez, à votre tour, en choisir un, résoudre l’effet de l’endroit d’où il vient et ensuite le placer pour préparer vos fameux stratagèmes de conquête du royaume.

Petit point intéressant concernant les dés. Ce ne sont pas des dés communs : la couleur ainsi qu’un petit symbole nous permet d’identifier la catégorie du dé. Et si le grand chiffre désigne sa puissance, le plus petit est un rabais d’achat pour des cartes ou pour accumuler de l’argent ou de la magie. Comme ces deux chiffres sont inversement proportionnels, vous aurez des choix difficiles à faire lors de votre sélection de dé.

Vous pourrez accumuler des ressources, enrôler des champions pour vous aider dans vos projets, choisir de nouveaux stratagèmes, accumuler des richesses et de la magie. Bref, vous aurez donc beaucoup à faire.

Ce qui est probablement le plus intéressant, c’est la petite machine à combos que sont nos plateaux de joueurs. À chaque stratagème réalisé, vous pourrez débloquer un espace très intéressant, à votre choix (on enlève un jeton pour dévoiler la nouvelle habileté), qui améliorera vos performances et vos chances. Vous devrez ensuite, sur votre deuxième plateau, placer ce jeton pour couvrir un espace qui pourra débloquer un ou des bonus, les fameux bonus d’escarmouches. Des choix encore une fois difficiles, mais toujours intéressants.

La rejouabilité

L’avantage des Sombres Royaumes de Valéria, c’est que les plateaux des joueurs sont différents. La portion parchemin de campagne est choisie au hasard et ne sera probablement jamais la même. Il y a donc un bon niveau de rejouabilité. Les chemins vers la victoire seront toujours un peu différents.

L’inconvénient, c’est que pour toute la partie, vous ferez essentiellement la même chose, soit préparer des stratagèmes. Si le jeu est bien amusant, on fait toujours un peu la même chose. Un peu comme dans le jeu Parks où vous devez visiter les différents parcs nationaux des États-Unis, ici, vous devrez remplir les demandes des stratagèmes. C’est simple mais, malgré tout, efficace. Le second aspect moins intéressant est le format des cartes et des plateaux. La grandeur de la boîte était bien suffisante pour augmenter la grandeur des plateaux et la grandeur des cartes. Les illustrations auraient pu être mises en valeur un peu plus car, franchement, elles en valent la peine.

La qualité de la production

Comme toujours chez Lucky Duck Games et Daily Magic Games, la qualité de la production est au rendez-vous. Les cartons sont épais, les meeples et les ressources en bois de bonne qualité et les cartes également. Seul bémol, un étrange organisateur en mousse pour séparer les ressources et les jetons. C’est plutôt inutile puisque, de toute façon, vous devrez mettre le tout dans des petits sacs en plastique. Rendu là, il faudra s’organiser sans cette chose étrange.

En guise de conclusion

Les Sombres Royaumes de Valéria est probablement, maintenant, mon préféré de la série. Même s’il n’a pas la complexité des Margraves de Valéria, il a l’avantage d’offrir une mécanique simple à expliquer mais offrant beaucoup de choix différents pour vous mener à la victoire. Ce jeu présente une profondeur dans la réflexion qui est appréciable mais très agréable. On est content de constater tout ce qu’on peut y faire pour gagner. Accélérer ou ralentir la fin de la partie, prendre en compte les accomplissements des autres pour choisir des actions avant eux, tout ça et plus pour augmenter votre plaisir d’y jouer. Je souligne aussi que le jeu a un mode solo, pour ceux que ça intéresse, qui vous offre un adversaire simple à gérer et qui n’est pas un banal « battez votre propre score » ! D’autres jeux de la série seront bientôt lancés. Si vous aimez, gardez les yeux ouverts.

J’aime

  • Les illustrations de Mihajlo Dimitrievski
  • La mécanique de sélection de dés mixée avec le placement d’ouvriers
  • Le multi-usage des dés

J’aime moins

  • L’aspect un peu répétitif du jeu
  • L’organisateur totalement inutile
  • Le format des cartes et du plateau

La copie du jeu ainsi que les images ont été fournies par Lucky Duck Games.

Les Sombres Royaumes de Valéria

Graphisme
Matériel
Thématique
Mécanique
Plaisir

Probablement le meilleur de la série

Un jeu plus profond que que le reste de gamme Valéria mais avec des mécaniques simples à comprendre. À garder dans sa collection.

À propos de Martin Lauzon

Amateur de jeux de société, de comic books américains, de BD québécoises et européennes, YouTuber amateur, artiste visuel et musicien. J'ai trop de passe-temps alors j'ai décidé d'ajouter Geekbecois à la liste.

Aussi à voir...

Red Outpost table

Red Outpost, l’utopie communiste spatiale

Dans un monde légèrement différent du nôtre, l’URSS compétitionne davantage les États-Unis d’Amérique dans la …

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.