Hobo : Tough Life – Un jeu de survie poussant la réflexion

Lorsque je me suis rendu compte qu’un jeu de simulation d’itinérance existait, je me suis vraiment posé des questions. Avons-nous atteint un seuil de mauvais goût en créant ce jeu ? Pourtant, je n’ai pas eu l’impression d’être dans une parodie, mais dans un réel jeu de survie que j’ai trouvé particulièrement difficile. Hobo : Tough Life possède un titre laissant présager le pire, mais qui cache pourtant un jeu beaucoup moins pire que ce que son nom pourrait laisser présager.

Hobo : Tough Life : vivre l’hiver dans la peau d’un itinérant

  • Studio de développement : Perun Creative
  • Éditeur : Perun Creative
  • Plateformes disponibles : PC
  • Plateforme de test : PC
  • Date de sortie : 13 avril 2021
  • Classement : non disponible
  • Prix : 28,99$
  • Page Steam du jeu

Bienvenue à Preslav

Alors que vous rôdez dans la ville de Preslav, en Bulgarie, vous apprenez la grande nouvelle ! Les sans-abris ont décidé de remettre en place un vieux titre qui avait disparu depuis longtemps, celui du roi clochard. Un itinérant nommé qui pourra réunir tous les groupes de vivant dans les rues de la ville sous une même bannière. C’est à l’aide de diverses quêtes que vous pourrez peut-être obtenir ce titre et gagner la confiance de vos comparses.

Hobo : Tough Life mélange des aspects de jeux de survie et de jeux de rôle. Alors que la thématique peut sembler un brin déplacé, le jeu m’a tout de même poussé à réfléchir sur certains aspects de l’itinérance. En fait, alors que je tentais de quêter pour manger, je me suis fait répéter à plusieurs reprises de quitter les lieux, de déguerpir et même que je puais. Chaque petit échec diminue mon moral de joueur, mais également le moral de mon avatar.

Car voyez-vous, malgré l’immense effort qui est fait afin qu’il y ait un scénario, notre personnage n’a pas de réelle identité et l’aspect jeu de rôle n’est pas encore particulièrement poussé. Nous avons généralement le choix entre deux réponses : l’une générique et l’autre qui nécessite une compétence précise. Notre seul réel choix est celui de notre « classe » d’itinérant et ça, c’est uniquement si vous en avez déverrouillé avec la progression du jeu.

Cinématique d'introduction de Hobo: Tough Life.
Cinématique d’introduction du jeu.

Des aspects du jeu de rôle

Afin de survivre dans la ville de Preslav, vous aurez énormément de choses à surveiller. Non seulement la température est l’une de vos ennemies, mais vous aurez également à surveiller votre état de santé, votre moral, votre faim, votre fatigue, votre dépendance et j’en passe ! Il s’agit sans doute de l’un des aspects les plus intéressants de ce jeu de survie. Ceux et celles qui sont habitués à des jeux compliqués seront sans doute ravis. Certaines actions « soignent » vos caractéristiques, mais en « blessent » d’autres. Par exemple, vous pouvez fumer de vieux mégots de cigarette pour remonter votre moral ou boire des fonds d’alcool. Cependant, votre santé risque de diminuer drastiquement…

L’une des caractéristiques les plus importantes est sans doute reliée à votre odeur. Non seulement vous pouvez puer, mais vos vêtements également. Cela affectera énormément la réception que pourraient avoir les gens autour de vous. Bref, si vous tentez de survivre par la gentillesse des gens, il se pourrait que ça soit beaucoup plus difficile… Il est par contre compliqué de ne pas fouiller dans les conteneurs à vidanges puisqu’on y trouve une source inépuisable d’objets afin de pouvoir se créer un meilleur abri…

Les discussions dans Hobo: Tough Life.
Vous pourrez discuter avec bons lots de personnages, qu’ils soient itinérants ou non.

Construire un abri pour passer l’hiver

Afin de survivre aux intempéries, vous pouvez également bâtir votre abri de rêve dans les recoins de Preslav. Des murs, un toit, un lit, tout ce que vous avez besoin. Il y a trois endroits dans la ville où vous pourrez le faire dont un qui est disponible près du point de départ de votre partie. Les objets que vous pourrez utiliser pour vos campements peuvent être trouvé dans les conteneurs à déchets de la ville, mais aussi dans certains magasins ou peuvent même être créés de toute pièce par vous !

Le système de construction permet de créer des objets à partir des matériaux que vous réussirez à glaner à travers les poubelles de la ville. Attention par contre, les denrées sont parfois plus rares qu’elles en ont l’air. Votre inventaire est limité et vous devrez trouver des solutions afin de trainer plus de matériel avec vous pour une utilisation future. Évidemment, de l’équipement de construction peut parfois être très lourd, mais vous devrez prioriser ce que vous avez besoin. Avez-vous besoin d’un toit plus que de la nourriture.. ?

Le système de construction permet également de démonter des objets trouvés afin d’en recueillir des pièces, ou encore de pouvoir rénover notre équipement. Malheureusement, afin de créer des objets, vous aurez besoin de plans et ils semblent difficiles et rares à acquérir.

Maisner est l'un des premiers personnages rencontrés.
Maisner est l’un des premiers personnages rencontrés.

Un esthétique faisant penser aux vieilles consoles

Au niveau des graphismes, on ne peut pas dire que le jeu est particulièrement beau ou immersif. Ce n’est pas complètement laid non plus. En fait, le bémol que j’aurais à propos des graphismes est certainement qu’ils me semblent sortis tout droit d’une autre époque. Au niveau des effets sonores, rien ne m’a marqué non plus.  J’y ai porté attention durant quelques minutes et j’ai rapidement oublié l’ambiance musicale ou sonore afin de réfléchir aux différents moyens de survie. Puis, au niveau de l’écriture, j’ai eu franchement l’impression que l’anglais n’était pas la langue originale des auteurs. Non seulement les phrases sont assez simples, mais il n’y avait rien d’impressionnant au niveau du scénario. J’ai trouvé la thématique originale, mais la plume des créateurs ne m’a pas fait tomber en bas de ma chaise.

D’ailleurs, j’aurais pris plus d’informations écrites à propos des nos options. Certains personnages nous donnent des indications, mais on se retrouve facilement perdus dans un univers immense. Aucune option écrite n’indique réellement comment se débrouiller. Je me suis rapidement retrouvé à regarder des vidéos afin de comprendre ce que je pouvais faire. Le manque d’information fait mal, mais saura sans doute plaire à certains. C’est sans doute cette façon « essai-erreur » qui permettra à certains d’augmenter la durée de vie du jeu.

D’ailleurs, deux autres éléments pourraient pousser certains à jouer plus longtemps. Si vous échouez, vous pouvez recommencer votre nouvelle partie en gardant votre personnage. Bref, vous n’aurez pas à acquérir toutes vos compétences de nouveau. Puis, je ne l’ai pas essayé, mais il semblerait que nous puissions jouer jusqu’à quatre joueurs dans le même Preslav.

Plusieurs campements sont situés dans la ville de Preslav.
J’ai pu squatter le feu d’un campement alors que je n’avais plus rien pour alimenter le mien.

Un jeu « correct » à découvrir

Je dois admettre ne pas m’être donné à 100 % dans ma partie pour diverses raisons. Tout d’abord, j’ai un certain malaise vis-à-vis le jeu et je crois que c’est essentiellement lié à une mauvaise traduction. Le terme « hobo » pour moi est péjoratif. Cependant, je n’ai pas eu l’impression que l’on riait de l’itinérance à travers mes quelques heures de jeu. Puis, le manque d’informations m’a fortement découragé. Bien que dans certains contextes, cela m’attire de devoir tout essayer afin de trouver les bonnes solutions, je n’étais pas particulièrement réceptif face au jeu. En fait, j’y ai trouvé quelques éléments de redondance qui m’ont fait me décourager rapidement. Les graphismes qui ne sont pas particulièrement travaillés et l’absence de diversité dans les dialogues m’auront rapidement fait décrocher.

Je crois cependant que le jeu mérite d’être découvert puisqu’il a des mécaniques intéressantes et sans doute serais-je tenté de l’essayer à plusieurs.

J’aime

  • L’aspect survie
  • La grandeur du monde
  • Les caractéristiques liées au personnage

J’aime moins

  • Le manque d’informations
  • La thématique me rend un brin mal à l’aise
  • Les choix de dialogues
  • Le manque de points de repère dans le monde

La copie de Hobo : Tough Life  a été fournie par Perun Creative.

Hobo : Tough Life

Scénario
Graphismes
Bande sonore
Jouabilité
Durée de vie

Un défi intéressant

Hobo : Tough Life aborde le sujet dur qu'est l'itinérance et le fait sans nécessairement tomber dans l'humour facile et l'exagération. Il s'agit d'un jeu de survie intéressant et difficile, mais qui ne réinvente aucunement la roue.

À propos de David Charbonneau

Étudiant et geek à temps plein, je suis passionné de jeux vidéo, de cinéma et de culture populaire. Ce que je préfère par-dessus tout est généralement un bon scénario, car l'histoire est pour moi plus importante que tout. J'anime également le podcast « Les choses qui n'intéressent (peut-être) que nous » sur les ondes de CHOQ.ca.

Aussi à voir...

Portrait of a Murder

Dead by Daylight : Portrait of a Murder – Une extension qui vole haut !

Portrait of a Murder est le dernier chapitre de Dead by Daylight qui est disponible …

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.