Final Fantasy : la nouvelle version Pixel Remaster

La plupart des amateurs de jeux de rôles qui ont grandi dans les années 80 et 90 sont sans aucun doute des adorateurs de SquareSoft. À ce jour encore, les jeux de la compagnie japonaise sont des classiques aux yeux de plusieurs avec leurs scénarios parfois complexes, intrigants et des personnages qui avaient une profondeur intéressante. C’est grâce à Final Fantasy IV (le 2 en Amérique du Nord) que j’ai découvert les légendaires jeux de la série. C’est pourquoi j’étais définitivement le public cible de la sortie de Final Fantasy Pixel Remaster.

Final Fantasy Pixel Remaster : on modernise la nostalgie

  • Studio de développement : Square Enix
  • Éditeur : Square Enix
  • Plateformes disponibles : PC, Android, iOS
  • Plateforme de test : PC
  • Classement : Tous
  • Prix : Entre 15,99$ et 23,99$ chaque ou 99,78$ pour tous
  • Site officiel du jeu
  • Page Steam du jeu

Les scénarios et textes

Je ne m’éterniserai pas sur le scénario de chacun des différents opus, mais disons que c’est plutôt classique. Généralement, on incarne des guerriers de la lumière qui doivent sauver la Terre à l’aide de cristaux. Généralement, les protagonistes doivent se battre contre un empire malfaisant. Ce qui est intéressant, c’est généralement au niveau des personnages. Alors que le premier Final Fantasy propose des coquilles vides, ils gagnent de plus en plus une personnalité pour atteindre une quinzaine de personnages distincts dans le sixième volet. Si vous n’avez jamais joué et que le style rétro ne vous fait pas peur, c’est une belle opportunité à saisir.

Malheureusement, les textes en anglais ne sont pas ceux des originaux sur le Nintendo ou le Super Nintendo. Il s’agit des textes qui avaient été repris dans la plupart des rééditions des vieux jeux. Bref, il s’agit là d’une critique qui affectera uniquement les vieux nostalgiques comme moi qui tentaient de terminer, pour la 158e fois, chacun des jeux de la série. Gros avantage par contre, les jeux sont disponibles en plusieurs langues. Lorsque j’ai vu que nous pouvions jouer à Final Fantasy en français, je me suis tout de suite dit que mon jeune neveu pourrait sans doute apprécier les classiques auxquels son père et son oncle ont joués !

Dans Final Fantasy IV, Cecil doit surpasser sa noirceur afin de combattre le mal.

Une bande sonore extraordinaire

Je ne suis sans doute pas le seul qui a passé beaucoup trop de temps, dans sa vie, à écouter la musique de Final Fantasy en boucle, même en fichier midi. Rapidement, alors que certains groupes de musique se sont mis à faire des reprises, je me suis d’ailleurs mis à acheter des albums. J’avais même l’album Celtic Moon qui reprenait la musique de Final Fantasy IV en version « celtique ». Puis, en vieillissant, mon intérêt s’est arrêté sur la version plus rock et métal de The Black Mage, mais également sur les versions orchestrées des classiques de Nobuo Uematsu.

C’est exactement ce que nous offre Square Enix. L’entièreté de la musique a été remise aux goûts du jour. Alors que la capacité des consoles était particulièrement limitée à l’époque, nous avons droit à une revisite de ces classiques. Je ne cacherai pas qu’il s’agit pour moi de la principale raison pour mon achat. En fait, en entendant la trame sonore du quatrième jeu sur YouTube, j’ai fini par acheter la collection complète…

Les jeux viennent d’ailleurs avec un « Jukebox » vous permettant de pouvoir réécouter les chansons thèmes qui ont bercé votre enfance.

Les guerriers de la lumière s’apprêtant à affronter l’Empereur dans Final Fantasy 2.

Bisbille entourant les jeux

Deux sujets semblent avoir causé des maux de tête à certains joueurs : les graphismes et la police de caractère. Eh oui, certains se plaignent que les graphismes ont été modifiés. Or, je ne crois pas que le but est de revendre le même jeu sans aucun changement à une nouvelle génération. De plus, les changements sont énormes surtout au niveau des trois premiers jeux qui étaient disponibles uniquement sur le NES. Pour le quatrième volet, j’y ai vu énormément de ressemblances au niveau des décors et des personnages, malgré quelques différences. Seuls bémols pour moi : il est vrai que le décor de fond des combats laisse énormément penser à des ennemis de RPG Maker. Cependant, hormis le fond qui jure avec le reste, cela n’est aucunement agressant. L’on parle tout de même de graphismes de jeux datant de plus de vingt-cinq ans.

Puis, vous avez sans doute entendu parler de la fameuse saga de la police de caractère. Il est vrai qu’elle jure également un peu avec le style rétro, mais savez-vous quoi ? Je l’ai oublié au bout de cinq minutes. J’étais tellement ensorcelé par la trame sonore et par les souvenirs de mon enfance que j’ai rapidement mis cet enjeu de côté. De plus, cela n’a pas pris de temps avant que les internautes travaillent sur un Mod afin de changer la police et ainsi avoir un style se rapprochant plus de l’expérience d’origine.

Trois des personnages de Final Fantasy IV se battent contre Octomammoth.

Mécaniques revues et corrigées

Pour ceux qui ont joué aux premiers Final Fantasy, peut-être vous souvenez-vous de l’une des mécaniques qui rendaient le premier jeu particulièrement difficile. Si l’un de vos personnages attaquait un monstre et qu’il se faisait tuer avant, votre guerrier n’attaquait pas une autre créature. Cela rendait parfois les combats compliqués. Allez-vous perdre un tour ou un sortilège afin de voir si l’ennemi a assez de points de vie pour l’attaquer plusieurs fois ? Cette mécanique, qui avait été changée dans le passé, est donc de retour dans cette nouvelle édition.

On nous donne également plus d’informations que ce que nous avions droit dans le passé. Par exemple, chacun des Final Fantasy a ses propres cartes. Vous pouvez donc ouvrir la carte de chacune des régions que vous explorez. Sur celle-ci, vous pourrez voir les coffres et les portes assez facilement. C’est l’idéal pour quelqu’un qui tente de tout récupérer. Il y a également une description sur les statistiques pour chacune des armes. Par exemple, vous verrez maintenant que certaines armes ont des bonus contre certains types de monstres alors que ce n’était pas indiqué dans les versions précédentes. J’ai donc découvert des propriétés à certaines armes que j’ai toujours trouvé inutiles…

Pixel Remaster ramène également la fonction de pouvoir sauvegarder au moment que l’on veut afin d’éviter de mettre une nouvelle génération de parents en colère.

Ces trois changements majeurs viennent toutefois changer la difficulté des jeux. En trouvant rapidement les objets secrets et en sauvegardant n’importe où, on s’assure une victoire plus facile.

Nous sommes bien loin des graphismes originaux de Final Fantasy.

À avoir dans sa collection

Pour les admirateurs de la série, je dirais que les jeux en valent particulièrement la peine. Tel que spécifié plus haut, la musique est merveilleuse. Les nouvelles options permettent également de terminer les jeux plus rapidement. La traduction permettra aux plus jeunes de redécouvrir les jeux préférés de leurs parents.

La difficulté des jeux aurait pu me faire regretter mon choix. J’ai terminé un nombre incalculable de fois Final Fantasy IV sur la Super Nintendo, le PlayStation, la version 3D sur PC et la version Pixel Remaster. Je suis persuadé que le jeu était nettement plus facile, mais je ne saurais pas expliquer pourquoi. En plus des mécaniques qui nous simplifiaient la tâche, il me semblait que les créatures étaient moins puissantes…

Je ne regrette pas mon achat et si vous hésitiez, allez-y ! Final Fantasy V sera disponible à partir du 10 novembre et aucune date n’est encore disponible pour Final Fantasy VI.

J’aime

  • La nouvelle bande sonore est merveilleuse
  • La retouche aux graphismes des vieux jeux
  • La mise à jour de certaines mécaniques des vieux jeux

J’aime moins

  • Le fond des combats qui jure un peu avec le reste
  • La fameuse police de caractère (mais pas au point de boycotter le jeu…)
  • C’est trop facile !

Les copies des différents jeux ont été achetées par le rédacteur.

Final Fantasy Pixel Remaster

Scénario
Graphismes
Bande sonore
Jouabilité
Durée de vie

Les nostalgiques sont choyés !

La réédition de Final Fantasy permet de pouvoir rejouer à des classiques et des pionniers des jeux de rôles. De plus, la bande sonore vaut amplement le coût des jeux.

À propos de David Charbonneau

Étudiant et geek à temps plein, je suis passionné de jeux vidéo, de cinéma et de culture populaire. Ce que je préfère par-dessus tout est généralement un bon scénario, car l'histoire est pour moi plus importante que tout. J'anime également le podcast « Les choses qui n'intéressent (peut-être) que nous » sur les ondes de CHOQ.ca.

Aussi à voir...

Astria Ascending

Astria Ascending : l’ascension des RPG rétros

Il semble que le style « rétro » dans le monde des jeux vidéo ne s’essouffle pas. …

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.