Let's Play

Découverte manga : Let’s Play

Le 13 janvier 2023, les éditions Kotoon proposaient aux lecteurs français et québécois la joie de découvrir le webcomic Let’s Play sous un nouveau format. C’est donc sous l’apparence d’un manga que les connaisseurs et les nouveaux venus ont pu découvrir cette œuvre récemment. Je suis vraiment ravie de voir de nombreux webcomics que je suivais autrefois se métamorphoser ainsi en manga. Cela me permet de me reconnecter avec des histoires que j’avais mises de côté et, en plus, de les collectionner dans ma bibliothèque. Je pense notamment à de belles découvertes que j’ai aussi pu faire grâce à ces adaptations papiers, issues de webcomics, comme Solo Leveling, Sweet Home et Lore Olympus. Bref, voici mon avis sur le premier volume de Let’s Play !

  • Titre original : Let’s Play
  • Dessin : Leeanne M. Krecic
  • Scénario : Leeanne M. Krecic
  • Éditeur VF : Kotoon
  • Année : 2023
  • Genre : Romance, Comédie
  • Nombre de tomes : 1 (en cours)
  • Critique : Tome 02 | Tome 03
Let's Play

Synopsis

Experte en jeux vidéo, Sam est sur le point de réaliser son rêve en créant le sien. Mais la dure réalité la rattrape quand un streamer populaire fait une critique cinglante de son jeu. Alors qu’elle est au plus mal, elle découvre que ce streamer est son nouveau voisin ! Parviendra-t-elle à dépasser ses angoisses pour s’affirmer et, pourquoi pas, trouver l’amour ?

Mon avis

Le début d’une quête romantique

Sur Webtoon, ce manga était une des œuvres les plus populaires lorsque j’utilisais encore l’application. Pour ceux qui connaissent déjà la série, il faut savoir que ce premier tome regroupe les 23 premiers épisodes de l’œuvre originale. Je pense qu’une des choses qu’on apprécie de ce livre, c’est le fait de suivre une héroïne d’âge adulte. Samara Young est une jeune femme introvertie qui rêve de créer son propre jeu et de percer dans le milieu. Or, alors qu’elle publie son premier jeu en ligne, elle se fait aussitôt démolir par un viewtuber à succès nommé Marshall Law. Sa critique négative attire aussitôt les foudres de la communauté du garçon. En quelques heures seulement, le premier jeu de Sam passe d’une note globalement bonne à la pire note de l’histoire du site.

L’auteure nous montre les ravages que peut porter l’anonymat sur l’internet dans la vie réelle de gens, eux aussi, bien réels. Pour couronner le tout, la pauvre Sam découvre assez rapidement que Marshall vient d’emménager dans l’appartement voisin ! Let’s Play nous est dévoilé comme étant un harem inversé. En plus de Marshall, d’autres jeunes hommes papillonneront autour de notre héroïne durant l’histoire. Il y aura un jeune serveur visiblement fou de la demoiselle nommé Lincoln, ainsi que le superviseur de son lieu de travail, Charles. Malgré les avances plutôt évidentes de certains protagonistes, Sam semble plutôt indifférente face à cela. Son but premier étant sa carrière, elle ne rougit pas forcément à chaque battement de cils qui se pointe. Néanmoins, elle ne se gênera pas pour admirer les torses nus se dressant étrangement constamment sur son chemin.

Le titre, en général

Malgré le fait que nous suivons la vie d’une jeune adulte, cela n’en reste pas moins humoristique. L’humour est bien dosé. Ni trop présent, ni trop absent. Il est aussi très léger. Suffisant pour vous créer un petit rictus sans forcément rire à gorge déployée. Vous retrouverez de nombreux personnages caricaturaux ainsi que des passages plutôt prévisibles pour ceux qui sont habitués de lire des romances, mais cela ne gâche absolument pas la lecture.

Certains pourraient être déçus en prenant ce webcomic entre les mains. Certes, les pages sont colorisées contrairement aux mangas japonais. On se rapproche, ici, beaucoup plus d’une bande dessinée. Toutefois, on remarque que les couleurs lisses peuvent paraître étranges contrairement à d’autres œuvres. Il faut dire que le manga a d’abord été travaillé pour être publié en ligne, sur nos téléphones. Je ne suis toutefois pas prête à dire que le coup de crayon de l’artiste laisse à désirer. Disons simplement qu’on peut facilement faire la différence entre un webcomic, un manga et une bande dessinée !

Aussi, j’ajouterais que le sens de la lecture est traditionnel. Ce n’est pas réellement un manga, comme je le disais plus haut. Cela se rapproche davantage de la bande dessinée. Malgré tout, les dessins sont efficaces et ne cesseront de s’améliorer au fil des épisodes puisque durant les années de création de Let’s Play, le coup de crayon de l’auteure s’est grandement amélioré.

« Pourquoi y a-t-il autant d’hommes torse nu autour de moi aujourd’hui ? J’ai l’impression d’être coincée dans un webtoon à l’eau de rose où la créatrice joue sur le fan service pour attirer plus de lectrices.  »

En conclusion

Les amateurs de Let’s Play et donc, ceux qui ont déjà lu l’œuvre en ligne, pourraient prendre plaisir à collectionner la version papier qui nous est désormais offerte. Toutefois, vous ne devez pas espérer découvrir quelque chose de nouveau. C’est absolument le même récit, les mêmes dessins, le tout étant tout simplement reproduit dans un format papier. Si vous pensez découvrir de la nouveauté et que vous songez à acheter ce premier volume simplement pour cette raison, vous devriez peut-être passer votre chemin. Les nouveaux venus, quant à eux, seront ravis d’entreprendre la lecture de ce manga, surtout s’ils apprécient la romance et l’univers des jeux vidéo ainsi que de la programmation, du streaming, etc.

Étant moi-même une joueuse, je me suis bien retrouvée en le personnage qu’est Sam. Sa passion, ses angoisses ainsi que son côté introverti me rejoignent. Les amoureux du meilleur ami de l’homme tomberont aussi forcément sous le charme du personnage le plus adorable de l’histoire. Je parle, bien sûr, du charmant petit Bowser que nous pouvons d’ailleurs voir sur la couverture du premier volume. Ce que j’apprécie particulièrement dans Let’s Play, c’est que nous pouvons y voir l’implication d’une communauté en ligne, de l’anonymat et de l’impact que cela peut avoir, des répercussions négatives qui peuvent s’en suivre sur la vie réelle d’une personne, derrière son écran. Comme quoi, parfois, une simple braise peut créer un véritable incendie, impossible à éteindre.

D’autres titres similaires qui pourraient vous plaire…

Cheese in the Trap, True Beauty et Honey Blood qui sont des manhwas romantiques.

J’aime

  • L’humour
  • Les pages en couleur
  • L’univers en lien avec les jeux vidéo
  • Le fait que l’œuvre ait enfin droit à son adaptation papier

J’aime moins

  • La colorisation qui ne fonctionne pas aussi bien sur le papier que sur l’écran

La copie du manga Let’s Play Tome 01 a été offerte par Interforum Canada.

Let's Play

Texte, narration et scénario
Graphismes
Impression générale

Super !

Je vous conseille particulièrement cette œuvre si vous aimez les harems inversés, les romances douces ainsi que l'univers des jeux vidéo. Vous tomberez assurément sous le charme de Sam... et de Bowser ! Surtout Bowser !

À propos de Jessica Côté Acteau

Mon côté geek est né très tôt. C'est avec Ash, le dresseur de Pokémon et Sakura, la chasseuse de cartes que j'ai grandi. J'étais déjà une grande amatrice de l'animation japonaise et ça m'a suivi de l'enfance à l'âge adulte. Ma passion pour les jeux vidéo a, quant à elle, débuté au même moment. Armée de mon Game Boy Color, j'étais déjà une grande dresseuse de Pokémon, à l'époque ! C'est néanmoins la série The Legend of Zelda qui m'a fait tomber en amour avec le gaming. Depuis, qu'il s'agisse de jeux ou de japanimation, j'en mange tous les jours.

Aussi à voir...

My Happy Marriage

My Happy Marriage : Tome 03 – Se libérer de ses chaînes

My Happy Marriage : Tome 03 est assurément le volume que j’attendais le plus ! Après tout, …

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

I agree to these terms.

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.