La série Castle Rock à la hauteur de Stephen King

Voilà, la première saison de la série Castle Rock vient de se terminer, et c’était bon. C’est quoi Castle Rock ? Eh bien, c’est une série télévisuelle basée sur l’univers de Stephen King. Les appréhensions étaient élevées, car il ne faut pas se le cacher, les films et les séries tirées de ses livres ont rarement du succès. Il y a des exceptions, telles que The Shining, À l’ombre de Shawshank ou Ça. Mais les ratés sont aussi nombreux, on n’a qu’à penser au film La Tour sombre ou bien les séries Le Dôme et Mr. Mercedes.

Castle Rock, la ville damnée

Ce qui a probablement aidé Castle Rock à être un succès, c’est peut-être justement de ne pas représenter un livre en particulier. En réalité, la série est construite à partir de l’univers de Stephen King. On y retrouve des lieux, des allusions à des événements ou des personnages des romans de Stephen King.

L’histoire se passe dans la ville de Castle Rock, d’où le nom de la série. Elle raconte quoi, cette série ? Eh bien, ce n’est pas si évident à expliquer ! Ne vous attendez pas à avoir des réponses claires. Le doute, le questionnement et les remises en question vont toujours être dans votre tête tout au long de la série et encore plus à la fin. Alors qu’on pense tout savoir à la fin de l’épisode 9, on se demande finalement ce qui s’est réellement passé à la fin du dernier épisode.

Un univers connu

L’histoire tourne principalement autour de l’avocat Henry Deaver. Celui-ci revient dans la ville où il a grandi pour défendre un homme qui vient d’être trouvé dans le fond d’une cage dans la section fermée de la prison de Shawshank. Celui-ci était enfermé dans cette cage par l’ancien directeur de la prison qui s’est suicidé. Le directeur prétendait que le jeune homme enfermé était le démon. En fait, seul le directeur savait qu’il avait enfermé quelqu’un dans cette cage. Il le nourrissait, mais n’en avait parlé à personne. Malheureusement, le retour de Henry Deaver et la sortie de la cage de ce personnage vont entraîner par coïncidence des événements dramatiques de plus en plus violents dans cette ville.

Les personnages sont très bien intégrés à l’histoire. Et comme dans toute histoire de Stephen King, c’est la personnalité des personnages qui amène un plus à l’histoire. On y retrouve la mère d’Henry qui est atteinte de paranoïa. Une ancienne voisine, Molly Strand, qui entend ce que les gens pensent. Henry Deaver qui dit entendre des bruits ou des voix dans la forêt. Et que dire du prisonnier de la cage, The Kid, qui est sombre et énigmatique. On ne sait jamais s’il dit la vérité ou non.

Autour d’eux gravitent les autres habitants de la ville. J’aurais aimé voir davantage le personnage de Diane Jackie Torrance, la nièce de Jack Torrance. Jack Torrance étant le personnage fou dans The Shining. Le personnage de Diane Jackie est peu exploité, pourtant elle a été présente lors d’épisodes clés de la série. Je ne veux pas en dire plus sur l’histoire, préférant vous laisser le plaisir de la découvrir, si ce n’est pas déjà fait. Si vous l’avez déjà regardé, quelles sont vos impressions ?

Un univers propre à King

L’ambiance générale de la série est typique à l’univers de King. Du sang, de la violence, du mystère et des personnages mystérieux qui nous transportent dans cet univers si complexe qu’est celui de Stephen King. Il vous faudra comprendre et suivre attentivement l’histoire. La surprise ultime se déroulant dans l’épisode 9, pour conclure avec une fin peu banale dans le dixième épisode. On se demande alors si la référence au monde de la Tour sombre ne revient pas complètement changer la signification de la série. Pour ceux qui n’ont jamais lu la série de la Tour sombre, vous manquerez ce petit lien qui existe entre les mondes de Stephen King.

Stephen King a un don pour nous plonger dans le monde d’aujourd’hui, mais avec une touche de noirceur. Castle Rock est une des ville de prédilection de l’auteur. En fait, le Maine au complet est un terrain de jeu pour King. C’est comme si cet État américain était le centre d’une concentration du mal et de gens malveillants. La série nous amène dans l’esprit de cette localité. Une ville qui est condamné au mal, mais dont les résidents semblent résiliés à cette situation.

Des acteurs peu connus mais des producteurs exécutifs de marque

Les acteurs sont peu connus, du moins pour moi. Il y a quand même Sissy Spacek qui joue le rôle de la mère d’Henry Deaver. Un beau clin d’oeil à celle qui a incarné le rôle légendaire de Carrie. C’est André Holland qui incarne le rôle d’Henry Deaver, l’avocat. Celui-ci a déjà joué dans le film Moonlight. Il y a Mélanie Lynskey qui tient le rôle de son ancienne voisine. Et évidemment, Bill Skarsgard que je ne connaissais pas non plus, mais qui a la physionomie, le faciès et la prestance pour jouer « The Kid ». Il a l’air méchant, il ressemble à un être vilain et son sourire diabolique en tombée de rideau de la série dit tout. Un sourire qui peut se comparer au clown de Ça, maléfique à souhait.

Sur la série, vous retrouverez plusieurs producteurs exécutifs, tels que Stephen King et J.J. Abrams. Elle est distribuée par Warner Bros. Television. Pour le bonheur des amateurs, une deuxième saison est confirmée. On ne sait toujours pas si ce sera une suite ou une autre histoire de cette ville troublée qu’est Castle Rock. Je vous recommande d’écouter cette série pour vous faire votre propre idée. Mais pour ma part, j’ai adoré.

Amateur ou pas, vous aimerez

Que vous soyez familier ou non avec l’oeuvre de Stephen King, vous trouverez votre compte dans cette série. Pour les amateurs, vous retrouverez cette bonne vieille ambiance. Comme si vous étiez de retour chez vous après une brève absence. Retrouvant votre environnement duquel vous aimez vous éloigner de temps en temps, mais où vous adorez replonger. Pour ceux qui connaissent moins l’univers de King, vous trouverez aussi quelque chose qui vous plaira. Ceci vous fera découvrir un monde, oui violent, mais davantage mystérieux et rempli d’humains comme nous nous les imaginons en croisant un inconnu ou un voisin.

Bon visionnement !

À propos de Eric Muller

Blogueur à temps libre, je suis un grand fan de Lovecraft et du Seigneurs des Anneaux. Geek avant même que le mot existe. J'aime tout ce qui touche cet univers fascinant. Curieux de nature ce monde est un véritable terrain de jeux.

Aussi à voir...

Les animes japonais à ne pas manquer cet automne

Au Japon, chaque nouvelle saison apporte son lot de nouveautés du côté des dessins animés. …

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *