Yomawari : Lost in the Dark – Explorez, mourez et retentez votre chance

De tous les jeux que j’ai essayés cette année, Yomawari : Lost in the Dark est celui dont j’ai eu le plus de difficulté à jouer. Il ne faut pas se fier aux apparences : même si le jeu est mignon en apparence, il est difficile à maîtriser. Je dirais même qu’à quelques reprises, je me suis fâchée pendant que je jouais, ce qui ne m’arrive presque jamais. Si vous aimez un bon défi, Yomawari : Lost in the Dark est fait pour vous.

  • Studio de développement : Nippon Ichi Software, INC
  • Éditeur : NIS America, INC
  • Plateformes disponibles : Nintendo Switch, PlayStation 4 et PC
  • Plateforme de test : Nintendo Switch
  • Classement : T pour adolescent
  • Prix : 54,99$
  • Site officiel
  • Page Steam

L’histoire

Votre histoire commence dans les toilettes publiques de l’école où Yuzu (nom de base du personnage principal de l’histoire) semble en détresse. On entend de forts coups marteler contre les murs de sa cabine. Elle ferme les yeux et attend que ça passe.

C’est dans le tutoriel qu’on se rend compte que Yuzu est victime d’intimidation violente à l’école. Elle se fait agresser par les autres élèves autour d’elle. Ils lui tirent des boules de papier, des ballons et ils lui font même des dessins qui lui disent d’aller en enfer. On voit aussi une scène où plusieurs filles de sa classe, après avoir vandalisé son bureau d’école, l’obligent à manger un ver. On peut apercevoir la détresse dans cette scène.

Ce sont dans ces situations qu’on apprend les mécaniques principales du jeu. Je dois avouer avoir ressenti un certain malaise de voir de l’intimidation gratuite comme ça dans un jeu vidéo. L’ambiance sonore et les graphismes amplifient fortement ce sentiment de malaise. Les développeurs du jeu ont fait un très bon travail en ce qui concerne l’impact des décors, de la musique et des jeux de lumière.

Bref, notre prologue continue avec le voyage de Yuzu jusqu’au toit de son école. C’est sous un coucher de soleil magnifique que nous remarquons les souliers solitaires de Yuzu sur le toit, sans trace de celle-ci.

Yomawari

C’est dans un endroit inconnu que l’histoire continue.

Les personnages

Notre protagoniste a pour nom de base Yuzu. C’est un personnage qui, un bon jour, se réveille dans un endroit sombre et rempli d’esprits violents. Elle rencontre une fille un peu plus vieille qui semble reconnaître notre chère Yuzu, mais étrangement, celle-ci ne semble pas la connaître. Il semblerait que nous sommes maudits et que Yuzu doit retrouver ses souvenirs pour pouvoir briser la malédiction qui pèse sur sa vie. Notre personnage est complètement personnalisable et vous pouvez aussi lui donner le nom de votre choix.

La fille plus vieille semble apparaître souvent dans les souvenirs perdus de Yuzu. Elle semble être en partie un personnage très important de l’histoire de Yomawari : Lost in the Dark. Elle est en partie la raison qui me pousse à continuer le jeu. Le mystère entourant ce personnage m’intrigue beaucoup.

Il y a aussi le loyal Mugi qui n’est autre que le chat de Yuzu. Il semble rester proche de nous dans certaines situations. Au début de l’histoire, il nous a bien aidés à retrouver rapidement la maison.

La survie

Vous apprendrez rapidement dans l’histoire que, pour survivre, il ne vous suffit que de fermer les yeux. Ce sera votre principal moyen de survie dans ce jeu. Si vous ne croisez pas le regard des esprits qui peuplent votre ville, ils ne vous attaqueront pas, mais fermer les yeux vous empêche de voir les objets cachés un peu partout. Dans certaines situations, vous n’aurez pas le choix de courir. À chaque coin de rue, vous risquez de rencontrer la mort en croisant un esprit qui vagabonde tranquillement ou bien en rencontrant des esprits qui sont cachés.

Il faut bien comprendre la mécanique de jeu lorsque vous avez les yeux fermés. Si vous entendez votre cœur battre, c’est que votre vie est en danger. Courez ou bien fermer les yeux, c’est votre choix. Si vous avez les yeux fermés, remarquez bien les zones rouges. Ce sont les esprits que vous ressentez qui s’illuminent. Ne vous approchez pas trop, car parfois, vous aurez l’impression de passer assez loin d’eux, mais aux dernières nouvelles, vous serez mort. Si vous essayez le jeu, vous comprendrez rapidement ce que je veux dire.

Yomawari

L’exploration

J’ai adoré l’histoire et les personnages, mais je dois vous le dire, l’exploration est difficile. Le principe du jeu, c’est d’explorer la ville et découvrir des objets clefs qui nous permettent d’avancer dans l’histoire.

En résumé, vous devez explorer votre ville pour retrouver des souvenirs que vous avez oubliés. Ce sont dans ces souvenirs que vous trouverez le moyen de briser la malédiction qui risque de vous tuer. La ville n’est pas très grande lorsqu’on la regarde sur la carte, mais lorsque vous devez vous y promener, c’est une autre histoire. Il y a des esprits partout qui vous empêchent de vous déplacer rapidement. C’est encore pire lorsque vous devez fermer les yeux pour éviter de croiser le regard des esprits. Je ne saurais pas comment expliquer avec des mots la complexité de l’exploration.

Je me souviens encore lorsque ça faisait une bonne demi-heure que j’explorais sans trouver de statue Jizo pour sauvegarder et que, soudainement, un esprit est tombé directement à l’endroit où je me tenais. Je suis morte sans avoir eu le temps de comprendre ce qui m’était arrivée. C’était quand même assez frustrant. L’exploration est difficile, car à chaque pas, quelque chose peut arriver sans prévenir et vous recommencerez au dernier point de sauvegarde. Autant j’ai été fâchée que j’ai adoré mon expérience. Je n’ai pas encore réussi à terminer l’histoire, mais à force de jouer, je devrais y arriver un jour.

En conclusion

J’ai bien aimé jouer à Yomawari : Lost in the Dark malgré le fait que j’aie trouvé le jeu très difficile. Pour le moment, je n’ai toujours pas terminé l’histoire, mais l’intrigue m’intéresse beaucoup trop pour que j’abandonne.

Ce qui me plaît le plus dans ce jeu, c’est l’ambiance sonore qui le rend effrayant. Les battements de cœur avec les jeux de lumière m’ont stressée plus d’une fois. J’ai appris à la dure que, parfois, c’était mieux de courir que de se cacher et aussi que prendre des risques, ça peut être payant. J’aime beaucoup la liste d’objets à trouver, car elle est gigantesque. Pour ceux qui adorent collectionner des objets dans les jeux, vous serez ravis avec Yomawari : Lost in the Dark.

Je n’ai pas l’intention d’abandonner avant d’avoir réussi à terminer l’histoire principale, car je veux savoir la fin.

J’aime

  • L’ambiance sonore
  • Les graphismes adorables
  • La musique
  • L’histoire

J’aime moins

  • La difficulté du jeu en général

La copie de Yomawari : Lost in the Dark a été fournie par NIS America, INC.

Yomawari : Lost in the Dark

Scénario
Graphismes
Bande sonore
Jouabilité
Durée de vie

Effroyablement agréable

Les impressions générales sur Yomawari : Lost in the Dark, un jeu d'horreur et d'exploration là où, pour survivre, il vous faut soit courir ou fermer les yeux.

À propos de Mélijade Poisson

Je suis une jeune femme qui adore l'univers geek depuis toujours. J'aime tout particulièrement les jeux vidéo, les jeux de société et mes oiseaux chéris ! Autant j'aime passer mon temps libre en jouant à des jeux vidéo, autant que je peux prendre le temps de visionner des films ou une bonne série ! J'aime aussi m'installer confortablement et lire des mangas et des bandes dessinées.

Aussi à voir...

Vengeful Guardian: Moonrider

Vengeful Guardian : Moonrider – un hommage aux jeux d’action 16 bits

Je me souviens de l’époque au début des années 90. Il y avait plusieurs choses …

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.