Goûter à la culture nippone avec le Matsuri Japon 2019

Le Matsuri Japon est un événement d’une journée ; un festival japonais qui a lieu chaque été à Montréal. Le but étant de faire connaitre et de célébrer la culture japonaise. C’est le 3 août 2019 qu’a eu lieu la 18e édition.

L’arrivée sur le site du Matsuri Japon

À ma grande surprise, une partie de la rue était barrée pour l’événement. J’ai trouvé géniale l’idée d’étendre la zone du festival dans la rue. Pour ma part, pour avoir assisté à des éditions antérieures, c’était la première fois où j’ai dû faire la file pour entrer au Matsuri. J’ai patienté une bonne vingtaine de minutes avant d’entrer. La foule était alors tolérable et l’ambiance était festive. Je voyais déjà des personnes qui attendaient pour pouvoir louer un yukata (kimono d’été léger) pour l’occasion.

On peut louer ou acheter un Yukata

Beaucoup à voir, à entendre et faire

Une fois à l’intérieur de la zone festive du Matsuri Japon, je me suis dirigée vers le kiosque de boissons afin d’acheter un Ramune (boisson pétillante populaire au Japon qui se distingue par la façon de l’ouvrir et de la boire. Il se trouve une petite bille à l’intérieur de la bouteille.) J’ai dû aussi attendre un bon quinze minutes seulement pour avoir cette fameuse boisson. Je voyais bien que les volontaires du Matsuri faisaient tout leur possible afin de servir la clientèle dans un court délai. J’ai finalement pu boire mon tant attendu Ramune en regardant une prestation de Taiko (tambour japonais).

La boisson pétillante Ramune

Des kiosques remplis de belles choses en lien avec la culture japonaise

Par la suite, j’ai fait le tour des kiosques, il y en avait encore cette année pour tous les goûts ; des jouets, des décorations, des sacs à main, des bijoux, des porte-clés et accessoires à thématique d’animation japonaise. J’étais contente de voir qu’en plus de pouvoir louer un yukata, on pouvait en acheter un sur place. Bien que je n’y ai pas trouvé pas mon compte, le jeune homme responsable du kiosque me remit une carte d’affaires de leur boutique à Montréal afin que je puisse y trouver ce que je cherche. Cela dit, les employés aux tables de divers produits étaient tous très sympathiques.

Des spectacles et des jeux dignes d’un festival au Japon

J’ai bien aimé les spectacles, que ce soit le taiko, les danses traditionnelles japonaises, les différentes prestations d’arts martiaux, etc. Mon accompagnateur, âgé de cinq ans, a bien aimé les activités pour enfants. De tout ce qui était offert, ses favorites étaient la pêche au yo-yo et le jeu de la taupe. Comme plusieurs autres enfants, il est reparti avec un masque d’un yōkai (créature ou animal surnaturel du folklore japonais). Pour les tout-petits, c’était vraiment bien. La seule chose qui m’a surprise c’est que les années antérieures les activités pour enfants étaient gratuites alors que cette année nous devions acheter des coupons pour y jouer. L’entrée du festival étant gratuite, je trouvais cela juste surtout que les enfants repartent avec le contenu de ce qu’ils ont péché.

La pêche au yo-yo

Repartir sans avoir goûté aux délicieux mets japonais

Avant de partir, j’ai voulu faire le tour des kiosques de nourriture. J’étais déçue de ne pas voir le kiosque de pâtisserie japonais pour cette édition. Pas de mochi (petit gâteau à base de riz) pour nous. Cela dit, je n’ai pas mangé sur place… j’aurais bien aimé vous faire un rapport complet, mais pour chaque kiosque de nourriture, il y avait un bon trente à quarante minutes d’attente. Il y avait tellement de gens au milieu de l’après-midi que c’était même difficile d’y circuler. Du coup je me suis dit, c’est triste pour nous, mais c’est super pour le festival ; victime de son propre succès. J’ai pu demander cependant l’opinion des gens qui ont réussi à manger du takoyaki (boulettes de pieuvres frites), le bœuf wagyu (bœuf de Kobe), les okonomiyaki (crêpes salées japonaises) et unanimement les gens me disaient que c’était très bon et que l’attente en valait le coup.

Je suis repartie du festival avec les pieds en compote (j’ai beaucoup marché), mais le sourire aux lèvres et un petit garçon heureux et fatigué sous le bras.

J’ai aimé

  • L’ambiance (qui me rappelle un peu le Japon)
  • Les spectacles (musique, danse, taiko et arts martiaux)
  • Les jeux pour les enfants
  • La promotion de la culture japonaise faite de belle façon
  • Les volontaires sympathiques
  • La sécurité et la propreté des lieux

J’ai moins aimé

  • Trop de gens pour la grandeur du festival
  • Les lignes d’attente trop longues pour goûter la nourriture

Page officielle | Page Facebook

À propos de Sophie Perreault

Passionnée de jeux vidéo, de psychologie et de tout ce qui est kawaii! Parcours de carrière diversifié, de développeuse de jeux vidéo à éducatrice et intervenante. Maman à temps plein d'un petit garçon qui partage mes passions de geekette. Je tends à travailler dans la créativité et le ludique pour faire voir le meilleur en l'être humain. Soirées de jeux de table, jeux vidéo, nanars et événements geeks font partie de mon quotidien!

Aussi à voir...

NYCC

Retour sur le NYCC 2019 : résumé de la fin de semaine

Le Comic Con de New York (NYCC 2019) a eu lieu du 3 au 6 …

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.