Festo robot animaux

Les robots Festo : quand la nature inspire l’ingéniosité

Un des plus gros défis de la robotique moderne est d’imiter le mouvement naturel d’un animal ou d’un humain. Certes, il y a eu des percées comme Asimo et Aibo. Cependant, les innovations qui fascinent davantage sont lorsqu’une machine mimique presque parfaitement un mouvement naturel. La compagnie allemande Festo est devenue une professionnelle de ce type de robots. Dans la même ligue que le poisson-robot du MIT, voici quelques exemples de robots Festo qui suscitent l’émerveillement.

Robot chauve-souris

Prenant inspiration de la plus grosse chauve-souris du monde, le renard volant, le BionicFlyingFox est impressionnant à voir. Il peut voler de façon semi-autonome en communiquant constamment avec un système de suivi de mouvement stationnaire pour s’assurer qu’il ne vole pas dans les murs. Il prend son envol de la même manière que les chauves-souris naturelles : avec la tête vers le bas !

Robot araignée roulant

Lorsqu’on pense à une araignée, on pense à un arachnide qui grimpe les murs avec ses huit pattes. Pas nécessairement à des culbutes ! Néanmoins, le BionicWheelBot s’inspire de l’araignée roulant qui se déplace en culbutant dans le désert. Le BionicWheelBot ne fait pas des roues latérales pour se déplacer, mais se transforme en sphère et utilise ses « pattes » comme moyen de propulsion. Avis aux arachnophobes, les premières secondes de la vidéo présentent la vraie araignée roulante. 

Robot fourmi

Les fourmis sont des créatures avec un esprit très coopératif. Les ingénieurs de Festo ont voulu apporter cet esprit ainsi que le pouvoir de prendre des décisions de façon autonome dans leur robot. Le BionicANT est le résultat. Avec des algorithmes, ils communiquent entre eux et coordonnent leurs actions et mouvements les uns avec les autres. Les fourmis démontrent ainsi comment des composants individuels autonomes peuvent résoudre ensemble une tâche complexe.

Robot tentacule

La pieuvre est un animal fascinant : son pouvoir de camouflage, son intelligence et surtout ses tentacules. Directement inspiré des membres d’un céphalopode, le OctopusGripper peut saisir les objets qui lui sont présentés. Avec son système pneumatique, le robot est léger et possède une grande liberté de mouvement. Voyez aussi dans la même veine, le BionicMotionRobot, un mélange entre une pieuvre et une trompe d’éléphant.

Ces percées scientifiques peuvent sembler faciles, mais reproduire un petit mouvement anodin est une lourde tâche ! Pour vous inspirer davantage, visitez le compte YouTube de Festo ou allez voir sur leur site web.

À propos de Catherine Ruscigno

La passion pour la culture geek a commencé très tôt pour Catherine. Elle regardait Medabots, Digimon, Sailor Moon, Pokemon et les Power Rangers tandis que ses amies regardaient Ramdam et autres. Lorsqu'elle n'est pas trop occupée à coordonner les communications, Catherine s’adonne au cosplay et participe aux festivals de bandes dessinées et de culture japonaise, une activité qu'elle adore faire depuis 2011. Vous la trouverez sûrement en Power Rangers!

Aussi à voir...

CIMON

CIMON, l’intelligence artificielle au profit des astronautes

Lors de la prochaine expédition dans l’espace, qui aura lieu en juin, l’astronaute Alexander Gerst …

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *