Galileo Project, un jeu de gestion de ressources et d’optimisation sous le thème de l’espace

Dans le jeu de société Galileo Project, nous nous transportons trente ans après l’envoi des premiers vaisseaux de colons depuis la base avancée de Ganymède. Inspiré du savant italien Galilée, le projet Galileo a été lancé par la Terre et la planète Mars afin d’aménager les quatre satellites principaux de Jupiter (Io, Europe, Ganymède et Callisto) pour les rendre habitables pour les humains.

Crée par Adrien Hesling et édité par la maison Sorry We Are French, Galileo Project est un jeu de gestion de ressources conçu pour deux à quatre joueurs dans lequel nous incarnons une corporation du futur et, grâce à notre influence, acquérons des robots auprès des industriels de la Terre et de Mars et recrutons des experts (conseillers et lobbyistes) pour renforcer celle-ci.

Galileo Project : rendons habitables les satellites de Jupiter

  • Auteur : Adrien Hesling
  • Illustrateur : David Sitbon
  • Éditeur : Sorry We Are French
  • Nombre de joueurs : 2 à 4
  • Âge recommandé : 14 ans et plus (10 à mon avis)
  • Durée : 40 à 80 minutes
  • Année : 2022
  • Prix : 74,99$
  • Page officielle du jeu
  • Page BoardGameGeek

But du jeu

Marquer plus de points de victoire que les corporations adverses pour obtenir le contrôle de la nouvelle zone d’habitation humaine.

Mécaniques

  • Gestion de ressources
  • Optimisation

Matériel

  • 1 plateau principal
  • 4 plateaux personnels
  • 106 cartes
  • 87 jetons et tuiles
  • 24 jetons de poker
  • 56 pions en bois
  • 1 carnet de score
  • 2 livrets de règles (français, anglais)

Déroulement

Galileo Project consiste en une succession de tours au cours desquels nous effectuons en ordre les trois étapes suivantes :

  1. Changer d’influence (facultatif) : payer un mégacrédit pour déplacer notre marqueur vers l’autre piste d’influence.
  2. Action (obligatoire) : Recruter un personnage, gagner l’influence inscrite et résoudre sa capacité (immédiate en haut et fin de partie en bas) ou obtenir un robot en payant son coût en influence, le placer dans la zone correspondant à son affectation, résoudre son effet (si désiré) et avancer notre marqueur d’aménagement ou encore développer une technologie ;
  3. Objectif (facultatif) : Valider un (ou des) objectif si les conditions sont atteintes.
Les objectifs

Les ressources

Dans Galileo Project, il y a quatre types de ressources : l’influence (la plus utilisée) pour obtenir des robots, le niveau des robots qui représente l’avancement de notre corporation dans l’aménagement des satellites de Jupiter, l’énergie (la plus rare et maximum cinq par joueur) sert à développer des technologies et réduire la condition des objectifs et les mégacrédits (unité monétaire sous forme de jetons de poker) qui est utile pour changer de piste d’influence, développer des technologies, réduire le coût de l’acquisition des robots (avec le satellite Io) et payer nos personnages en fin de partie.

Les ressources

Les personnages

Qu’ils soient experts, conseillers ou lobbyistes, les personnages sont de précieux alliés. Après les avoir recrutés, nous gagnons une certaine influence (et parfois un mégacrédit) et possédons deux capacités : immédiate (haut de la carte) et points de fin de partie (à glisser sous notre plateau). Celles-ci sont activées selon la couleur de notre piste d’influence.

Les personnages

Les robots

Payés en influence de la couleur indiquée, ils sont affectés à une (ou deux) zone de notre plateau. Il en existe de quatre types et plus nous en avons d’un type en particulier, plus sa capacité est puissante.

Nous les voyons les quatre sur la photo suivante. De gauche à droite :

  • Star-Z nous fait choisir un bonus parmi le nombre de robots de ce type contrôlés sur la tuile Star-Z.
  • Constructeur nous fait prendre un personnage selon les X premiers de la rangée pour bénéficier d’un effet sans tenir compte de notre couleur d’influence.
  • Extracteur nous fait gagner X mégacrédits.
  • Technicien nous fait augmenter le X niveau d’un de nos robots.
Les robots

Les technologies

Le développement des technologies nous apporte de grands avantages. Par exemple, nous pouvons gagner un mégacrédit supplémentaire quand nous en obtenons un (une fois par tour) ou réaliser une capacité d’un personnage au choix dans la défausse. Il y en a quatre que nous pouvons utiliser sur leur face A ou B.

Les technologies

Les objectifs

 

Les capacités des satellites de Jupiter

Chacun des quatre satellites nous permet d’optimiser notre jeu :

  • Io : Diminuer le coût des robots en payant avec des mégacrédits
  • Europe : Gagner de l’énergie pour développer les technologies
  • Ganymède : Améliorer l’action de recrutement de personnage
  • Callisto : Valoriser le type de robot le plus utilisé
Notre plateau de joueur : les quatre satellites

Fin de partie et décompte

La fin d’une partie de Galileo est déclenchée par une des deux façons. En effet, elle peut se terminer lorsque la dernière carte personnage est placée sur la piste des personnages ou lorsqu’un joueur contrôle au moins dix robots. Dans les deux cas, nous terminons le tour de table et payons un mégacrédit par personnage glissé sous notre plateau. Ensuite, nous comptabilisons les points en additionnant :

  • Points de nos marqueurs aménagement sur les quatre satellites ;
  • Points de nos personnages ;
  • Points de nos technologies développées ;
  • Points de nos objectifs.

Le joueur ayant obtenu le plus grand nombre de points est déclaré vainqueur. En cas d’égalité, nous regardons la piste d’influence.

Mon expérience de jeu

Je dois avouer que Galileo Project partait déjà avec deux prises de par son thème de l’espace et de l’utilisation de robots. Au cours des dernières années, une personne que je ne nommerai pas m’a saturée de ce thème et m’a rendue récalcitrante. Malgré tout, j’ai ouvert mon esprit parce que je le trouvais plus coloré et qu’il semblait plus accessible que les autres. J’ai bien fait de céder parce que Galileo Project est, malgré ses défauts, un bon jeu de gestion de ressources qui plaira aux amateurs d’optimisation comme moi. Bien qu’il ne se démarque pas des autres, il vaut le coup d’être essayé au moins deux fois.

Points forts

D’abord et avant tout, j’ai adoré les composantes. Elles sont attrayantes, colorées et satisfaisantes à manipuler (surtout les jetons de poker).

Ensuite, j’ai bien aimé sa mécanique d’optimisation qui nous permet de jouer avec les niveaux et les affectations de nos robots à notre avantage.

De plus, une fois les règles comprises, les tours sont fluides et rapides puisque nous n’avons que trois choix d’action qui peuvent être limités par notre influence. En effet, si nous sommes à sec, nous recrutons un personnage pour monter dans l’influence que l’on veut.

Également, j’ai bien apprécié la modularité qui augmente la rejouabilité. Avec des technologies à deux faces et des objectifs différents, nos stratégies en sont grandement influencées.

Points faibles

Malheureusement, je ne me suis pas du tout sentie immergée dans le thème de l’espace. J’ai davantage senti la mécanique de gestion. Et que dire du supposé casino pour justifier l’utilisation de jetons de poker ? Je trouve qu’il n’a pas sa place. Cela aurait simplement pu s’appeler de la monnaie universelle. Il en est de même pour la course aux objectifs. Je trouve que baser notre stratégie sur la réalisation de ceux-ci ne nous mène pas nécessairement à la victoire.

Le fait de devoir recourir sans cesse aux règles pour l’explication de l’effet des personnages m’irrite beaucoup. Cela ralentit énormément le tempo. Malgré mes cinq parties disputées au moment d’écrire ces lignes, je ne maîtrise toujours pas l’iconographie et je ne comprends toujours pas comment fonctionnent réellement les projets robotiques.

En résumé

Galileo Project est tout de même un bon jeu de gestion de ressources accessible aux joueurs intermédiaires qui apprécient la mécanique d’optimisation.

J’aime

  • Composantes et rangement
  • Fluidité
  • Score serré
  • Modularité
  • Aucune lecture
  • Feuille de score
  • Mécanique

J’aime moins

  • Explication des projets robotiques
  • Course aux objectifs
  • Thème faible

La copie de Galileo Project a été fournie par Randolph.

Galileo Project

Bien

Galileo Project est un bon jeu de gestion de ressources futuriste se déroulant dans l'espace et accessible aux joueurs intermédiaires.

À propos de Catherine Watts Cowan

Je suis une vraie geek de jeux de société. Mon premier amour dans le monde moderne a été Carcassonne. J'adore jouer en famille (maman de deux ados-geeks de 13 et 14 ans), entre amis ou avec des étrangers. J'aime découvrir les nouveautés et les endroits ludiques. Je suis une grande passionnée qui ne manque pas de sujets à partager!

Aussi à voir...

Maui : étendez votre serviette de plage pour un petit moment de détente

Si je vous disais que dans un jeu de société, vous devez étendre efficacement vos …

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.