Floodland – Comment survivre aux changements climatiques

C’était un matin tranquille dans la Ville de Québec. Madeleine marche tranquillement la rue Saint-Joseph afin de prendre son petit café quotidien. L’odeur d’humidité dominait les rues et le souffle des gens créait une légère brume. Habituellement, elle prend toujours son café noir, mais pour une raison qu’elle ignore, elle se sentait un peu audacieuse aujourd’hui. Pourquoi ne pas ajouter un nuage de lait et une chocolaterie ? Alors que la ville s’éveille, le téléphone de Madeleine se met à vibrer frénétiquement. Ça semble être le cas de tous les clients du café qui regardent leurs cellulaires avec étonnement. Quelques secondes plus tard, une alarme se fait entendre. Une alarme, ici, à Québec ?

Des gens commencent à accourir dans la rue et Madeleine remarque tout d’un coup qu’elle commence à avoir les pieds trempés. Elle est à l’intérieur, pourtant. Le regard interrogateur des clients fait vite place à la peur lorsqu’une vague d’eau déferle d’un coup dans la porte vitrée du petit café. C’est le fleuve qui déborde ? Au même moment, la télévision affiche des images de l’île de Montréal qui sombre sous un torrent, comme si elle avait tout d’un coup envie de prendre son bain. Bienvenue dans le monde de Floodland, là où la nature reprend ses droits. Un jeu qui explore le dernier espoir de la race humaine de survivre à une inondation planétaire. Réussirez-vous cette épreuve ?

  • Studio de développement : Vile Monarch Studios
  • Éditeur : Ravenscourt, Plaion
  • Date de sortie : 15 novembre 2022
  • Plateformes disponibles : PC
  • Plateforme de test : PC
  • Prix : 39.99$ (Prix Steam)
  • Page Steam du jeu

flood01

La beauté convoite le danger dans Floodland

Partageant de nombreuses similitudes avec Frostpunk, Floodland réussit tout de même à tirer son épingle du jeu. En fait, je me disais au début que j’allais peut-être préférer Floodland, mais une erreur de jouabilité détruit le plaisir de manière scandaleuse. Dès le début d’une nouvelle partie, vous êtes présenté à un choix de différents chefs. Ces derniers ont chacun une idée bien spécifique de la manière de diriger votre nouvelle civilisation. Par exemple, un chef vous donnera des bonus si vous appliquez davantage des lois martiales. Un autre, favorisera l’entraide et le bien-être à la famille. Ensuite, vous commencez votre aventure avec une poignée d’individus sur une île minuscule. Votre priorité est de trouver les ressources nécessaires afin que votre peuple puisse survivre. Pour ce faire, nous sommes présentés à un tutoriel intuitif qui nous explique la base du jeu et nous avons des objectifs clairs qui évoluent tout au long de celui-ci.

Vous commencez sur une île minuscule qu’il sera possible d’étendre dans le futur. Cependant, ne vous laissez pas berner par les graphismes superbes en coups de pinceau. Cette nouvelle terre est pleine de dangers et vous devrez user de stratégies afin de réussir. Par exemple, vous avez plusieurs choix de ressources pour nourrir votre peuple. Vous avez accès à des champignons, des poissons, des crustacés, etc. Certaines sont plus facilement accessibles que d’autres et vouloir se spécialiser en une seule source de nourriture peut être tentant. Malheureusement, viendra le jour où vous devrez faire face à un évènement aléatoire qui vous coupera l’herbe sous les pieds. Lors de ma première partie, j’avais presque seulement des poissons et une vague de prédateurs se sont pointés le nez. La famine faisant rage, mon peuple s’est donc révolté, me faisant du même coup perdre la partie. Pas facile d’avoir un peuple d’ingrats.

flood02

Des choix de jouabilité qui font mal

Comme j’expliquais un peu plus haut, je croyais avoir affaire à une véritable œuvre d’art lorsque j’ai déposé mes yeux pour la première fois sur Floodland. Le jeu est très accessiblel’histoire est intrigante, les graphismes sont artistiquement intéressants et tout ça a été ruiné par la jouabilité. Nous faire choisir un clan en début de partie, c’est super. Nous obliger à jouer les quatre clans en même temps alors qu’ils ont tous des agendas très différents, c’est de la bouette en canne. Tout au long de votre partie, vous devrez prendre des décisions politiques qui auront des effets sur la stabilité et le développement de votre colonie. Lors de ma deuxième partie, j’ai choisi un clan qui avait des orientations martiales. Après avoir remis en état une tour radio, j’ai fait contact avec un nouveau peuple. Je me disais : « Super, enfin plus de travailleurs pour ma colonie ». Finalement, c’était un cadeau doré avec une petite boule de caca dans le fond.

En joignant votre clan, il semble que ces nouveaux venus, bien sympathiques, veulent garder leur allégeance à leur ancien clan. Or, il s’avère qu’ils détestent tout ce qui est de lois martiales. Vous avez donc deux clans qui sont complètement opposés et vous n’avez pas le choix qu’ils vous détestent. Le pire dans tout ça est qu’au final, vous devrez gérer les quatre clans en même temps. Je ne sais pas qui, dans la boîte de Vile Monarch Studios, a pris cette décision de mécanique, mais cet élément de Floodland le fait couler littéralement. Il devient rapidement impossible d’avoir des colonies qui s’entendent et vous êtes voué à l’échec. C’est d’autant plus décevant de faire autant d’efforts pour marcher sur une fine ligne de stabilité politique tout au long de la partie pour avoir une histoire qui tombe à plat vers la fin.

flood03

Difficultés techniques au rendez-vous

Quelque chose à prendre en note avant de se procurer Floodland : vous avez besoin d’une machine de guerre pour le rouler. Plusieurs joueurs se plaignent sur les forums que le jeu charge en boucle, plante ou devient très lent lorsque vous avez de nombreux villageois. Je n’ai pas eu ce problème de mon côté, mais si vous avez moins de 32GB de RAM, vous allez avoir des problèmes. Les développeurs du jeu ont été un peu hautains à cet égard. Le nombre de joueurs ayant plus de 16GB de RAM est plutôt limité et trouver des excuses pour un jeu mal optimisé n’est pas un bon moyen de se faire apprécier par la communauté. Prendre note que la rejouabilité est presque nulle, parce que vous jouez déjà tous les clans et les îles ne font qu’un peu changer d’endroit lors d’une nouvelle partie.

En conclusion, jouer à Floodland, c’est comme rencontrer une personne que l’on trouve attirante, mais qui nous vole nos frites pendant qu’on va aux toilettes. La première impression est là, vous avez du plaisir et tout baigne. Ensuite, c’est la frustration qui prend le dessus de perdre vos frites favorites. En plus, en rentrant à la maison, vous remarquez qu’il manque un petit 20 dans votre portefeuille. Je vous dirais d’acheter à vos propres risques ou d’attendre que des mises à jour soient en place.

J’aime

  • Le scénario intéressant (au départ)
  • L’ambiance générale du jeu
  • Les graphismes originaux

J’aime moins

  • Bogues et problèmes d’optimisations
  • Erreurs de conception qui ruinent l’expérience
  • Le scénario qui était intéressant

La copie du jeu Floodland a été fournie par Ravenscourt.

Floodland

Scénario
Graphismes
Bande sonore
Jouabilité
Durée de vie

Avec l'espoir de mises à jour

Bien que l'introduction des eaux qui montent est une prémisse intéressante, l'histoire tombe rapidement à plat et les problèmes techniques et de conception ruinent l'expérience.

À propos de Antoine Gaumont

Bonjour la compagnie! Je suis un véritable mordu de jeux vidéo, films et nouvelles technologies. Designer UX/UI, technicien, artiste, enseignant, criminologue, boulanger... je suis un passionné et c'est avec plaisir que je vais partager mes passions avec vous.

Aussi à voir...

Marvel’s Midnight Suns : devenez le seul espoir de l’Univers

Pendant très longtemps, j’ai entendu parler du jeu Marvel’s Midnight Suns comme étant un XCOM à la …

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.