Marvel’s Spider-Man : Miles Morales – Sur les pas de son mentor

Marvel’s Spider-Man : Miles Morales se situe après les événements de Marvel’s Spider-Man Remastered. Nous suivons un nouveau Spider-Man qui revêtira le costume de l’araignée afin de sauver New York. Sera-t-il à la hauteur de son mentor ? Mais surtout, parviendra-t-il à sauver sa ville ainsi que sa nouvelle vie ? J’avais très hâte d’obtenir les réponses à ces questions en me lançant dans une nouvelle aventure de l’homme-araignée directement sur mon ordinateur. Sans plus attendre, voici donc mon avis sur Marvel’s Spider-Man : Miles Morales.

Marvel's Spider-Man : Miles Morales

Miles Morales

Notre protagoniste se nomme Miles Morales, un New-Yorkais de 17 ans qui nous apparaît, à première vue, très sympathique. C’est un jeune homme au bon cœur qui se soucie de sa famille et de ses amis. Nous rencontrons donc un adolescent qui tente de jongler avec sa double vie toute fraîche. D’un côté, nous avons un jeune homme banal et de l’autre, nous avons l’homme-araignée qui tente de protéger New York auprès de son mentor qui n’est nul autre que Peter Parker. Celui-ci vient d’ailleurs d’emménager à Harlem avec sa mère. Il tente donc, par la même occasion, de s’adapter à son nouvel environnement.

Aussi, Miles est né d’un père noir et d’une mère portoricaine. Durant la partie, nous voyons donc souvent des éléments culturels comme des drapeaux portoricains, par exemple. On remarque d’ailleurs que, lors des passages d’action, nous pouvons entendre un peu de hip-hop synthétique. Bien sûr, il y a énormément d’autres clins d’œil quant à la culture de notre protagoniste. Vous les découvrirez vous-même en jouant !

Miles Morales et Peter Parker

Au début du jeu, vous aurez d’ailleurs droit à un récapitulatif du précédent jeu afin de vous remettre dans le bain. Nous y voyons alors le précédent opus du point de vue de Miles : nous y voyons notamment la perte de son père qui le pèse toujours. Nous voyons aussi comment Peter l’a pris sous son aile. Bref, nous avons vu comment son père a été tué dans le précédent jeu. Il vit désormais avec sa mère qui est politicienne. Nous incarnons donc le sympathique Miles au début de sa carrière de superhéros. Dans ce jeu, nous n’aurons malheureusement pas droit à de nombreux vilains iconiques de la série. Vous affronterez plutôt des groupes nommés The Underground et Roxxon Energy Corporation qui vous affronteront tous à l’aide de leurs armes secrètes.

Et c’est sous un New York enneigé que Miles Morales prendra le relais, alors que Peter Parker s’en va afin de profiter de vacances bien méritées. Le jeu débute donc lorsque que Miles et Peter font équipe afin d’arrêter un Rhino qui est déchaîné. Rien que ça. L’action est totalement au rendez-vous dès les premières minutes de jeu, alors que vous devrez monter le grand vilain Rhino dans un centre commercial où règne une ambiance du temps des Fêtes.

Marvel's Spider-Man : Miles Morales

Les différences entre les deux jeux

On remarque aisément que Marvel’s Spider-Man : Miles Morales est beaucoup plus performant que Marvel’s Spider-Man Remastered. Déjà, lors des chargements, on ne peut pas ignorer la rapidité avec laquelle les écrans se chargent. La différence entre les deux jeux est très évidente. Aussi, au niveau des textures, le successeur l’emporte aisément. Le simple fait d’admirer le costume de l’homme-araignée est très convaincant. On remarque aussi de jolis détails qui, lorsqu’on prend le temps de les apprécier, peuvent changer la donne. Par exemple, lorsqu’on se balance de toile en toile, on peut observer le reflet de Miles dans les immeubles aux baies vitrées. Justement, parlant des visuels, on peut habiller notre Spider-Man comme nous le désirons. De nombreuses combinaisons peuvent être débloquées durant notre aventure.

Une des différences majeures entre Marvel’s Spider-Man : Miles Morales et Marvel’s Spider-Man Remastered, c’est la capacité et l’agilité de notre nouveau protagoniste. Tout d’abord, les mouvements de Morales sont accompagnés de courants bioélectriques jaunes qui s’observent lors de certaines attaques du jeune homme. Je pense qu’il est aussi intéressant de noter que Miles peut devenir invisible durant une courte période, rendant ainsi les passages de furtivité beaucoup plus efficaces. Cela ajoute beaucoup à la jouabilité de notre nouveau protagoniste versus le précédent. Les compétences de Spider-Man peuvent d’ailleurs être améliorées au fil de votre aventure. Vos gadgets auront ce même privilège. Toutefois, nombreux sont les mécanismes qui sont repris du précédent jeu. Mais cela n’est pas forcément décevant.

Marvel's Spider-Man : Miles Morales

Une expérience courte

Vous aurez besoin d’environ dix heures afin de terminer l’histoire principale du jeu. Dès que vous aurez vu le générique de fin, il y aura tout de même d’autres choses à faire lorsque vous ouvrirez votre jeu. Par exemple, vous pourrez réaliser des défis de traversée, de furtivité ou d’affrontement. Des quêtes secondaires seront aussi disponibles pour ceux qui en désirent toujours plus. Ces ajouts offrent suffisamment de contenu afin de pardonner le prix, concernant l’histoire principale qui est de courte durée, comparée à son prédécesseur.

Toutefois, les gens qui n’aiment pas réaliser des défis ou passer du temps sur les histoires secondaires seront probablement déçus de la durée de vie. Je pourrais ajouter que les quêtes secondaires ne sont pas forcément ennuyeuses, mais pas inoubliables. Pour tout dire, j’aurais pu m’en passer sans ressentir un manque. Il ne s’agit pas que de quêtes à la “Postes Canada” où vous devrez livrer quelque chose. Vous pourriez, par exemple, sauver un pauvre petit chaton égaré. De véritables missions destinées à un grand héros. Les collectionneurs pourront aussi tenter de trouver les objets de collection qui sont dispersés ici et là dans la ville. Ceux-ci comprennent d’ailleurs un peu plus de contenu concernant le passé et l’histoire des personnages, étoffant ainsi davantage ceux-ci.

Marvel's Spider-Man : Miles Morales

En conclusion

Bien que le jeu soit merveilleux, on pourrait croire que Marvel’s Spider-Man : Miles Morales n’est qu’une extension camouflée en jeu qu’est Marvel’s Spider-Man Remastered. Après tout, le titre n’est pas aussi long et complet que son prédécesseur. Si celui-ci pouvait aisément se terminer en une vingtaine d’heures, sa suite, elle, approche le générique de fin en moins d’une dizaine d’heures. Pour deux jeux qui sont offerts au même prix, je ne peux m’empêcher de trouver cela inégal. Toutefois, malgré sa durée de vie décevante, ce jeu n’en reste pas moins un excellent titre. Et je pense que le plaisir que j’ai ressenti durant ma session de jeu peut aider à la qualité du titre, relativement à la piètre durée de vie.

Sinon, le monde ouvert proposé par Marvel’s Spider-Man : Miles Morales est toujours aussi satisfaisant. Il est toujours agréable de se balader d’immeuble en immeuble à l’aide de ses toiles et d’observer la ville de ses hauteurs. De plus, les différences au niveau des combats offrent une jouabilité beaucoup plus intéressante à ce jeu qu’à son mentor. Il faut dire que Miles Morales peut se camoufler. Il utilise aussi des gadgets ainsi que sa bioélectricité. L’arbre de compétence offre une jouabilité vraiment chouette. J’ai eu beaucoup plus de plaisir à contrôler Miles que Peter, au final. Toutefois, n’oublions pas qu’en dehors des nouvelles capacités de Spider-Man, le jeu est pratiquement identique au précédent.

J’aime

  • La furtivité
  • Les personnages étoffés
  • L’histoire qui est intéressante
  • Les graphismes impressionnants
  • Les mécaniques de jeu lors des combats

J’aime moins

  • Les ennemis parfois répétitifs
  • La courte durée de vie pour le prix proposé

La copie de Marvel’s Spider-Man : Miles Morales a été fournie par PlayStation PC LLC.

Marvel's Spider-Man : Miles Morales

Scénario
Graphismes
Bande sonore
Jouabilité
Durée de vie

Wow !

Bien qu'un peu plus court que le précédent jeu, Marvel's Spider-Man : Miles Morales est excellent. Le protagoniste est charismatique et attachant. J'aime aussi le style de combat de Miles Morales qui est très différent de celui de Peter Parker. Cela apporte une touche de fraîcheur au jeu qui est, malgré tout, très semblable au précédent.

À propos de Jessica Côté Acteau

Mon côté geek est né très tôt. C'est avec Ash, le dresseur de Pokémon et Sakura, la chasseuse de cartes que j'ai grandi. J'étais déjà une grande amatrice de l'animation japonaise et ça m'a suivi de l'enfance à l'âge adulte. Ma passion pour les jeux vidéo a, quant à elle, débuté au même moment. Armée de mon Game Boy Color, j'étais déjà une grande dresseuse de Pokémon, à l'époque ! C'est néanmoins la série The Legend of Zelda qui m'a fait tomber en amour avec le gaming. Depuis, qu'il s'agisse de jeux ou de japanimation, j'en mange tous les jours.

Aussi à voir...

Marvel’s Midnight Suns : devenez le seul espoir de l’Univers

Pendant très longtemps, j’ai entendu parler du jeu Marvel’s Midnight Suns comme étant un XCOM à la …

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.