Crash Bandicoot 4 : It’s About Time – Retour vers le futur

Il fallait s’y attendre. Après les jeux remastérisés de Spyro et la version remastérisée de la trilogie originale du plus connu des bandicoots, une suite était évidente tellement ces titres ont été populaires. Toys for Bob s’est vu donner la tâche de créer un nouveau Crash Bandicoot qui saurait trouver un nouveau public tout en reconquérant l’ancien. C’est ce défi qu’a dû affronter le développeur. Défi qui ma foi est relevé haut la main. Voici donc notre critique à propos du tout nouveau Crash Bandicoot 4 : It’s About Time.

  • Studio de développement : Toys for Bob
  • Éditeur : Activision
  • Plateformes disponibles : PS4, Xbox One, Xbox Series
  • Plateforme de test : PS4
  • Classement : E 10+
  • Prix : 79.99$
  • Site officiel du jeu
Crash est de retour ©Activision

Droit devant dans le multivers

Le jeu se situe exactement après la fin du troisième opus en faisant omission de l’opus The Wrath of Cortex. Cortex, Uka Uka et Nefarious Tropy sont coincés dans le passé. Uka Uka réussi à faire une faille dans l’espace-temps pour que Cortex et N. Tropy s’échappent. Cette faille reliera alors les univers et nos vilains préférés tenteront de prendre le contrôle sur le multivers. Aku Aku ressent le trouble que ses vieux ennemis causent. Celui-ci s’empresse alors de retrouver Crash et le guide vers le sommet N. Sanity. Ils rencontrent au sommet Lani-Loli, un des masques quantiques. Lorsque l’espace-temps est autant perturbé, les masques quantiques apparaissent. Un masque de phases, de la matière noire, du temps et de la gravité seront les masquent que Crash et Coco devront maîtriser pour pouvoir mettre fin aux rêves de conquêtes de Cortex et N. Tropy. Au fil de l’aventure, vous aurez même l’occasion de renouer avec de vieux amis et même peut-être de vieux adversaires…

Kupuna-Wa, la figure maternelle qui représente le masque du temps ©Activision

Comme de vieilles pantoufles

La jouabilité de Crash n’a pas vieilli d’un iota. Toujours aussi nerveux et vraiment pas aussi facile que ça en a l’air. Heureusement, le développeur a su corriger certains défauts de ses prédécesseurs et aussi ajouter des fonctions qui nous semblent tellement nécessaires en 2020. Une de ces fonctions (optionnelle) est de retirer les vies du jeu. Terminé le fait de toujours recommencer le niveau si l’on est un peu rouillé ou malchanceux. On pourra continuer à l’infini. Prenez alors votre temps et ne vous découragez pas ! Une ombre colorée en-dessous des personnages est aussi la bienvenue. On aura alors plus de facilité à savoir où va atterrir Crash. Terminés les mauvais sauts dans le vide alors qu’on aurait juré être sur une caisse.

Parmi les nouveautés, difficile de passer sous silence les masques quantiques qui ajoutent tous une nouvelle jouabilité à travers les niveaux.

  • Lani-Loli, masque de la phase – Ce masque vous permet en appuyant sur un bouton de faire changer la réalité de Crash. Certaines boîtes ou objets apparaissent et disparaissent sur commande. Ça donne lieu à des moments intéressants où l’on doit faire des sauts dans le vide en alternant les réalités pour que Crash puisse survivre.
  • Akano, masque de la matière noire – Ce masque a plusieurs utilités secondaires, mais c’est surtout de pouvoir planer. On perd alors le contrôle de Crash ou Coco qui se déplacent automatiquement.
  • Kupuna-Wa, masque du temps– Ce masque sert à ralentir le temps. Vous pourrez alors traverser des plateformes qui étaient trop rapides pour vous ou simplement éviter des ennemis.
  • Ika-Ika, masque de la gravité – C’est le masque qui renverse tout ! Vous pourrez marcher au plafond et plus encore !
Le masque de la gravité à l’oeuvre ©Activision

Du nouveau Crash à partir du vieux

Dans chaque niveau, vous aurez des pierres précieuses à amasser en remplissant les objectifs du niveau. Ne pas mourir plus de x fois, amasser toutes les caisses, trouver la pierre cachée, seront des objectifs que vous pourrez faire pour obtenir les pierres du niveau. Ces pierres vous permettront de débloquer des costumes pour vos personnages. Pour terminer le jeu, ça m’a pris environ 8h30, mais si vous comptez faire tous les défis dans chaque niveau, vous pouvez facilement compter le double du temps et même plus.

Il est toujours aussi plaisant de contrôler Crash (ou Coco) avec toutes les habiletés qu’il possède. Le double saut, le spin, la glissade, tous les coups classiques y sont. Ajoutez à ça tous les pouvoirs des masques et vous trouverez une jouabilité parfaite. Ceux-ci sont vraiment bien intégrés aux niveaux. Quelques nouveaux ennemis font leur apparition, mais pas assez pour dire que c’est totalement différent qu’avant. Ce n’est aucunement un problème, par contre. Comme cerise sur la coupe glacée, il y a aussi quelques personnages jouables supplémentaires, mais je ne gâcherai pas la surprise. Ceux-ci sont assez uniques pour que leurs niveaux soient des plus agréables.

Le jeu est difficile. Certains auront plus de facilité, mais c’est vraiment l’exercice et la répétition qui vous rendront meilleurs. Ne vous attendez pas à jouer en terminant tout sans ne jamais rencontrer de pépin. Si jamais vous avez trop de problèmes, le jeu va détecter le tout et vous donner une caisse d’invincibilité, par exemple, ou simplement ajouter une caisse de point de contrôle pour reprendre le niveau moins loin. C’est très bien fait.

Vous pouvez prendre contrôle de Coco et de certains autres personnages ©Activision

Difficile de demander mieux pour Crash

Le côté technique est excellent, le jeu est coloré, les environnements variés, les effets sonores nous remplissent de nostalgie, bref, tout est parfait. J’ai eu quelques problèmes visuels et des ralentissements, mais ça semblait se régler à la vitesse de l’éclair. Le jeu semble avoir bénéficié des rustines appliquées au fil du temps qui ont corrigé ces problèmes. Pour moi, mes pires moments étaient vraiment ceux où je croyais avoir bien sauté, mais où finalement je tombais dans le vide. Le jeu n’était pas le problème, mais je préfère ne pas prendre le blâme pour mon manque de talent ! Finalement, on réalise que Toys for Bob a mis beaucoup d’amour dans le titre et ça donne un bon résultat. Avec des enfants à la maison, ils aimaient beaucoup me voir jouer, mais trouvaient le jeu un peu trop difficile. Cela ne les empêchait pas de prendre la manette de temps à autre pour refaire leurs niveaux préférés. Ça reste tout de même un excellent défi amusant ! Comme j’ai déjà dit, ça dépend toujours d’à quel point vous êtes doués !

J’aime

  • Les nouveaux masques !
  • Le retrait des vies et l’ombre de Crash
  • Le concept de jeu de plateformes toujours aussi satisfaisant
[/one_half]

J’aime moins

  • Des ennemis pas très menaçants
  • Des séquences un peu frustrantes
  • Certaines sections ralentissent trop le rythme

La copie de Crash Bandicoot 4 : It’s About Time a été fournie par Activision.

Crash Bandicoot 4 : It's About Time

Scénario
Graphismes
Bande sonore
Jouabilité
Durée de vie

Très bien

Un jeu un peu frustrant, mais amusant qui sait comment combler l'appel de la nostalgie en corrigeant ses plus grandes lacunes.

À propos de Olivier Grondines

Fanatique des jeux vidéo depuis le premier 386 familial. Cinéphile à temps partiel. J'adore me plonger dans tout ce qui se considère comme jeux vidéo même si mon coeur réside dans le rétro !

Aussi à voir...

Capture d'écran King of Seas

King of Seas : une vie de pirate pour tous

Recrutez votre équipage, équipez votre navire et partez à la recherche d’aventures et/ou de richesses : …

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.