Spider-Man : Sans retour – Un cadeau de Noël totalement méta pour les admirateurs de l’araignée

Les spéculations entourant la production de Spider-Man : Sans retour (v.o.a. Spider-Man : No Way Home) ont fait plancher les geeks sur les théories les plus folles dès la confirmation qu’elle allait enfin introduire chez Marvel le concept du multivers. En effet, cette conjonction de mondes réels ou fantasmés offrait une foule de possibilités pour piger nostalgiquement dans les nombreuses itérations de la série. Nous sommes heureux de dire que la magie des studios agit encore ! Le film est incroyable, original, touchant et drôle. Voici donc notre critique de Spider-Man : Sans retour, un divertissement de première classe qui plaira à la fois aux anciens et aux nouveaux admirateurs de l’araignée !

Avertissement : Si vous n’avez pas encore vu Spider-Man : Sans retour, ne continuez pas votre lecture ! Puisque le film sera sorti depuis un moment lors de la publication de cet article après les Fêtes, vous y trouverez des détails qui risquent de gâcher votre expérience. Le film se déguste mieux sans en savoir trop. Alerte au divulgâcheur !

Spider-Man : Sans retour, un film drôle, touchant et original pour les admirateurs de l’araignée

  • Studio de production : Sony Pictures
  • Réalisateur : John Watts
  • Scénaristes : Chris McKenna et Erik Sommers
  • Distribution : Tom Holland, Zendaya, Jacob Batalon, Benedict Cumberbatch, Willem Dafoe, Alfred Molina, Jamie Foxx, Marisa Tomei
  • Durée : 148 minutes
  • Site web officiel

À la suite des événements de Spider-Man : Loin des siens, Peter Parker doit composer avec la révélation de son identité au monde entier, ainsi qu’avec les fausses accusations lui faisant porter le poids de la mort de Mystério. Les conséquences sur sa vie et celles de ceux qu’il aime sont telles qu’il décide de demander l’aide du Docteur Strange afin de concocter un sort lui permettant de retomber dans l’anonymat. Quand le sort du magicien tourne mal, le multivers est ébranlé. D’anciens vilains et alliés, ayant déjà croisé la route de Spider-Man dans d’autres univers, trouvent le chemin du monde de Peter, amenant destruction et carnage avec eux.

Spider-man : Sans retour 2
Crédit : Marvel Studios

Des personnages attachants et bien interprétés

Avant de se plonger dans les nombreuses surprises de cet épisode, prenons quelques instants pour apprécier la présence à l’écran, pour la 3e fois, du trio composé de Tom Holland, Zendaya et Jacob Batalon. Très à l’aise dans leurs personnages, les trois acteurs ont une dynamique à la fois drôle et touchante. De plus, leur énergie décalée de jeunes nerds sympathiques est en totale adéquation avec l’univers adolescent de Spider-Man. Le film est plein d’entrain et de positivisme, ce qui est bienvenu en cette période de pandémie.

Peter Parker agit avec la naïveté et l’impétuosité de la jeunesse. Dans Sans retour, il se donne pour mission de guérir ou encore de racheter les différents vilains qui ont combattu et ont péri sous les coups d’autres versions de lui-même. Son grand cœur nous amène, en tant que spectateur, à nous poser des questions très intéressantes sur la violence dont font souvent preuve les superhéros. Est-ce moral de nous réjouir quand, film après film, nos héros massacrent des serviteurs du mal anonymes au pouce carré ? Ce pauvre Chitauri a-t-il une famille qui l’attend à la maison, dont une dizaine de petits extraterrestres tout mignons aux grands yeux tristes ? Plus sérieusement, il suffit de penser au bref outrage geek qui a secoué le monde quand Superman a tué le Général Zod pour être heureux qu’on pense enfin à explorer ces thèmes de rédemptions.

Tom Holland et son grand visage expressif nous donnent accès à tous les rêves et les peines de son Spider-Man. Il offre une performance souvent bouleversante. Zendaya, qu’on a vue dans un registre tout autre dans Dune il y a peu de temps, est aussi vraiment bonne en MJ. Il fait plaisir de voir une variation vraiment pas mièvre sur le thème de la copine du héros. Enfin, Ned, qui se découvre cette fois des pouvoirs magiques, est toujours aussi drôle.

Spider-man : Sans retour 1
Crédit : Marvel Studios

Un film à la fois original et nostalgique

Avez-vous vécu dans une cave ou effacé tous les réseaux sociaux de votre téléphone durant les dernières semaines ? Non ? Vous savez alors probablement que les anciens Spider-Man, interprétés par Tobey Maguire et Andrew Garfield, sont de retour pour épauler le Peter Parker de Tom Holland dans Sans retour. Cette trouvaille de génie est sans aucun doute le meilleur atout du film. Aussi paradoxal que cela puisse paraître, le retour de ces anciens héros permet aux scénaristes de faire preuve d’une grande originalité. On ne sait jamais sur quel pied danser. Dans la salle de cinéma où j’ai visionné le film, les spectateurs applaudissaient et s’exclamaient de joie. Les surprises s’enchaînent à un rythme fou et la réunion de toutes ses araignées amène des moments touchants. On se retrouve à pleurer, rire et s’exclamer devant de nombreux moments d’anthologie geek.

C’est aussi l’opportunité pour les scénaristes de faire preuve d’une autodérision et d’une autocorrection spectaculaire que j’ai adorées. Le Spider-Man d’Andrew Garfield trouve la rédemption dans un plongeon épique et on accuse Tobey Maguire de s’habiller comme un pasteur de la jeunesse. Dans une scène hilarante, dont je ris encore deux semaines plus tard, nos pauvres vieux Spiders se font même mutuellement craquer le dos. Bref, des références se cachent sous chaque réplique et plus vous aurez les vieux films en tête, plus vous rigolerez.

Spider-man : Sans retour 3
Crédit : Marvel Studios

Quelques critiques au niveau des effets spéciaux

Ma seule véritable critique de Spider-Man : Sans retour se trouve au niveau des effets spéciaux. Ils auraient mérité un peu plus d’amour. Avec autant de supervilains, et donc de super pouvoirs différents à l’écran, on se retrouve malheureusement face à une bouillie sur écran vert. La lisibilité des grosses scènes d’action en souffre et on aurait aimé y voir plus clair. La réalisation de Watts, jusqu’alors rythmée et très correcte, devient brouillonne. Personne, et surtout pas les magiciens des effets spéciaux qui ont travaillé sur le film, ne semble trop savoir sur quel héros se concentrer.

Spider-man : Sans retour 4
Crédit : Marvel Studios

Observations variées :

  • La mention d’Électro, interprété par Jamie Foxx, indiquant qu’il espérait qu’il existe quelque part un «  Spider-Man Noir  » m’a titillée l’oreille. Maintenant que tout est possible, sommes-nous sur le point de voir Miles Morales intégrer le MCU ? Ou, encore plus fou, le personnage de Spider-Man Noir, interprété par Nicolas Cage ? Nick Cage dans le MCU… j’en rêve !
  • Dans un même ordre d’idée : Charlie Cox est de retour ! Daredevil effectue le saut au grand écran le temps d’un très drôle caméo en tant qu’avocat de Peter Parker. Avec Vincent D’Onofrio qui revient en ce moment même dans la fin de la première saison de Hawkeye, peut-on s’attendre à voir d’autres figures des Defenders bientôt sur nos écrans ? Reste à voir comment les scénaristes réussiront à agencer les tonalités bien différentes des séries de Netflix et des films. Je vois mal Jessica Jones sacrer, la bouteille à la main, dans le même monde que Star Lord et Spider-Man.
  • Qui d’autre a eu envie de verser une petite larme en entendant le Docteur Strange appeler Peter « kid » ? Il fait une excellente figure parentale, mais je m’ennuie d’Ironman !
  • Parlant de Docteur Strange, est-ce que Ned pourrait devenir son apprenti ? J’aimerais beaucoup voir ça ! De plus, la bande-annonce de Multiverse of Madness vient de sortir et le film s’annonce épique !

Spider-Man : Sans retour

Scénario
Réalisation
Effets spéciaux
Jeux des acteurs

À ne pas rater !

Un film original, drôle et touchant, à ne pas manquer pour les admirateurs de l'araignée.

À propos de Maude Bégin-Robitaille

Spécialiste en communication numérique de jour, auteure professionnelle les soirs et les weekends, maman à temps plein et warpriest les mardis soir. Surtout, geek depuis l'enfance !

Aussi à voir...

Ghostbusters : Afterlife – La suite que l’on attendait depuis 30 ans !

Comme la plupart des enfants qui ont grandi dans les années 80, le film Ghostbusters …

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.