Les Ruines Perdues de Narak, un jeu expert mais accessible

Vivre l’aventure, explorer des contrées lointaines, découvrir une île inconnue. Non, ce n’est pas un film mais bien un jeu de société, Les Ruines Perdues de Narak. J’ai manqué ma chance de jouer à ce jeu lors de sa sortie en 2020 mais un peu plus d’un an plus tard, j’ai le plaisir de l’essayer et de vous en parler. J’avais joué à Dune Imperium et aux Vicomtes du Royaume de l’Ouest qui sont sortis à la même époque et qui partagent certaines similitudes. Je ne m’attendais pas à être aussi surpris par ce jeu et d’une façon aussi agréable. Regardons ça ensemble.

Les Ruines Perdues de Narak : devenez archéologues malgré le danger

  • Auteurs : Michal Stach et Michaela Stachova
  • Illustrateurs : Ondrej Hrdina, Milan Vavron, Jiri Kus et Frantisek Sedlacek
  • Éditeurs : Czech Games Edition (anglais) et IELLO (français)
  • Nombre de joueurs : 1 à 4 joueurs
  • Durée : 30 à 120 minutes
  • Année : 2020 (anglais) et 2021 (français)
  • Page officielle du jeu
  • Page BoardGameGeek

 

La thématique

L’éléphant dans la pièce… Est-ce que Les Ruines Perdues de Narak est un jeu sur les films d’Indiana Jones ? Non, mais il y a quand même une comparaison possible ! D’abord, vous devez savoir que c’est un autre jeu euro (à l’allemande). Que voulez-vous, je ne suis pas un grand amateur des jeux à l’américaine, donc oui, un autre jeu euro. La thématique, c’est vraiment l’exploration d’une île par des archéologues. Vous devrez vous y déplacer, découvrir des sites intéressants et les fouiller et, tout en explorant ces endroits, consigner vos notes sur vos découvertes pour faire avancer les recherches. Les façons de faire sont traduites par des mécaniques de jeu bien assemblées et qui font ressortir le thème.

Mécaniques de jeu

Sur votre plateau personnel, vous disposez de deux explorateurs et de quatre cartes qui vous donneront des ressources ou des possibilités de déplacement. Il y a des sites à proximité, à pied, plus faciles à fouiller, des sites plus lointains, en automobile, bateau ou avion que vous devrez découvrir avant de les explorer. Vous allez y trouver des ressources essentielles pour faire avancer vos recherches, pour payer vos déplacements et pour acheter de nouvelles cartes (objets et artéfacts). Pour faire une action, il est souvent essentiel de jouer une carte, c’est le moteur du jeu et c’est aussi là qu’on y remarque une grande partie de sa thématique.

La rejouabilité

Aucun problème de ce côté ! Dans Les Ruines Perdues de Narak, on ne voit jamais toutes les cartes qui seront offertes sur le marché des cartes/objets/artéfacts. Il en est de même pour les sites à découvrir. Ils sont mélangés et placés sur le plateau pour le moment où vous explorerez une région. Il y a donc beaucoup de chances pour que d’une partie à l’autre ce ne soit pas les mêmes sites et encore moins de chances qu’ils arrivent dans le même ordre et aux mêmes endroits. Il en va de même pour les assistants que vous pourrez recruter et une foule de petites tuiles bonus éparpillées sur le plateau de jeu.

En plus de tout ça, au verso du plateau de jeu principal, vous trouverez un plateau alternatif.  Il comporte une piste de recherche différente et des sites avec des coûts de déplacement différents du recto. Si ce n’est pas assez pour vous, je ne peux pas voir ce qu’il vous manque.

Originalité

Rien de nouveau dans les mécaniques de jeu elles-mêmes. Ce qui est plutôt intéressant, c’est la façon innovante de les assembler pour donner un jeu fluide, intéressant, varié et assez facile d’approche tout en étant un bon défi à maîtriser. Vous allez jouer une carte soit pour sa ressource, soit pour payer votre déplacement. Ensuite vous allez découvrir un site et affronter la peur des monstres de ce dernier. Vous allez excaver pour récolter des ressources. Pour finir, vous allez payer certaines de ces ressources pour avancer vos marqueurs de loupe (recherche) et de carnet (rédaction de vos recherches) sur la piste du temple pour gagner des bonus et des points de fin de partie. Il y a un peu de tout dans ce jeu, mais c’est très cohérent entre les mécaniques et la thématique.

L’interaction

Vous devrez être opportuniste dans Les Ruines Perdues de Narak. Vous verrez, les places sur le plateau de jeu sont limitées. Le marché de cartes bouge beaucoup, car il est aussi le compteur de tours. Cinq manches pour gagner la partie, c’est peu, mais c’est exactement le bon nombre pour stimuler votre réflexion sur les meilleures actions à prendre. Si vous ne pouvez pas nuire directement à vos adversaires, vous pourrez et vous devrez être plus rapide et ne pas laisser les autres vous devancer en tout. S’il est difficile de gagner en se spécialisant à outrance, vous ne pourrez pas, d’un autre côté, tout faire.

La qualité de la production

Je ne suis pas le premier à critiquer Les Ruines Perdues de Narak, donc vous êtes probablement au courant de la qualité de la production. Les jetons tablettes, pointes de flèches et joyaux sont en plastique avec une très bonne qualité. La plateau, réversible, est magnifique tout comme le reste des illustrations. Ma copie avec un « punchboard » difficile à défaire et quelques cartes avec des défauts d’impression au dos. Je ne pense pas que ce soit un problème très fréquent, on en aurait entendu parler.

En guise de conclusion

J’ai finalement beaucoup aimé Les Ruines Perdues de Narak. Ce n’est pas un thème particulièrement attrayant pour moi et pourtant, j’ai aimé le jeu et j’ai trouvé que le thème y était particulièrement bien intégré. Le livret de règles est notamment bien fait, ça aide énormément. Le jeu est aussi très facile à expliquer à des joueurs moins habitués. Pour les amateurs de mode solo, le jeu arrive avec un qui est particulièrement bien pensé, adaptable en niveaux de difficultés et possible de bonifier en téléchargeant un fichier PDF sur le site de l’éditeur. Très intéressant comme mode solo. Je pense que ce jeu mérite les différents prix qu’il a gagnés (As d’or 2022, Tric Trac d’argent 2021, Golden Geek pour jeu “medium” en 2020). Une belle production, des mécaniques bien assemblées et un excellent premier jeu pour les auteurs Michal Stach et Michaela Stachova.

P.S. : Après avoir contacté l’éditeur IELLO, les cartes avec des défauts ont été remplacées. Vous pouvez donc soustraire un pouce vers le bas et en ajouter un vers le haut pour le très bon service.

J’aime

  • le mélange des mécaniques de jeu
  • des ressources de qualité
  • une immersion dans le thème

J’aime moins

  • les cartes un peu minces
  • des défauts d’impression sur certaines cartes
  • un « punchboard » difficile à défaire sans le briser

La copie des Ruines Perdues de Narak a été fournie par IELLO.

Les Ruines Perdues de Narak

Graphisme
Matériel
Thématique
Mécanique
Plaisir

Recommandé !

Un beau mélange de mécaniques très bien intégrées dans une thématique aussi surprenante qu'intéressante.

À propos de Martin Lauzon

Amateur de jeux de société, de comic books américains, de BD québécoises et européennes, YouTuber amateur, artiste visuel et musicien. J'ai trop de passe-temps alors j'ai décidé d'ajouter Geekbecois à la liste.

Aussi à voir...

Kingdomino Origins, une expérience renouvelée ou réchauffée ?

Cinq ans après la sortie du majestueux Kingdomino, l’auteur Bruno Cathala effectue un retour aux …

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.