Les Pionniers sur la Piste de l’Oregon

Éventuellement, sans vraiment m’en rendre compte, je reviens vers la thématique du Far West. Non, je ne suis pas un fan de films westerns, mais je pense que la thématique se prête plutôt bien aux jeux de société, probablement par la richesse de cette histoire en événements et en exploits de toutes sortes. C’est de cette façon que je me suis intéressé, il y a déjà un an, au jeu Les Pionniers. Comble du bonheur, j’apprends, la semaine dernière, que le jeu sera disponible en français, une deuxième vie pour un jeu qui est passé sous le radar pour je ne sais quelle raison. Regardons un peu ça ensemble.

  • Auteur : Matthew Dunstan, Chris Marling
  • Illustrateurs : Sergi Marcet
  • Éditeurs : Tasty Minstrel Games, Atalia, Do it games, Sternen Schimmer Meer et Sylex
  • Nombre de joueurs : 2-4
  • Âge : 14 ans et plus
  • Durée : 45 à 75 minutes
  • Année : 2017
  • Page officielle du jeu
  • Page BoardGameGeek

La thématique

Dans Les Pionniers, vous devrez traverser une partie des États Unis d’Amérique, la fameuse Piste de l’Oregon, « Oregon Trail », au 19e siècle. Le voyage durera 4 semaines et vous devrez survivre aux orages, aux voleurs, à la famine et aux différentes maladies. 

Pour y arriver, vous aurez un chariot de départ, quelques maigres ressources et une vache. Bonne chance ! Tout au long de la partie, vous pourrez accumuler des ressources pour en faire le commerce avec les villages rencontrés. Vous aurez la chance d’explorer les mines d’or et de rencontrer toutes sortes de personnalités sympathiques et parfois loufoques qui pourront vous accompagner pour le reste de la route.

Les mécaniques de jeu

Plusieurs petites mécaniques sont installées dans ce jeu mais, pour l’essentiel, c’est un draft de dés, ou si vous préférez, c’est l’action de sélectionner un dé et de laisser les autres pour les joueurs restants.

Ce qui est particulièrement intéressant, c’est ce qui arrive aux dés. Vous pouvez faire l’action décrite sur le dé : prendre un bois, une vache, un équipement, un remède ou de l’or. Ça va de soi pour cette partie. En plus, vous pourrez sacrifier l’action du dé pour gagner un certain montant qui est associé à la face de celui-ci. Et finalement, vous pourrez enrôler un villageois qui se trouve sous l’action du dé sur le plateau de jeu. Une belle combinaison de choix qui vous demandera de bien surveiller ce dont vos adversaires ont besoin. À défaut d’avoir un choix extraordinaire, vous voudrez peut-être couper l’herbe sous le pied d’un autre pionnier.

Mais là où le jeu prend toute sa saveur, c’est ce qui arrive avec le dernier dé. Comme il y a un dé de chaque couleur par nombre de joueurs plus un autre set complet, il restera toujours un dé à la fin de chaque tour. La couleur de ce dé déterminera quel malheur progressera. Lorsqu’un malheur arrive au bout de sa piste, il affecte tous les joueurs. Saurez-vous vous préparer et prévoir l’avancement des différents malheurs. Déciderez-vous quel malheur progressera plus ou moins vite ? C’est là que réside tout le « crunch » dans ce jeu.

La rejouabilité

Le jeu nous arrive avec 5 paquets de cartes différentes. À chaque partie, vous devrez en choisir deux et les mélanger ensemble pour former la pioche. Ces cartes représentent les différents villageois que vous allez rencontrer et qui pourront se joindre à vous. Vous devrez les protéger des maladies, mais ils viennent avec des habiletés spéciales très utiles, en plus de vous donner des points de fin de partie. Il va donc sans dire que Les Pionniers arrive déjà avec un bon niveau de rejouabilité. Ajouter à cela un bon nombre de pionniers de départ qui peuvent se jouer de la même façon ou bien d’une façon tout à fait asymétrique en retournant simplement le plateau sur sa face B. Tout d’un coup, vous avez des habiletés spéciales et des ressources de départ très différentes. 

La qualité de la production

Comment dire ? D’ordinaire, TMG nous donne une qualité de production très intéressante. Ici, c’est correct, sans plus ! Rien ne vient rehausser le niveau de la production mais rien ne vient descendre non plus la qualité du matériel. Les vaches sont en bois, mais le bois est en carton. Vous voyez ce que je veux dire ? Les sacs, pour les dés et les pépites d’or, sont assez grands pour vos mains. Les cartes sont d’une qualité respectable et les dés sont personnalisés. Vous vous ferez votre propre idée !

En guise de conclusion

Moi, j’aime bien avoir des jeux moins compliqués et moins longs dans ma collection. De cette façon, lorsque des gens me demandent de leur montrer un bon jeu, j’ai du choix selon leur niveau. Si Les Pionniers est un jeu plus simple que ce que mon groupe de jeu régulier aime, il est certainement un très bon jeu à montrer ou à acheter pour des gens qui ont joué à Catan, Carcassonne, Ticket to Ride ou King of Tokyo. Un peu plus stratégique sans pour autant être compliqué. En plus, il y a un bon niveau d’interaction entre les joueurs. Je vous le recommande chaudement. 

P.S. : J’ai tellement aimé Les Pionniers que j’ai inventé un mode solo durant le premier confinement. Il est gratuit sur BGG avec ce lien. Même s’il fonctionne bien, il demande à être testé, alors n’hésitez pas !

À propos de Martin Lauzon

Amateur de jeux de société, de comic books américains, de BD québécoises et européennes, YouTuber amateur, artiste visuel et musicien. J'ai trop de passe-temps alors j'ai décidé d'ajouter Geekbecois à la liste.

Aussi à voir...

Mandala Stones, les pierres de l’harmonie en jeu de société

Avec Mandala Stones, les éditeurs Board&Dice (version originale anglaise) et Lucky Duck Games (adaptation française) …

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.