La Mascarade des Frères Grimm : bluff, déduction et prise de risque au bal masqué

Dans La Mascarade des Frères Grimm, nous faisons partie des personnages de contes de fées conviés au Bal Masqué donné dans le château de la Bête. Mais, surprise, notre apparence a été transformée en celle d’un autre invité aussitôt les portes magiques franchises. Afin d’en faire une soirée inoubliable, notre hôte nous avait préparé un astucieux jeu d’enquête.

C’est alors qu’en trois rondes, nous avons fouillé le château dans les moindres racoins pour trouver des artéfacts qui nous donneraient des indices quant à l’identité des invités. Judicieusement, nous avons distribué ces objets pour observer le comportement des autres personnages. Nous avons tenté de les forcer à se dévoiler, les avons pointés du doigt et utilisé des pouvoirs spéciaux. C’est en bluffant que nous voulions conserver secrète notre véritable identité pour ainsi remporter le Trophée Rose.

La Mascarade des Frères Grimm : saurez-vous garder votre masque ?

  • Auteurs : Tim Eisner, Ben Eisner, James Hudson
  • Illustrateur : Mr Cuddington (Lina Cossette & David Forest)
  • Éditeur : Lucky Duck Games
  • Nombre de joueurs : 2 à 5
  • Durée : 20 à 40 minutes
  • Année : 2019
  • Prix : 39,99$
  • Page officielle du jeu
  • Page BoardGameGeek

Comment jouer ?

Nous sommes l’un des huit personnages tout droit sortis de la forêt des Frères Grimm dans leur quête aux précieuses roses : Cendrillon, Le Petit Chaperon Rouge, Nain Tracassin, La Belle au Bois Dormant, La Bête, Hansel, Le Grand Méchant Loup et la Méchante Reine. Il y a des variantes pour deux joueurs et pour les plus expérimentés.

Les artéfacts, l’essence du jeu

Chaque artéfact du jeu permet de révéler des informations sur tous les joueurs, y compris nous-même. En effet, chaque personnage en possède un de Bienfait et un de Malheur. Alors, les décisions ne peuvent pas être prises à la légère.

Dans l’exemple ci-dessous, le Déguisement est bon pour Le Grand Méchant Loup et le Chaudron lui est mauvais.

Tirée du livre de règles
Les effets immédiats

La collection d’artéfacts identiques a des effets immédiats. Un trio d’artéfacts du Bienfait nous fait gagner la ronde qui se termine aussitôt, remporter le Trophée Rose d’y rattachant. Une paire de Malheur nous démasque et tous les autres duos nous force à placer un marqueur de preuve sur l’image d’un personnage que nous n’incarnons pas.

Trois rondes

Une partie de La Mascarade des Frères Grimm se déroule en trois manches identiques. D’abord, deux cartes artéfacts de plus que le nombre de joueurs sont dévoilées, et, à tour de rôle, tout le monde en sélectionne une jusqu’à ce qu’il n’y en ait plus. Aussi, deux cartes d’actions optionnelles sont placées face visible.

La manche prend fin dès que quelqu’un a rassemblé les trois artéfacts du Bienfait ou tous sauf un ont été démasqués.

Tour de jeu

  1. Piocher un premier artéfact et décider de le garder ou de le donner à un autre joueur
  2. Piocher un second artéfact et faire le choix opposé du précédent

En option, nous pouvons défausser une paire d’artéfacts pour réaliser une action. Parmi celles-ci, il y a Pointer du Doigt qui nous permet de deviner l’identité d’un autre joueur. Attention, ce geste n’est pas dépourvu de conséquences. Si nous nous sommes trompés, l’accusé reçoit une Rose.

Dans ce jeu, se faire démasquer ne signifie pas se faire exclure. Nos cartes deviennent secrètes et à notre tour, nous piochons une carte puis en donnons une au joueur de notre choix.

Trois façons de gagner des Roses

Nous gagnons une Rose si une action effectuée pendant notre tour démasque un autre joueur, avons réussi de Pointer du doigt ou avons injustement été accusés par cette action.

Mes impressions

J’avais aperçu le jeu La Mascarade des Frères Grimm et j’étais intriguée. J’avais certaines attentes.

L’approbation de mes deux « mini-geeks » : un grand point fort

C’est en décembre 2020 que j’ai eu l’occasion de le découvrir avec mes deux « mini-geeks » de onze et treize ans. Leur expérience fut fabuleuse. Ils ont été émerveillés des images et l’ont trouvé simple et rapide à apprendre. Après à peine deux minutes d’explications, ils étaient prêts à faire une partie. À ma grande surprise, ils ont adoré le jeu et eu beaucoup de plaisir. Ils ont ri et ont pris leur rôle secret au sérieux. Avec leurs personnalités et intérêts pratiquement opposés, je peux compter sur les doigts d’une main leurs favoris en commun.

Les règles ont été saisies du premier coup et nous n’avons pas attendu notre deuxième partie pour inclure les règles avancées. Elles ont été ajoutées dès la fin de la première ronde. Effectivement, nous avons utilisé les cartes de capacités spéciales. Le joueur ayant obtenu le moins de Roses gagne la carte du dernier personnage incarné.

Règle avancée : capacité spéciale

Ma déception

Malheureusement, le mot déception est l’un des premiers qui me vient en tête en pensant au jeu. Bien que je ne sois pas du tout adepte de bluff, ce n’est pas cette mécanique qui m’a refroidie. J’avais peut-être de trop grosses attentes vis-à-vis le thème des contes des Frères Grimm et de la beauté des graphismes dignes des plus beaux livres. Étant donné le contexte actuel, j’ai pu y jouer à deux ou trois joueurs. Je suis curieuse de l’essayer à cinq.

Simplicité

Je l’ai trouvé beaucoup trop simple pour avoir du plaisir entre adultes. En effet, le défi de déduction n’est pas très élevé avec seulement huit personnages.

Mode deux joueurs

J’ai encore plus ressenti cette faiblesse en mode deux joueurs dans lequel nous incarnons deux personnages influencés par les mêmes artéfacts. Une combinaison dans laquelle un même objet peut autant nous mener vers une défaite qu’une victoire peut sembler nous mettre des bâtons dans les roues. Au contraire, cela peut faciliter la tâche en acceptant de « sacrifier » un de nos personnages. Si, en plus, nous utilisons l’action de regarder dans la pile de personnages restants, nous pouvons aussitôt éliminer la moitié du plateau.

Après n’avoir joué que quelques parties, j’ai l’impression d’en avoir déjà fait le tour.

La Mascarade des Frères Grimm, c’est pour qui ?

Les familles avec enfants ou ados apprécieront leur expérience de jeu. Bien qu’il repose sur le bluff et l’élimination d’adversaires, il a été conçu dans le but d’éviter les frustrations des plus jeunes. Étant donné qu’une partie se déroule en trois rondes, nous avons la possibilité de tomber sur mieux à la prochaine. Ensuite, les joueurs démasqués continuent à influencer le cours des choses. Enfin, des règles avancées modulent le niveau de difficulté selon leurs capacités. Sans oublier que le joueur qui tire de l’arrière peut faire une remontée spectaculaire grâce aux capacités spéciales.

Invitation tirée du livre de règles

 

J’aime

  • Illustrations
  • Qualité du matériel
  • S’apprend en deux minutes
  • Mes deux « mini-geeks » ont adoré
  • Possibilité de continuer de jouer en étant démasqué

J’aime moins

  • Trop simple pour des joueurs aguerris
  • On en fait rapidement le tour
  • Faiblesse à deux joueurs

La copie de La Mascarade des frères Grimm a été fournie par Lucky Duck Games.

La Mascarade des Frères Grimm

Graphisme
Matériel
Thématique
Mécanique
Plaisir

Bon jeu familial

La Mascarade des Frères Grimm est un bon jeu pour du plaisir en famille. Prise en main rapide. Bluff, prise de risque et déduction.

À propos de Catherine Watts Cowan

Je suis une vraie geek de jeux de société. Mon premier amour dans le monde moderne a été Carcassonne. J'adore jouer en famille (maman de deux mini-geeks de 10 et 12 ans), entre amis ou avec des étrangers. J'aime découvrir les nouveautés et les endroits ludiques. Je suis une grande passionnée qui ne manque pas de sujets à partager!

Aussi à voir...

Little Town

Little Town : du placement d’ouvriers efficace en moins d’une heure

Dès que je vois la mécanique de placement d’ouvriers dans un jeu, je me dois …

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.