Imperium Classics et Legends, le deck-builder de civilisations

J’adore l’histoire ! Donc dès qu’un jeu a un aspect historique, je suis intéressé. Est-ce que je les aime tous ? Pas du tout. J’aime bien les jeux avec des thématiques de civilisations, pas nécessairement ce que les joueurs aguerris nomment des CIV games. Si vous avez l’habitude de lire mes articles, vous aurez probablement pensé que j’allais vous parler d’un autre jeu euro. Désolé, mais, cette fois-ci, je vous parle d’un deck-builder doublé d’un tableau-builder. Imperium Classics et Imperium Legends sont deux jeux de cartes et combos avec une belle thématique de civilisations.

  • Auteurs : Nigel Buckle et David Turczi
  • Illustrateur : Mihajlo « The Mico » Dimitrievski
  • Éditeurs : Osprey Games, Origames
  • Nombre de joueurs : 1 à 4
  • Âge : 14 ans et plus
  • Durée : 40 minutes par joueur
  • Année : 2021
  • Page officielle du jeu
  • Page BoardGameGeek
Image d’Osprey Games

Les mécaniques

Première chose, le deck-building. Vous devrez, ici, choisir une des factions. Chaque faction aura des choix et des différences mais le principe de base demeure le même, vous aurez une main de cartes, une défausse et des moyens d’augmenter et d’épurer cette main de cartes. À la base, à votre tour, vous pourrez faire trois actions (ou plus si vous en avez des gratuites). Dans la version Imperium Classics : les Carthaginois, les Celtes, les Macédoniens, les Perses, les Romains, les Scythes ou les Vikings seront vos choix. Pour Imperium Legends, c’est un mélange de factions historiques et légendaires comme les Olmecs ou l’Atlantide.

Deuxième chose, le tableau-building. Cette portion est assez simple. Certaines cartes resteront en jeu et de tour en tour et vous feront bénéficier d’actions ou d’items pour jouer d’autres cartes. Vous pourrez épuiser jusqu’à cinq autres pouvoirs sur votre tableau lors de votre tour. Simple et efficace.

Dernière chose, la gestion des ressources. Vous aurez des jetons de population, de biens et de progrès. Ces derniers sont des jokers pour les autres ressources mais aussi des points de victoire que vous voudrez peut-être également accumuler. Il y a donc, dans Imperium, une certaine gestion de vos ressources qui sera différente d’une faction à l’autre.

Image d’Osprey Games

La thématique

Ce jeu n’est pas un jeu de société de civilisation comme l’entendent d’ordinaire les joueurs aguerris. C’est vraiment un jeu de deck-building, de tableau-building et de gestion de ressources. Ceci étant dit, chaque faction vous donnera un sentiment différent, chaque civilisation tentera de passer de l’état de barbares à l’état d’empire. Les Vikings, par exemple, contrairement aux autres factions, ne deviendront pas un empire. Vous devrez trouver d’autres moyens pour augmenter vos actions que les autres factions qui deviendront, elles, un empire. L’idée de civilisation passe donc tout de même dans Imperium.

La rejouabilité

En partant, vous avez huit factions par boîte (huit dans Classics et huit dans la boîte Legends). Vous devez savoir que peu importe la boîte que vous allez acheter, les règles sont les mêmes dans les deux jeux. Les deux boîtes peuvent facilement être combinées dans la même partie. Il faut simplement savoir que les factions d’Imperium Classics sont, en général, plus simples à jouer que les factions d’Imperium Legends. Avant de maîtriser chacune des factions, vous en avez pour un moment.

Image d’Osprey Games

La qualité de la production

C’est là que le bât blesse. Il n’est pas rare de voir les deck-builders avec une qualité de cartes moindre. C’est le cas ici mais, comme je viens de le dire, ce n’est pas rare. Vous voudrez peut-être protéger vos cartes. Malheureusement, l’organisateur transparent qui permet de voir où vont vos cartes n’est pas assez grand pour les protecteurs de cartes. C’est franchement un manquement de ne pas mettre de la qualité dans les cartes et de ne pas prévoir d’espace pour les cartes avec protecteurs de cartes. Ça me semble incompréhensible, c’est un deck-builder, on va très souvent mélanger nos cartes. C’est un peu la même chose pour les jetons de carton. Si l’épaisseur est correcte, le graphisme des jetons est tout simplement laid ! Je suis rarement négatif mais la production n’est pas de très haute qualité dans ce jeu. Heureusement que le prix n’est pas exagéré (autour de 45 $).

En guise de conclusion

Malgré une production ordinaire, le jeu lui-même est plutôt intéressant. Jusqu’à maintenant, chaque nouvelle faction demande d’adapter son style de jeu pour performer. Ce n’est pas le jeu le plus rapide, surtout pour la première partie mais après seulement deux ou trois parties, vous verrez une différence. Si vous avez aimé Imperial Settlers et Empires of the North, vous aimerez probablement Imperium Classics ou Imperium Legends. Le sentiment de satisfaction qu’on a à organiser notre tableau et à y faire plein de combos est probablement l’attrait numéro un de ce jeu. Si vous avez, comme moi, un intérêt pour l’histoire, je vous recommande chaudement ce jeu.

Pour découvrir d’autres jeux de deck-building, vous pouvez nos articles sur Fort, Sierra West ou Atlantes. Pour combiner les deux jeux dans la même boîte, je vous propose un organisateur maison sur ma chaîne YouTube, l’Atelier du Meeple.

À propos de Martin Lauzon

Amateur de jeux de société, de comic books américains, de BD québécoises et européennes, YouTuber amateur, artiste visuel et musicien. J'ai trop de passe-temps alors j'ai décidé d'ajouter Geekbecois à la liste.

Aussi à voir...

Harry Potter

Harry Potter : Bataille à Poudlard – Défense contre les forces du mal : un duel de baguettes magiques !

Un jeu à deux joueurs qui se déroule dans la thématique des films Harry Potter ? …

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.