Far Cry 6 – Un jeu au contenu très généreux, mais qui ne réinvente pas le genre

Far Cry 6 est le plus récent titre de la vénérable franchise de jeux de tir à la première personne qui a vu le jour en 2004. Après nous avoir fait voyager dans l’Himalaya et le Midwest américain dans les deux titres précédents, les développeurs ont décidé de retourner aux sources avec un décor tropical paradisiaque (en surface). On y retrouve les mêmes ingrédients qui ont fait de la franchise un succès : une immense zone de jeu à explorer, des dizaines d’activités à compléter et une histoire de population opprimée sous le joug d’un régime sans pitié. Malgré que la recette commence un peu à s’étirer, Far Cry 6 contient tout de même suffisamment d’éléments nouveaux pour attirer les amateurs de la première heure autant qu’un nouvel auditoire.

Les véhicules ennemis ont souvent un point faible, comme un réservoir d'essence qui vous permet de les éliminer rapidement
Le jeu offre plusieurs façons d’affronter l’ennemi. On peut opter pour la méthode furtive ou y aller à fond et décharger un déluge de balles.
  • Studios de développement : Ubisoft Milan, Ubisoft Toronto
  • Éditeur : Ubisoft
  • Plateformes disponibles : PS4, PS5, Xbox One, Xbox Series X/S, Google Stadia, Amazon Luna, PC
  • Plateforme de test : Xbox Series X
  • Classement ESRB : M
  • Prix : 79,99$ (édition standard), 129,99$ (édition or), 159,99$ (édition ultime)
  • Site officiel

Scénario

Le jeu prend place sur l’île fictive des Antilles Yara, qui est inspiré par Cuba. Le pays a été le décor d’une révolution en 1967 qui était sensé redonner la liberté et l’espoir à la population, mais le président élu Anton Castillo (interprété avec brio par l’acteur Giancarlo Esposito) règne d’une main de fer. La ressource principale du pays est Viviro, une panacée qui, semblait-il, peut guérir le cancer. Ce remède miracle est fabriqué à partir de feuilles de tabac imbibées d’un produit chimique supposément inoffensif. La population est forcée de travailler dans les champs sous menace de représailles sévères, ce qui a provoqué la création de multiples groupes paramilitaires qui souhaitent renverser le gouvernement.

De son côté, « El Presidente » Castillo se voit comme un sauveur pour la population de Yara qui, selon lui, a besoin d’un être fort à sa tête pour la mener à la création d’un paradis sur Terre. Un autre de ses objectifs est de former son fils Diego afin que ce dernier lui succède à la tête du pays.

Utiliser un hélicoptère est une façon efficace d'infiltrer l'ennemi, en autant que vous ayez dégagé l'espace aérien d'abord
Si vous souhaitez atteindre l’ennemi par la voie des airs, il sera nécessaire d’éliminer les batteries anti-aériennes d’abord, sinon votre voyage sera de courte durée.

Choix du personnage et objectifs

Le joueur incarne le personnage de Dani Rojas, un ancien soldat des forces armées de Yara devenu guérilla par la suite. Pour la première fois dans la franchise, il est possible d’incarner un personnage masculin ou féminin et ce dernier est aussi beaucoup plus impliqué dans les cinématiques du jeu. Tout comme c’était le cas dans les jeux précédents, le monde du jeu est vaste et regorge d’activités principales et secondaires à compléter. On y retrouve les grands classiques : des campements ennemis à capturer, des dépôts de ressources qu’il faut rejoindre en un temps limité et des courses de différents véhicules à compléter.

Quelques nouveautés sont venues s’ajouter à la liste, comme des canons anti-aériens à détruire afin de dégager l’espace aérien et des embuscades où Dani se joindra à un groupe de soldats de fortune. La plupart de ces objectifs sont donnés par un de vos éclaireurs ou à partir de certains soldats qui ne rechigneront pas à prendre quelques uns de vos pesos contre de l’information. La trame narrative principale est le combat acharné entre le régime présidentiel et le groupe Libertad qui souhaite le renverser. Pour ce faire, le joueur devra faire liaison avec d’autres groupes de résistants, obtenir leur confiance en complétant des objectifs et ensuite parvenir à rejoindre la capitale où se terre le président Castillo.

Entre deux combats, quoi de mieux que de trouver un bon endroit pour pêcher?
Les activités offertes dans le jeu n’impliquent pas toutes de la violence. Quoi de mieux pour relaxer qu’une petite partie de pêche !

Une jouabilité classique, agrémentée d’armes artisanales originales

La jouabilité dans Far Cry 6 est presque calquée sur les titres précédents. Le joueur a accès à un vaste arsenal d’armes à feu comme des mitraillettes, des pistolets et des fusils à pompe, en plus de disposer de plusieurs options d’explosifs comme des cocktails molotov et des grenades. La grande nouveauté dans le jeu est les options d’armes artisanales que concoctent votre allié Juan Cortez. Les Supremo sont des armes de destruction massive qui se portent sur le dos. Certaines projettent une série de roquettes dans les airs qui peuvent atteindre un grand nombre d’ennemis, alors que d’autres utilisent des armes plus sournoises comme projeter un nuage toxique ou provoquer un son aigu qui désoriente vos adversaires.

Aussi, d’autres armes faites maison sont disponibles, comme un fusil à clous qui élimine silencieusement, ou à l’autre extrême, un canon qui projette des disques compacts tout en faisant jouer La Macarena à tue-tête. L’arme la plus hilarante du jeu est un bazooka qui, au lieu de lancer des missiles, utilise des feux d’artifice qui explosent de mille et une couleurs, parfait pour abattre un hélicoptère !

Chorizo est un mignon chien-saucisse qui a la faculté de détourner l'attention de vos ennemis
Le mignon chien-saucisse Chorizo est un des animaux que vous pouvez utiliser pour vous aider à renverser le régime de « El Presidente » Castillo.

De joyeux compagnons

Les bandes-annonces du jeu ont montré plusieurs images des « Amigos » que Dani peut recruter au courant de son aventure. Le premier est un crocodile amadoué qui raffole de la viande crue et des mollets de soldat. Celui que l’on a vu le plus souvent avant que le jeu soit disponible est un mignon petit chien saucisse qui a perdu l’usage de ses pattes arrières et qui utilise un petit chariot rempli d’outils à la place. Sa fonction principale est de détourner l’attention des soldats ennemis par ses jappements joyeux, ce qui vous permet de les éliminer silencieusement avec votre machette.

Ces « crocs à recruter » peuvent vous suivre un peu partout sur l’île et sont optionnels. C’est toutefois agréable d’être accompagné par une petite (ou une grosse) bête dans nos excursions. Cependant, le niveau de violence du jeu, en particulier les éliminations silencieuses et celles commises par certains de vos compagnons animaux, justifie amplement la cote Mature du jeu. Certaines séquences sont particulièrement « juteuses » et pourraient facilement donner des cauchemars à certains joueurs.

Enfin, un mini-jeu de combat de coqs est disponible. Bien que ce mode de divertissement cruel existe réellement, les développeurs en ont fait une forme de parodie avec son annonceur qui semble tout droit sorti d’un jeu de la franchise Street Fighter !

Les combats de coqs sont pratiquement une parodie de Street Fighter!
Far Cry 6 inclut un mini-jeu de combat de coqs qui est fortement inspiré par la franchise Street Fighter.

Un décor de rêve, si on fait abstraction des patrouilles ennemies !

Far Cry 6 se déroule dans des décors paradisiaques de cartes postales des régions du Sud. On passe allègrement de plages de sable blanc à des jungles luxuriantes ou des marécages où se repaissent des populations de reptiles géants. Tout comme le pays dont se sont inspirés les développeurs, Cuba, l’île de Yara semble s’être figée dans les années 50 avec ses voitures à l’ancienne et son architecture d’un autre âge. Le tout est démontré de façon magnifique par l’engin graphique, surtout sur les consoles de nouvelle génération. Sur la console Xbox Series X, le jeu maintient une fluidité stable à 60 images par seconde, peu importe le niveau d’action à l’écran.

Les uniformes des personnages sont bien détaillés, mais on aurait apprécié plus de variété au niveau des différents visages des personnages rencontrés. En particulier, vos éclaireurs utilisent seulement deux modèles, un masculin et un féminin, donc on les revoit sans cesse, peu importe où ils se trouvent.

Au niveau de l’audio, le jeu utilise une trame sonore entraînante composée de plusieurs morceaux classiques de la région des Antilles. La majorité des titres est en espagnol, mais quelques-uns sont en anglais. Aussi, je remercie les développeurs de ne pas avoir enregistré un DJ à la radio qui répète inlassablement les mêmes répliques comme dans Far Cry 3. Le bruit des armes, ainsi que les cris des soldats lors des combats sont tous de bonne qualité et vous plongent dans l’action sans mal.

Grimpez à dos de cheval afin d'explorer les décors paradisiaques de Yara
Une nouveauté dans les options de déplacement, le joueur peut maintenant y aller à dos de cheval.

Quelques irritants

Le plus grand bémol que j’ai trouvé à Far Cry 6, en plus de son manque d’originalité au niveau de la jouabilité, est que les ennemis ont tendance à réapparaître rapidement une fois qu’ils ont été éliminés. Par exemple, une fois un poste de vérification libéré, il a fallut seulement que je m’éloigne de quelques dizaines de mètres avant qu’une patrouille ennemie revienne dans les parages. Cela devient particulièrement énervant lorsque vous devez accomplir plusieurs objectifs dans un endroit spécifique pour compléter votre mission. Vous aurez parfois à mettre le feu à un champ de tabac qui peut s’étendre sur une bonne distance et retrouver les mêmes gardes que vous venez d’éliminer une fois que vous en aurez fait le tour.

Aussi, votre niveau de notoriété augmente très rapidement. Après avoir éliminé trois ennemis à découvert, vous recevez très souvent l’alerte que vous êtes activement recherché et vous aurez alors à vous défendre contre des troupes d’élites qui disposent d’armes puissantes ou aurez à fuir devant un tank ou un trio d’hélicoptères. Ceux qui aiment l’action seront bien servis, mais j’admets avoir trouvé certaines de ces séquences presque épuisantes.

Ceux qui préfèrent une approche furtive feront souvent usage de l'arc
L’arc demeure une option efficace pour éliminer vos ennemis à distance silencieusement et efficacement.

En conclusion

Malgré ses défauts, Far Cry 6 demeure un très bon jeu de tir à la première personne et d’action-aventure. Il offre énormément de contenu qui vous tiendra occuper pendant plusieurs semaines. Sans nécessairement réinventer la formule, il saura plaire aux amateurs du genre. Viva la revolución !

J’aime

  • Les environnements luxuriants et détaillés
  • Les armes artisanales originales
  • La vaste quantité d’activités à accomplir
  • La trame sonore et le jeu des acteurs

J’aime moins

  • Le manque de nouveautés au niveau de la franchise
  • Les ennemis qui réapparaissent trop rapidement
  • Le manque de variété au niveau des modèles de personnages non-joueurs

La copie du jeu utilisée pour cette critique a été fournie par Ubisoft.

Far Cry 6

Scénario
Graphismes
Bande sonore
Jouabilité
Durée de vie

Généreux en contenu, avare en nouveautés

Far Cry 6 est un bon jeu de tir à la première personne et d'action-aventure qui ne réinvente pas la roue, mais qui est très généreux en contenu.

À propos de Frédéric St-Georges

Je suis un geek assumé et fier de l'être, qui joue régulièrement aux jeux vidéo depuis l'âge de cinq ans, maniaque de séries télé comme Babylon 5, Star Trek Voyager et Game of Thrones. Geekbecois représente pour moi une belle opportunité de partager avec vous mes passions, vous informer et même parfois vous divertir avec un jeu de mots à la qualité douteuse!

Aussi à voir...

Astria Ascending

Astria Ascending : l’ascension des RPG rétros

Il semble que le style « rétro » dans le monde des jeux vidéo ne s’essouffle pas. …

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.