Élémentaire, le bouillant Roméo et Juliette pixelien

Fan finie des studios Pixar depuis ses tous débuts avec le révolutionnaire Histoire de jouets en 1995, je suis à l’affût des sorties en salle et j’étais très enthousiaste à l’idée de découvrir Élémentaire, un film dans lequel tous les personnages font partie des quatre éléments (feu, eau, air et terre). Quand l’opportunité d’un visionnement de presse en avant-première en version originale anglaise (Elemental) s’est offerte à moi, je n’ai pas hésité une seule seconde et j’ai effectué quelques recherches. À ma grande surprise, il s’agit de leur (déjà) vingt-septième long métrage.

Ayant nécessité sept ans de dur labeur après avoir dessiné un personnage de feu et un d’eau en relation, Élémentaire a été réalisé par Peter Sohn (The Good Dinosaur), produit par Denise Ream (The Good Dinosaur et Cars 2) avec les voix originales de Leah Lewis dans le rôle d’Ember Lumen (feu) et de Mamoudou Athie dans celui de Wade Ripple (eau).

À première vue, le film est une bonne oeuvre pixelienne qui ne réinvente pas la roue de par son scénario, mais quel exploit technologique dans la réalisation des dessins ! Je vous en parlerai plus en détails au cours de cette chronique.

Élémentaire

  • Studio : Disney Pixar
  • Réalisateur  : Peter Sohn
  • Distribution : Leah Lewis, Mamoudou Athie
  • Genre : Dessins animés
  • Durée : 1h43
  • Date de sortie : 16 juin 2023
  • Classement : Pour tous
  • Page officielle du film 

Synopsis

À Element City, tous les habitants du feu, de l’eau, de la terre et de l’air vivent ensemble. Rêvant d’une vie meilleure pour leur famille, Bernie et Cinder Lumen quittent leur nid pour s’établir dans la grande ville et ouvrir leur boutique dans le quartier du feu. Ils promettent à Ember, leur fougueuse fille, qu’elle reprendra les rênes quand le moment viendra. C’est alors que, pour plaire à ses parents (surtout son père), elle se donne coeur et âme pour prouver sa compétence. Malheureusement, son manque de contrôle de ses émotions mettra tout en péril. Cela lui fera rencontrer Wade Ripple, un inspecteur municipal. Au cours de leur aventure, ils découvrent quelque chose d’élémentaire : combien ils ont réellement en commun.

Élémentaire
© 2022 Disney/Pixar.

Les thèmes exploités

En plus de l’amour impossible, Élémentaire met en vedette de nombreux thèmes élémentaires totalement d’actualité.

La famille versus l’accomplissement personnel

Les familles d’Ember et de Wade sont très liées et les deux héros font tout pour leur plaire. Bien que son avenir semble tout tracé d’avance, il y a tant de possibilités. Souhaite-t-elle reprendre l’entreprise familiale ou préférerait-elle plutôt exploiter son talent ? Et surtout, est-ce le réel souhait de son père ?

Élémentaire
© 2023 Disney/Pixar.

Acceptation des différences

Au début de l’histoire, chaque élément a peur des autres. Après tout, l’eau peut éteindre le feu, le feu peut brûler les plantes (la terre), l’air peut étouffer un feu (ou l’alimenter), le feu fait bouillir l’eau et ainsi de suite. Quel choc culturel de se promener dans les quartiers d’Element City ! Pour vivre en harmonie, tous doivent s’accepter et mettre à profit les forces de tous et chacun.

Élémentaire
Image : Pixar Animation Studios

Gestion des émotions

Tout comme dans le film Inside Out (Sens dessus dessous en français), les émotions sont personnifiées et, pour que tout fonctionne, nous devons apprendre à les gérer. Par exemple, Ember Lumen met le feu à la boutique dans une crise de colère et Wade peut éteindre sa copine avec ses torrents de larmes.

Mes avis mitigés

J’ai des avis plutôt mitigés dans mon appréciation du film Élémentaire. D’un côté, il y a les prouesses d’animation et de l’autre un scénario sans aucune innovation.

Des personnages en animation constante

De tout le film, ce sont animations constantes des personnages de feu qui m’ont le plus éblouie. En effet, un feu bouge et évolue sans arrêt et cela a été réussi sur toute la ligne par l’équipe. Aussi, la transparence de l’eau a été tout un défi à présenter en dessin.

Élémentaire

Des clichés et moments prévisibles

Tout le monde le sait, les contraires s’attirent. Dès leur rencontre, c’était évident qu’Ember et Wade allaient tomber amoureux et qu’ils partiraient à la découverte du monde ensemble. Ils sont aux antipodes. Le feu et l’eau, la colère versus la tristesse (ou émotivité) et la créativité contre le respect à la lettre des normes.

Élémentaire
© 2023 Disney/Pixar.

De plus, vous pensez à un jeu de mot avec les éléments de la terre ? C’est sûr et certain que vous le verrez animé (et j’ai beaucoup apprécié).

Un film sur les quatre éléments avec deux seuls

Bien qu’heureuse de l’exploitation des contraires ultimes de l’eau et du feu, j’aurais aimé que les autres éléments occupent une plus grande place dans l’histoire. À partir d’un certain moment, l’air est un puissant allié pour les amoureux, mais j’ai trouvé que la terre jouait principalement le rôle de figurant rigolo.

Élémentaire
© 2023 Disney/Pixar.

Le court métrage d’ouverture

Découvrir le court métrage d’ouverture faisant partie intégrante de l’expérience cinématographique. Sans vouloir trop divulgâcher, il met en vedette Carl Fredricksen, le vieil homme vedette du film Up ! (Là-haut, sorti en 2009), et de son chien Russel qui se préparent à traverser une importante étape dans la vie d’un homme veuf. J’ai adoré et j’en aurais pris encore plus.

En résumé

En résumé, Élémentaire nous transporte dans l’univers pixelien avec des prouesses techniques dans un Roméo et Juliette des temps modernes.

J’aime

  • L’animation constante des personnages de feu
  • Les jeux de mots avec les éléments
  • Le respect du thème des éléments pour les personnages
  • La trame sonore
  • Le respect des valeurs de Pixar
  • Le court métrage d’ouverture

J’aime moins

  • La quasi absence de la terre
  • Le scénario prévisible, l’impression de déjà-vu

Élémentaire

Très bien !

Élémentaire est un bon film de Pixar avec d'incroyables innovations technologiques d'animation.

À propos de Catherine Watts Cowan

Je suis une vraie geek de jeux de société. Mon premier amour dans le monde moderne a été Carcassonne. J'adore jouer en famille (maman de deux ados-geeks de 13 et 14 ans), entre amis ou avec des étrangers. J'aime découvrir les nouveautés et les endroits ludiques. Je suis une grande passionnée qui ne manque pas de sujets à partager!

Aussi à voir...

Star Wars : Tales of the Empire – Deux visions fascinantes de la vie sous un régime tyrannique

Star Wars : Tales of the Empire est une série d’animation de six épisodes qui donne …

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.